« Trois destins » de Cathou QUIVY

Informations :

Titre : trois destins

Auteur : Cathou Quivy

Éditeur : Stellamaris

Nombre de pages : 150 pages

Format  et prix : broché 17 €

Date de publication : 22 juillet 2019

Genre : témoignage

Résumé :

Avec « trois destins », Cathou Quivy signe son huitième livre. Elle y brosse trois portraits de trois personnes qu’elle a aimées de façon totalement différente. Manette, c’est sa grand-mère qui a été infirmière durant la guerre de 1914 à Verdun. Une femme de caractère qui vécut les dernières années de sa vie dans une grande solitude. Le Maréchal, c’est le grand-père de ses enfants, maréchal-ferrant dans une vallée Cévenole, un homme aux mille talents qui vivait à son rythme. Le dernier destin est celui de son père : grand, droit, sévère, il dirigeait sa maison tel un chef d’orchestre, il était ingénieur chimiste mais a terminé sa vie anéanti par la maladie d’Alzheimer. Cathou fait revivre ces trois personnages avec une vraie sensibilité. On la sent tour à tour émue, amusée, quelquefois moqueuse mais toujours lucide.

 

Mon avis :

A travers ces trois destins, Cathy nous brosse les portraits de personnages importants de sa famille.

Sa grand-mère, tout d’abord, « Bonne Maman ». Je retombe en enfance ! L’importance de nos racines sont remises au goût du jour, lorsque l’auteure se décide à partir sur les traces de sa grand-mère cent ans plus tard, grâce à la découverte d’un carnet de voyage. C’est passionnant. J’ai adoré ce personnage de Manette, infirmière à Verdun lors de la première guerre mondiale.

Ensuite, nous faisons connaissance de Roger, surnommé « Maréchal », l’arrière grand-père de l’auteure. Son surnom lui vient de son métier de maréchal-ferrant, qu’il a embrassé dès 14 ans, avant d’être mobilisé lui aussi, à Verdun lors de la grande guerre. Le travail de forgeron est très bien expliqué, on entend presque le marteau s’abattre sur l’enclume. J’aurai bien gouté un morceau de Pélardon sur du pain, accompagné d’un bon verre de vin 😉.

Pour finir notre dernier personnage : le père de Cathy que nous accompagnons dans son combat perdu d’avance contre la maladie d’Alzheimer. Admis au « Canton », une maison de retraite spécialisée, nous suivons le difficile parcours du soin, et des conséquences sur la famille soutenant un proche âgé et diminué. J’ai trouvé cette partie très émouvante.

L’écriture est fluide, agréable, elle nous emporte dans la vie de Manette, Roger et le papa de Cathou. On ressent les émotions, les odeurs, les saveurs de ces vies. On en partage les joies et les peines. Un très joli témoignage, authentique, une invitation à la rétrospection et aux souvenirs.

Je remercie Cathy pour cette lecture.

Trois destins

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : la couverture et le résumé. J’apprécie lire des témoignages sur la vie d’antan.

Auteur connu : pas du tout !

Émotions ressenties lors de la lecture :  beaucoup d’empathie et d’admiration, j’ai été émue par ces destins hors du commun, par la sensibilité dégagée. J’ai retrouvé également les émotions de mon enfance, avec ma grand-mère et mon père. Et ça, c’est unique !

Ce que j’ai moins aimé : j’avoue que j’aurai apprécié passer plus de temps avec les personnages. Partager un peu plus leurs vies.

Les plus : l’écriture, la présentation en trois partie, une pour chacun des protagonistes, la couverture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s