« Avant les diamants » de Dominique MAISONS

Informations :

Titre : avant les diamants

Auteur : Dominique Maisons

Éditeur : La Martinière

Nombre de pages : 528 pages

Format  et prix : broché 21.90 € / numérique 14.99 €

Date de publication : 27 août 2020

Genre : polar

Résumé :

Hollywood, 1953. L’industrie cinématographique est un gâteau fourré à l’arsenic que se disputent la mafia, l’armée et les ligues de vertu catholiques. Dans ce marécage moral et politique, ne survivent que les âmes prêtes à tout. Le producteur raté Larkin Moffat est de ceux-là. Abonné aux tournages de séries B, il fait vivoter les crève-la-faim du cinéma et enrage contre ce système qui l’exclue. Jusqu’au jour où il se voit proposer la chance de sa vie. Dans cette combine dangereuse vont graviter autour de lui le major Buckman, parieur et coureur invétéré, le très ambivalent père Santino Starace, l’impresario et proxénète Johnny Stompanato. Tous vont croiser leurs destins, multiplier les manœuvres et les crimes dans ce grand cirque du cinéma américain. Alors que défilent les Errol Flynn, Clark Gable, Hedy Lamarr et autres Frank Sinatra, ce petit monde sans scrupule va s’adonner à ce qu’il sait faire de mieux : manipuler les masses et veiller à son profit.

Mon avis :

Dominique avait déjà frappé à la porte du monde cinématographique avec « Tout le monde aime Bruce Willis ». Dans « Avant les diamants », il ne se contente pas de regarder par le trou de la serrure, il nous propose une immersion totale dans le Hollywood des années 50, ce qui se passait derrière la caméra, une fois que le réalisateur avait crié « Couper ».

On est loin des strass et des paillettes. Nous allons entrer dans le quotidien d’un producteur sans scrupules, véreux, Moffat, que j’ai détesté dès le début. Il est prêt à tout pour se remplir les poches et atteindre la gloire. Autour de lui gravitent des personnages tout aussi sombres et malveillants.

Il est vrai que Dominique détruit, chapitre après chapitre, le mythe d’Hollywood. Il gratte sous le vernis, et ce que lecteur découvre est édifiant : sexe, manipulation, chantage, meurtre, drogue, mais où est-on ??? Alors, certes, on croise Clark Gable, Errol Flynn, mais pas que. Les coulisses sont truffées de personnes peu recommandables, membres de la Mafia ou du FBI. L’industrie cinématographique américaine, en plein guerre froide, est contrôlée par l’armée et la Ligue des catholiques. Dominique mêle la réalité à la fiction, et la frontière est très ténue. Hyper bien documenté, on découvre un aspect méconnu du cinéma, c’est à la fois instructif et distrayant.

La plume de l’auteur est riche, exigeante, cinématographique (c’est le cas de le dire !). Je l’ai trouvée accomplie et travaillée. La lecture est agréable, les chapitres sont longs, mais le lecteur est tellement pris dans le récit que les pages défilent. Pourtant, je ne suis pas fan des chapitres à rallonge ! Pour le coup, le fait que ce soit un roman choral permet d’insuffler un bon rythme et de tenir le lecteur en haleine, rendant cette lecture vivante et riche.

La fin est brillante, elle enfonce le clou d’un récit qui ne fait pas dans la dentelle, avec des thématiques vraiment fortes qui bousculent le lecteur.

Un pavé de plus de 500 pages qui se lit sans s’en rendre compte. Passionnant, passionné. C’est noir, intense, à lire absolument !

Silence, moteur, ça tourne !

« Les mafieux sont comme des vampires, si vous les invitez à franchir le seuil de votre maison, ils ne repartent qu’après vous avoir sucé le sang jusqu’à la dernière goutte. »

« La célébrité est la seule valeur marchande qui compte dans cette ville de pacotille. »

#DominiqueMaisons #AvantLesDiamants  #LaMartinière

Avant les diamants.jpeg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur. J’avais apprécié son dernier roman, c’est donc tout naturellement que j’ai lu celui-ci.

Auteur connu : j’ai lu « Tout le monde aime Bruce Willis » et j’ai eu la chance de rencontrer Dominique lors d’un échange privilégié organisé par les Éditions Points durant les Quais du Polar 2019.

dominique maisons

Vert_DM_IMG_9759

Émotions ressenties lors de la lecture :  des sentiments contradictoires pour les personnages, j’en ai haï un bon nombre, plus apprécié certains. De la passion pour cet univers, l’envie irrésistible d’en savoir toujours plus, de découvrir les petits secrets de chacun.

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : l’ambiance, l’autre côté du miroir, le monde du cinéma, le volet documentaire, le fait que l’on trouve tout dans ce roman (du complot, des réglements de compte, de l’amour, de l’amitié), la plume, la richesse d’écriture.

4 réflexions sur “« Avant les diamants » de Dominique MAISONS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s