« La prunelle de ses yeux » d’Ingrid DESJOURS

 

sans-titre.png

Résumé :

Gabriel Abramovic a tout perdu en l’espace d’une nuit. La vie qu’il s’était construite à force de sacrifices. Victor, son fils de 17 ans, battu à mort par un inconnu. La vue. Dix ans plus tard, il a appris à tout surmonter. Sa cécité, qu’il n’a pas renoncé à combattre. Sa solitude, qu’il comble en cumulant les conquêtes. Tout. Sauf le deuil de son enfant. Germe alors une idée un peu folle dans sa tête : et si sa guérison passait par la résolution du meurtre de son fils, resté impuni ? Victor était un garçon brillant mais secret, torturé, excessif, curieux. Le genre qu’on peut vouloir réduire au silence de façon radicale. Gabriel décide de partir à la rencontre des dernières personnes qui l’ont côtoyé afin de faire la lumière sur les circonstances de sa mort. Pour le guider dans sa quête sous forme de road trip, il recrute Maya Torres, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer le véritable but de ce voyage. Facile et bien payé, ce travail tombe à point nommé pour la jeune femme aux fins de mois difficiles. Elle devra être son guide, son chauffeur. Ses yeux. Mais qui guide vraiment qui ? Gabriel éveille Maya à une sensualité à laquelle elle avait renoncé depuis longtemps, la fait rire, rougir, fait battre son coeur. Seulement, quand leurs escales la ramènent systématiquement à un secret qu’elle croyait à jamais enterré, Maya commence à douter : Gabriel est-il celui qu’il prétend ? Ne lui a-t-il pas tendu un piège pour l’entraîner vers ses propres ténèbres ?

Mon avis :

J’ai connu Ingrid Desjours avec « les fauves » et j’ai eu la chance de la rencontrer aux Quais du Polar de Lyon cette année. Son point de vue acerbe de notre société m’a vraiment touchée.

Et dans ce nouveau livre, j’ai retrouvé la plume magique d’Ingrid. Celle qui vous emmène très très loin dans la noirceur, celle qui vous dépeint tout un pan de notre société de la vision la plus réaliste qui soit.

Les personnages sont bourrés d’émotions et vont évoluer au fil des pages. Notre sentiment vis à vis d’eux également.

Gabriel, ce père assoiffé de vengeance près à tout pour retrouver le meurtrier de Victor, son fils, sauvagement assassiné.  Maya, pauvre victime sans défense ou complice manipulatrice sans cœur ? Tancrède, détestable à souhait.

L’histoire est vraiment très noire, on plonge dans l’obscur au fur et à mesure que l’on tourne les pages. J’avoue avoir versé ma petite larme à un moment, l’émotion était vraiment trop forte.

On apprend également une multitude de choses concernant la théorie de la résignation acquise, la soumission à l’autorité, la cécité hystérique et les pathologies de conversion qui y sont liées.

Tout y est, l’émotion, l’ambiance, un thème de société, et un final….éblouissant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s