« Hippocrate aux enfers » de Michel CYMES

 

sans-titre.png

Résumé :

«C’était là.
C’est là que tant de cobayes humains ont subi les sévices de ceux qui étaient appelés « docteurs », des docteurs que mes deux grands-pères, disparus dans ce sinistre camp, ont peut-être croisés.
Je suis à Auschwitz-Birkenau.
Il s’agit d’un voyage de mémoire, un pèlerinage personnel que j’ai maintes fois repoussé.
Là, devant ce bâtiment, mon cœur de médecin ne comprend pas. Comment peut-on vouloir épouser un métier dont le but ultime est de sauver des vies et donner la mort aussi cruellement ? Ils n’étaient pas tous fous, ces médecins de l’horreur, et pas tous incompétents.
Et les résultats de ces expériences qui ont été débattus, discutés par des experts lors du procès de Nuremberg ? Ont-ils servi ? Ont-ils été utilisés par les alliés après la guerre ? Que sont devenus les médecins qui ont été « exfiltrés » ?
Quand la nécessité est devenue trop pressante, quand j’ai entendu trop de voix dire, de plus en plus fort, que ces expériences avaient peut-être permis des avancées scientifiques, j’ai ressorti toute ma documentation et je me suis mis à écrire.» Michel Cymes

Mon avis :

Lu d’une traite…
Un livre qui ne laisse pas indifférent.
Michel Cymes a découpé son livre en plusieurs rubriques. Dans chacune d’elles est dressé le portrait d’un médecin ou d’un scientifique nazi: Josef Mengele, Wilhelm Beiglböck, Sigmund Rascher etc… Il aborde des domaines de recherches divers, tels que les effets de l’altitude sur le corps humain, l’hypothermie, la déshydratation… Mais il va également évoquer d’autres horreurs, sans aucun apport de progrès scientifiques, comme la stérilisation de masse, nombres d’autopsies inutiles, opérations loufoques en tout genre…
C’est un livre lourd, dénonciateur, dans lequel j’ai appris bon nombres d’informations (comme l’affaire Contergan, la récupération des scientifiques nazis aux USA, en France…). Je suis révoltée, dégoûtée, choquée. Et le pire est de savoir que partout dans le monde et dans chaque conflit, cette atrocité existe. Et existera toujours, je le crains.
Il faut continuer à rendre hommage à toutes ces victimes, mais également, à transmettre ces témoignages pour ne jamais oublier de quoi l’homme est capable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s