« Un coeur sombre » de R.J. ELLORY

 

sans-titre.png

Résumé :

Combien de temps peut-on échapper à sa conscience ?

Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd’hui, il a touché le fond, et la grosse somme d’argent qu’il doit à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem, risque de compromettre son identité officielle, voire de lui coûter la vie. Il n’a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune et monter un gros coup pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià. Mais les choses tournent très mal, il doit se débarrasser de ses complices, et un enfant est blessé lors d’échanges de tirs. Comble de malchance, le NYPD confie l’enquête à la dernière personne qu’il aurait souhaité. Rongé par l’angoisse et la culpabilité, Madigan va s’engager sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption.

Mon avis :

Avec ce livre, on prend un ascenseur. On part du rez de chaussée, et on s’enfonce vers les tréfonds de l’âme de Vincent Madigan, en s’arrêtant à chaque étage. Sans aucune possibilité de remonter. Pour ne s’arrêter qu’en Enfer. Dès les premiers chapitres, j’ai eu l’impression d’avoir mis mon doigt dans un rouage et  je n’ai jamais pu m’en extirper.

J’avais besoin d’un tel livre, qui prend aux tripes, dont j’allai ressortir totalement submergée par les émotions, impossible à lâcher avant la fin, qui m’a obsédée jusqu’au moment où, comme une droguée, je me replongeais dedans avec délectation.

Une descente dans le milieu de la pègre, de la drogue, des policiers corrompus, des règlements de compte, de la violence, de la vengeance, du mensonge.

Le personnage principal, Vincent Madigan, regroupe tout du mauvais garçon, dépendance à l’alcool et aux médicaments, plusieurs mariages soldés par autant de fiasco, des enfants qu’il ne voit plus. Un métier de flic, mais pas que….Et à force de jouer sur plusieurs tableaux, le retour de bâton arrive inexorablement, tôt ou tard. On ne peut s’empêcher de l’apprécier malgré tout. On a envie qu’il s’en sorte, que la petite lueur de gentillesse qui brille tout au fond de son cœur si sombre réussisse à prendre le dessus sur son amertume et sa frustration.

Sandià, le chef de la pègre, est vraiment bien décrit, on se croirait dans « Le parrain » de Pacino.

Isabella Arias, pauvre victime, met une légère touche de féminité dans toute cette violence. On prend pitié de cette victime collatérale de ce milieu pourri, endurcie par les épreuves de la vie. On comprend son sentiment de vengeance vis à vis de celui qui a fait du mal à sa fille.

La plume d’Ellory est magnifique. Remplie de sensibilité, de justesse, d’émotions. Le style est parfois cru mais tellement réaliste. Les actions s’enchaînent, le lecteur n’a aucun répit.

Une citation résume très bien l’ambiance de ce livre : « aussi profond que soit le trou dans lequel on se trouvait, il y avait toujours moyen de creuser et de le rendre plus profond encore »…Inutile de vous préciser qu’il  vaut mieux ne pas le lire quand on est en pleine déprime…..

 

Une réflexion sur “« Un coeur sombre » de R.J. ELLORY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s