« Le livre des morts » de Glenn COOPER

 

sans-titre

1er tome d’une trilogie.

Résumé :

New York, mai 2009. Six morts violentes se succèdent en quelques jours. Les modes opératoires sont différents, les victimes n’ont aucun point commun, hormis celui d’avoir reçu quelque temps plus tôt une carte postale de Las Vegas, avec une simple date, celle du jour de leur mort.

Très vite, la presse s’empare de l’affaire et celui qu’elle surnomme le  » tueur de l’Apocalypse  » a tôt fait de semer la psychose dans la ville. Les autorités, désorientées par l’absence d’indices, se tournent vers Will Piper, ancien profileur d’élite dont la carrière a été brutalement interrompue à la suite d’un drame personnel.

Lorsque de nouvelles cibles reçoivent à leur tour des cartes postales leur indiquant le jour de leur mort, Will va tout mettre en oeuvre pour empêcher le tueur d’agir à nouveau. Mais les noms des victimes sont déjà dans Le Livre des morts…

L’enquête de Will ne va pas tarder à prendre un tournant complètement imprévu pour le mener au cœoeur des secrets les mieux gardés du gouvernement américain.

Une mission confidentielle de Churchill en 1947 auprès du président Truman, un monastère sur l’île de Wight, la zone 51 : autant de pièces d’un puzzle machiavélique que Will devra résoudre pour faire triompher la vérité.

Mon avis :

Avec ce livre, on voyage entre trois périodes et on suit trois histoires sans aucun point commun :

2009 : on suit l’enquête de Will Piper, agent new yorkais du FBI, qui essaie de démêler une sombre histoire de serial killer, surnommé à juste titre « le tueur de l’Apocalypse », puisque chacune des victimes reçoit une carte postale avec la date de sa mort inscrite dessus.

La fin des années 40 : les Etats unis sous la présidence de Truman, l’ovnis qui s’échoue en plein désert, la Zone 51, Roswell.

Le Moyen Age en 777 après JC : sur l’île de Wight, en Angleterre, où naît le septième fils d’un septième fils, le 7 juillet 777 (ça fait beaucoup de 7 tout ça….)

Sauf qu’au fil des pages, ces trois histoires vont s’imbriquer, les indices sont distillés au fur et à mesure. Un peu déçue au tiers de la lecture, car j’ai vu venir l’assassin, mais ensuite, je n’avais qu’une seule hâte : tourner les pages pour savoir la vérité.

Un thriller à la sauce espionnage, fantastique et médiéval, qui tient en haleine, grâce à un rythme soutenu.  La partie moyenâgeuse a été très bien décrite, bien documentée, les recherches archéologiques sont passionnantes. Le jeu de piste est vraiment addictif.

Les personnages évoluent au fil des pages, s’étoffent, j’ai adoré Will Piper, agent du FBI penché sur l’alcool et les femmes. Mark Schackleton est passionnant, sa construction dépasse l’entendement.

Je me suis régalée avec ce livre. J’enchaîne avec la suite !

 

 

Une réflexion sur “« Le livre des morts » de Glenn COOPER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s