« Le livre des âmes » de Glenn COOPER

 

sans-titre

Second tome d’une trilogie

Résumé :

1947: de mystérieux manuscrits sont retrouvés dans les ruines d’une abbaye de l’île de Wight. Winston Churchill demande au président Truman de les prendre en charge.

Celui-ci fait construire dans le désert du Nevada une base top secrète destinée à les abriter et à les étudier. Son nom : Area 51. 2010 : Un manuscrit relié faisant partie de la même série fait surface à Londres, lors d’une vente aux enchères.

Le club 2027, une association constituée d’anciens membres d’Area 51, engage Will Piper, ancien profiler du FBI, pour en percer les secrets.

Celui-ci découvre, dissimulé dans l’ouvrage, un poème, écrit en 1581 par un de ses anciens propriétaires, William Shakespeare. Plus qu’un poème, c’est une véritable carte cryptée, relative au mystère des manuscrits. La résolution des énigmes qu’elle renferme nous transporte autour de l’année 1530, à Paris, où deux hommes commencent à faire parler d’eux, Jean Calvin et Michel de Nostradamus.

Mon avis :

Autant dans le premier volet on cherchait un meurtrier, dans ce tome on court après un livre dont le titre est « 1527 », écrit sur l’Ile de Wright, et on tente de percer ce secret si lourdement gardé.

On se transforme en Indiana Jones, à résoudre des énigmes dans un vieux manoir anglais, à découvrir la signification d’un poème écrit par Shakespeare lui-même.

On flotte entre l’époque actuelle, le XIVè siècle sur l’Ile de Wright et l’Angleterre du XVIè siècle.

On retrouve les personnages du premier tome, Will qui s’est rangé, à rayé de sa vie l’alcool et les femmes, marié avec son ancienne co-équipière du FBI, Nancy, qui a retrouvé une plastique parfaite, et père d’un petit Philip.

Mais lorsque Henry Spence, membre du Club2027, lui demande un service, il va mettre en péril tout son équilibre familial, ainsi que sa vie. Mais en tant qu’ancien agent du FBI, la retraite tranquille à pêcher, ce n’est pas vraiment la panacée….

On plonge avec Will sans filet dans cette histoire, on se délecte des mystères, on cherche, on fouine, on suppose. On découvre des pans entiers de l’histoire anglaise, on devient « pote » avec Shakespeare et Nostradamus. Et on y croit à cette théorie tellement loufoque !

Est ce nous qui construisons notre destin, ou bien tout est il construit d’avance ?

J’ai préféré ce tome au premier, hâte d’attaquer le troisième !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s