« Le livre des prophéties » de Glenn COOPER

 

sans-titre

3ème tome

Résumé :

Dans les catacombes d’un monastère de l’Île de Wight, des générations de scribes se livrent, inlassablement, depuis plus de cinq siècles, à une mystérieuse activité d’écriture. 700 000 manuscrits s’accumulent dans la bibliothèque… jusqu’à un matin de 1297, où tous les rédacteurs se donnent la mort.

2009. Will Piper, un agent du FBI, découvre les manuscrits dans une base secrète du désert du Nevada, la Zone 51. Ceux-ci contiennent des prophéties d’un type très particulier, la dernière d’entre elles concernant le 9 février 2027, date de «La fin des jours.»

2026. À l’horizon de la date fatidique, Will Piper va devoir faire toute la lumière sur les secrets des manuscrits.

Quelle est leur origine ? Pourquoi ont-ils été gardés dans l’ombre si longtemps, et par qui ? Qu’est-il vraiment arrivé aux scribes qui les ont rédigés ?

Enfin, que doit-il vraiment se passer le 9 février 2027 ?

Mon avis :

Décidément, chaque tome est totalement différent ! Celui-ci nous plonge dans notre futur, où l’on retrouve Will et sa famille en 2026. Notre héros a vieilli, certes, mais il reste toujours séduisant, et coureur de jupons, bien qu’il soit toujours marié a Nancy, et heureux avec elle. Son fils, Philip, a 15 ans.

Toute la planète vit avec l’échéance du 9 février 2027, avec pour objectif de vivre pleinement cette dernière année avant….avant quoi d’ailleurs ? Nul ne le sait, probablement la fin des temps, comme l’on suggéré les écrits des scribes moyenâgeux.

Lorsque Philip fait une fugue et part retrouver une fille en Angleterre, Will s’inquiète et tente de le retrouver, mobilisant ses collègues du FBI. Dans le même temps, Nancy est préoccupée par le tueur de l’Appocalypse (cf. tome 1) qui recommence à envoyer des cartes postales funestes.

On voyage dans le temps également.

On suit les aventures de Clarissa, au XIIIè siècle, sur l’Ile de Wight, où pas mal de questions trouvent des réponses, et quelles réponses !!! C’est captivant, et tout s’imbrique.

Le XVIIIè siècle nous permet de découvrir Benjamin Franklin, et une partie de l’histoire des Etats Unis, avec la guerre d’Indépendance.

Je ne vous en dit pas plus, cet opus est vraiment magique. Rien ne s’essouffle, l’auteur arrive à se renouveler d’une très belle manière, maintenant le lecteur en haleine tout le long. L’auteur ne ménage pas le lecteur concernant les enjeux économiques à l’échelle mondiale, les appuis géopolitiques, ainsi que les relations tendues entre la Chine, Taiwan, l’Angleterre et les Etats Unis.

Les 3 tomes peuvent se lire à part, car Glenn Cooper distille les informations permettant au lecteur qui « débarque » de comprendre l’histoire. Mais je trouve que c’est gâcher le plaisir. J’ai passé des heures de lecture délicieuses avec cette trilogie. Un dépaysement total !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s