« Le supplément d’âme » de Matthieu BIASOTTO

Informations :

Titre : le supplément d’âme

Auteur : Matthieu Biasotto

Editeur : Bragelonne

Nombre de pages :  226 pages

Format  et prix : broché  7.90  € / numérique  2.99 €

Date de publication : 16 aout 2018

Genre : thriller initiatique

Résumé :

Tout le monde a droit à une seconde chance. Saurez-vous la saisir ?

Mon existence s’est arrêtée brutalement et la mort ne me veut pas. Je ne peux pas revenir. Je ne veux pas mourir. Pas pour l’instant. Pas avant de comprendre ce que je suis. Ce que j’ai fait. Ce que mes proches ont comploté, dit ou pensé. Pas avant d’avoir saisi le sens de ma vie. Je dois découvrir ce qui s’est passé, savoir comment j’en suis arrivé là. Avant que l’on vienne me débrancher.

Victime d’un accident de moto, Thomas se trouve de l’autre côté de la réalité, coincé entre la vie et la mort, dans le « supplément d’âme ». Que s’est-il passé ?

Spectateur d’un présent qui lui échappe, il se laisse guider par un enfant qui brosse de lui le portrait peu flatteur d’un patron odieux, amant superficiel, mari méprisable et père absent. Un mec détestable en tout point, mais qu’on apprend pourtant à aimer. Parce que ça pourrait être toi, ça pourrait être moi. On est tous un peu comme lui, au fond.

Si on explore les raisons qui ont conduit Thomas où il en est, on touche du doigt le rêve brisé d’un enfant qui n’a pas su se faire entendre. Le gamin qui l’accompagne entre la vie et la mort est cet enfant intérieur. Il lui offre une chance de vivre enfin la vie qu’il souhaite. Saura-t-il la saisir ?

Thomas est à l’hôpital, sous assistance respiratoire. Les médecins s’apprêtent à le débrancher. Mais il commence à comprendre : ses actes, ses choix l’ont conduit où il en est, ils ont même provoqué l’accident dont il a été victime. Quel homme, s’il revient, reviendra du « supplément d’âme » ?

Addictif, troublant, émotionnel et puissant, Le Supplément d’âme peut changer votre vie.

Mon avis :

Pas mal d’arguments m’ont poussés à ouvrir ce roman :

J’ai une énorme affinité avec les Editions Bragelonne, en général, les livres qu’ils sortent, c’est du bonheur en barre.

J’ai déjà entendu parler de Mathieu Biasotto et vous le savez, j’aime découvrir de nouveaux auteurs.

Le résumé très tentant, la couverture magnifique et les critiques plus que positives ont achevés de me convaincre.

Et je suis désolée de le dire, mais la mayonnaise n’a pas pris du tout. Pour qu’un thriller me décoiffe il faut qu’il me happe d’entrée de jeu. Que dès les premières pages, l’auteur me ficelle à son livre et qu’il soit impossible à lâcher. Ici, j’ai avalé les cinquante premières pages et je n’avais qu’une seule phrase qui tournait en boucle dans ma tête : « bof, je m’ennuie ». Je n’ai pas réussi à entrer dans le livre. Il a continué sa route en me laissant sur le bord du chemin. J’ai bien essayé de le rattraper, en vain.

C’est pas évident de chroniquer un livre que l’on a pas hyper apprécié…..mon but n’étant  pas du tout de descendre un livre ou un auteur, je vais essayer de vous expliquer pourquoi ça n’a pas marché sur moi.

On commence par les points négatifs :

  • pas mal de répétitions au tout début, ce qui a engendré un faux départ pour moi  ( « galop », « galoper » et tous ses potes du même acabit, à la fin, je n’en pouvais plus !)
  • des personnages plus agaçants les uns que les autres. J’avais envie de débrancher Thomas tellement je l’ai trouvé superficiel, égoïste et lâche. Les personnages secondaires n’étaient pas en reste. Tomato reçoit la palme ! A distiller des infos au compte goutte, se vantant de tout savoir, mais attend….Grrrrrr. Je n’ai trouvé personne qui aurait mérité de recevoir mon empathie, mis à part Mael, mais c’est normal, c’est un enfant.
  • le style de l’auteur. Trop de descriptions, trop chargé.  Un truc inexplicable qui m’a chagriné tout au long de la lecture.

 

Les point positifs :

  • l’alternance passé-présent apportait un peu de rythme (encore que le moyen trouvé pour passer de l’un à l’autre ne m’a pas convaincue)
  • les chapitres courts, toujours pour insuffler du rythme
  • l’histoire dans sa globalité. J’ai aimé le concept de Thomas errant entre la vie et la mort en étant obligé de regarder son existence en face, avec toutes les peines qu’il a fait subir à son fils et à sa femme, retrouvant une certaine lucidité
  • la fin : le lecteur prend autant conscience que Thomas de l’importance de prioriser sa vie et ses actes.

Voilà, une lecture en demi-teinte que je ne suis pas mécontente d’avoir achevée ! Les émotions n’ont pas été au rendez-vous, je suis totalement passée à côté de ce roman.

Mais que cela ne vous empêche surtout pas de vous immerger dans  » le supplément d’âme » afin de vous faire votre propre opinion, d’autant que ce livre a reçu beaucoup d’éloges.

Je remercie malgré tout les Editions Bragelonne et NetGalley pour cette lecture.

#NetGalleyFrance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s