« La rivière de l’oubli » de Cai JUN

Informations :

Titre : la rivière de l’oubli

Auteur : Cai Jun

Editeur : XO Editions

Nombre de pages : 484 pages

Format  et prix : broché  21.90 € / numérique  13.99 €

Date de publication : 13 septembre 2018

Genre : thriller

Résumé :

Chine du Nord, juin 1995. Shen Ming, jeune et brillant professeur, est suspecté d’avoir assassiné une lycéenne, quelques jours après, il est poignardé près de l’école, dans une usine désaffectée. Neuf ans plus tard, le mystère s’épaissit. Les présumés meurtriers du professeur sont envoyés, eux aussi, au royaume des morts.

La rumeur se répand alors : et si Shen Ming avait traversé la rivière de l’oubli pour se réincarner et se venger ?

Mon avis :

Un thriller chinois. Une première pour moi. Alléchée par le bandeau sur le livre nous précisant que Cai Jun est le Stephen King chinois. Une belle lecture, mais qui reste pourtant mitigée…

Le livre commence par un aide-mémoire avec la liste des personnages, et je remercie l’éditeur pour cette délicate attention ! Car nous sommes dans la même problématique que les polars nordiques, les noms des protagonistes sont imprononçables et ont une consonance très proche. Et j’avoue que ça, ça me gave !! Donc, grâce a ces quelques pages, je n’ai pas été perdue. Car entre Si Wang, Wang Er et les autres il y a de quoi perdre la boussole.

On s’immerge dans la culture chinoise, ses rites et ses coutumes. C’est une manne d’informations passionnantes sur un mode de pensée et de vie totalement à l’opposée du notre. C’est très intéressant, je me suis régalée. L’auteur se sert de ces principes immuables pour pointer du doigt les sujets sensibles de la Chine actuelle. Dans ce pays, tout le monde se tutoie, il faut au lecteur un temps d’adaptation, nous ne sommes pas habitués. Le policier qui tutoie le suspect lors de l’interrogatoire, ça déstabilise, vous ne trouvez pas ?

Entre trahisons et secrets, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Malgré tout, le rythme est « à l’asiatique », calme, posé, poétique.  La touche de fantastique avec le sujet de la mort et de la réincarnation est très bien documenté, c’est une mine d’or de toutes les croyances chinoises. Riche et fascinant. J’ai vraiment adoré toute cette partie. Le passé et le présent se mêlent et se fondent.

Quant à la fin, j’avoue avoir été scotchée par la chute, je ne m’y attendais pas du tout ! Et croyez-moi, ça vaut le coup !

Le bémol pour moi c’est que ce roman est trop long, il traîne en longueur et j’ai trouvé beaucoup de passages inutiles. On ne peut pas dire que je me sois ennuyée, mais pas loin. Malgré tout, « La rivière de l’oubli » est une lecture riche, détaillée, à la construction déstructurée mais très pertinente. L’intrigue est solide. L’écriture rigoureuse et différente de ce que l’on connait,  les traits de caractère des personnages sont déstabilisants. C’est une immersion dans l’Asie et ses codes, ses mœurs, sa philosophie.

Un voyage initiatique que je vous conseille, surtout si vous appréciez les lectures calmes aux détails approfondis. Mais aussi et surtout pour l’évasion qu’il procure.

Je remercie XO Editions et NetGalley pour cette lecture.

Le temps est un fleuve dont nul ne peut remonter le courant.

#larivieredeloubli

#NetGalleyFrance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s