« Week end meurtrier à Orléans » de Michel PRUNER

Informations :

Titre : week end meurtrier à Orléans

Auteur : Michel Pruner

Editeur : Librinova

Nombre de pages : 287 pages

Format  et prix : broché  14.90 € / numérique  3.99 €

Date de publication : 19 février 2019

Genre : policier

Résumé :

Stéphan Crimolois, juge d’instruction à Orléans, soupçonne sa femme Marianne de le tromper. Il est vrai que leur vie intime est un désert depuis le début de leur mariage et que sa belle épouse suscite les convoitises. Adulée par Samuel, un étudiant rêveur, elle est également courtisée par le sulfureux professeur de philo, Alex Carracala.
En pleine crise conjugale, Crimolois doit instruire une sordide affaire criminelle : un corps mutilé a été trouvé en pleine nature aux abords de la ville. Sans compter qu’à l’affreuse découverte s’ajoute bientôt un autre fait divers sanglant. Samuel a été battu à mort lors de la célébration annuelle de Jeanne d’Arc.
Qu’est-il arrivé au jeune homme ? Les deux crimes sont-ils liés ou ce week-end meurtrier est-il un caprice du hasard ?

images

Mon avis :

Dans ce roman nous découvrons Orléans et son indissociable histoire liée à Jeanne d’Arc. En effet, lors de ce fameux week-end meurtrier, les célébrations de cette héroïne vont battre leur plein, permettant à l’auteur de nous proposer un petit rappel sur le rôle de Jeanne dans la guerre de 100 ans et de nous immerger dans un univers dans lequel je n’ai pas l’habitude de me plonger.

Mon avis reste néanmoins assez mitigé, je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Je n’ai pas vraiment réussi à m’identifier à certains protagonistes, pourtant leur personnalité était bien fouillée. Stéphan m’a exaspérée, avec ses doutes, justifiés certes, mais il est resté amorphe, ne faisant rien pour tenter de récupérer l’amour de sa femme. Alex, le prof de philo qui couche avec ses élèves, lui par contre, m’a bien fait rire ! Voilà un personnage qui démystifie le mythe du prof de philo !! D’ailleurs, les critiques philosophiques agrémentant la lecture m’ont intéressées. Samuel et toutes ses interrogations sur ses origines et sa conception m’a interpellée, permettant d’introduire une réflexion très juste sur le racisme, les religions, ou encore l’antisémitisme.

L’histoire criminelle, quant à elle, ne m’a pas passionnée du tout. Je la trouvais trop en retrait par rapport aux épisodes relatant la vie des personnages. Je m’en suis détachée lors de ma lecture, préférant les moments un peu « olé olé » de la vie de Marianne.

Je ne peux pas dire que ce fût une lecture totalement négative, loin de là, mais j’ai l’impression d’être passée à côté du cœur de ce roman. J’essaye de savoir pourquoi, mais honnêtement, je n’en ai pas la moindre idée. Je crois que l’émotion n’était pas au rendez-vous, tout simplement, et j’en suis la première navrée.

Ceci n’est que mon avis, apprécier ou non un roman est totalement subjectif, et je suis sûre que des lecteurs seront enchantés de cette histoire.

Je remercie les Editions Librinova pour cette lecture.

week end meurtrier à orleans1107500771..jpg

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s