« On ne meurt pas d’amour » de Géraldine DALBAN-MOREYNAS

Informations :

Titre : on ne meurt pas d’amour

Auteur : Géraldine Dalban-Moreynas

Éditeur : Plon

Nombre de pages : 208 pages

Format  et prix : broché 17 € / numérique 11,99 €

Date de publication : 22 août 2019

Genre : littérature générale

Résumé :

Cela pouvait-il finir autrement ?

Elle vient d’emménager avec son homme. Dans un grand loft blanc qu’ils ont retapé. Elle doit se marier au mois de juin. La date est bloquée sur le calendrier de l’entrée.
Il va emménager avec sa femme et sa petite fille au deuxième étage du bâtiment B. Les travaux sont presque terminés.
Ils se croisent pour la première fois un dimanche de novembre, sous le porche de l’entrée. Elle le voit entrer, il est à contre-jour. Elle sent son corps se vider. Il la regarde. Il a du mal à parler.
Plus tard, ils se diront que c’est à ce moment-là que tout a commencé. Ils se diront qu’il était vain de lutter.
Il y a des histoires contre lesquelles on ne lutte pas.

 

Mon avis :

Dix-huit mois de tranche de vie. Dix-huit mois de voyeurisme.

Elle : 30 ans, sur le point de se marier, propriétaire d’un loft de 70m2 dans le 17è arrondissement de Paris. Son homme est constamment à l’autre bout de la planète pour son travail.

Lui : pas encore 30 ans, s’installe au second dans le même immeuble qu’Elle, avec sa femme et sa fille de un an.

Au premier regard, tout bascule, tout s’effondre, c’est le coup de foudre, l’amour avec un grand A, qui arrive sans prévenir, qui dévaste tout, contre lequel personne ne peut lutter.

Pas de prénom, laissant libre court à l’imagination du lecteur. Peut-être pour mieux s’identifier à eux ? D’ailleurs, avons-nous eu la chance de vivre un jour une telle passion fulgurante ? Combien de couples dans le monde vivent une histoire similaire ?

Un huis clos composé de deux couples et d’une petite fille. Un livre court, mais qui place la barre très haut sur l’échelle émotionnelle.

On va ressentir de l’intérieur la naissance de cet amour, leur tentative aussi vaine que désespérée de ne pas se laisser submerger par leurs sentiments. Lorsque la lutte s’arrête, ils vont vivre une histoire merveilleuse, profitant de chaque seconde qu’ils peuvent passer ensemble, ils surfent sur la vague du bonheur, malgré l’adultère, le mensonge et l’interdit. Ça donnerait presque envie (je dis bien presque).

Mais il faut absolument être conscient qu’une telle relation ne peut que devenir toxique à la longue. Et c’est ce qui va arriver. Je ne vous raconte rien, mais sachez qu’il y a deux parties dans ce roman, l’ascension magique, merveilleuse et hors du commun, qui va nous emmener dans les étoiles, et la dégringolade, immense, infinie, terrible, jusqu’au crash final que vous n’aurez pas vu venir et qui nous laisse les tripes à l’air et le cœur en vrac.

Car l’auteur va jusqu’au bout de son analyse. Avec des mots justes et une plume forte et sans artifices inutiles, elle creuse, elle dissèque ce sentiment à la fois grandissant mais également si dévastateur qu’est l’Amour. Comme le dit si bien le titre, « on ne meurt pas d’amour », oui, je le conçois, mais bon sang, qu’est-ce qu’il peut faire mal quelquefois. Par manque d’amour, je pense que l’on peut s’éteindre, éteindre l’étincelle de passion et de vie que l’on a tous en nous. Et sans passion ni Amour, que reste-t-il de la vie ??

Un roman qui se lit d’une traite, dans une bulle où vous ne serez pas dérangés, avec un thé et une tablette de chocolat pour vous réconforter, la boîte de mouchoirs à proximité.

« Parce que si je ne devais t’apprendre qu’une seule chose, ce serait que rien n’est plus beau que d’aimer ».

on ne meurt pas d amour1995261293..jpg

 

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé. J’aime les histoires d’amour, j’aime plonger au cœur de ce sentiment si noble et à double face. « Cela pouvait-il finir autrement ? ». J’avais envie de découvrir cette fin imaginée par l’auteur.

Auteur connu : pas du tout. Géraldine est journaliste (ce qui se ressent dans son écriture, un brin trop factuelle), et c’est son premier roman.

Émotions ressenties lors de la lecture : j’ai été bouleversée par cette lecture, prise aux tripes, avec des sentiments de joie, d’espoir, de rêve, mais aussi de peur et d’angoisse. Je pense sincèrement avoir « vécu » ce roman, je suis entrée dedans totalement.

Ce que j’ai moins aimé : le manque de réalisme de la vie d’Elle et de Lui. Ils n’ont qu’à claquer des doigts pour trouver qui un logement, qui un travail. Un peu trop facile à l’époque actuelle.

Les plus : j’ai beaucoup apprécié le fait que chaque étape soit analysée, jusqu’à la fin, présentant également le point de vue des conjoints respectifs, leurs souffrances, leurs impossibilité à voir la vérité en face.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s