« Broyé » de Cédric CHAM

Informations :

Titre : broyé

Auteur : Cédric Cham

Éditeur : Jigal

Nombre de pages : 272 pages

Format  et prix : broché  18.50 € / numérique 8.99 €

Date de publication : 17 mai 2019

Genre : roman noir

Résumé :

Christo a eu une enfance difficile et lutte contre sa rage intérieure, tandis que Mathias, un enfant en fugue, se retrouve enfermé dans une cage. Pour survivre, ils devront faire l’impossible !

Christo porte dans sa chair les stigmates d’une enfance extrêmement violente. Christo lutte pour contenir cette rage qui bouillonne en lui… Jusqu’au jour où son regard croise celui de Salomé, une jeune femme qui va l’accompagner au-delà des cicatrices. Christo va faire ce qu’il pensait impossible jusqu’alors. Lâcher prise ! Au risque de ne plus rien maîtriser… Mathias, enfant, fugue pour éviter les coups, espérant un monde meilleur. Mathias se réveille enfermé dans une cage. Abandonné, désespéré, la peur au ventre, seul ! Jusqu’à ce que son geôlier se dévoile, un homme qui lui annonce qu’il va le dresser. Pour survivre, pour vivre, Mathias va faire ce qu’il pensait impossible jusqu’alors ! Au risque de se perdre à tout jamais. Deux êtres. Deux vies. Peut-être pas si éloignées…

D’un côté Christo, un être au lourd passé accompagné de la jeune Salomé, de l’autre Mathias, un enfant emprisonné qui n’a que lui-même pour s’en sortir… Deux destins se croisent dans ce polar noir et glaçant au suspense intenable !

 

Mon avis :

Première lecture de l’année et premier coup de cœur, ça c’est fait ! Dévoré en même pas deux jours. Il y a des lectures qu’on apprécie, on sait qu’on s’en souviendra un moment, et d’autres, plus passionnées, plus intenses, qui laisseront leur empreinte jusqu’à la fin de notre vie. « Broyé » entre dans cette dernière catégorie. C’est bien simple, je n’ai pas lu ce roman, je l’ai vécu de l’intérieur.

Le premier chapitre intitulé « Jour 0 » donne le ton. Le malaise est là dès le départ. Il ne me quittera plus durant toute la lecture. Alternance entre chapitres numérotés classiquement où nous suivons les péripéties de Christo, et chapitres avec des numéros de jour, où nous découvrons le destin terrible de Mathias.

Christo, au fil des pages, on apprend à l’aimer. On découvre son enfance où il était plus que maltraité par ses parents, enfin, plutôt Lui et Elle, comme il les appelle. En effet, des monstres pareils ne devraient pas avoir le titre de parents. Christo a trouvé un travail dans une casse auto, dans laquelle il loge aussi, tentant de se reconstruire loin des gens. Son seul ami est Ringo, pauvre chien maltraité également par le passé, entre âmes en peine, on se comprend.

Mathias, quant à lui, à été enlevé et dressé, comme un chien, on suit sa détention du début, lorsqu’il mourrait de faim et de soif dans une minuscule cage, jusqu’au dénouement…(non, vous ne saurez rien…). Jour 0 à jour 2449, soit plus de six ans…

Un livre qui se dévore, qui bouscule, qui glace le sang. Une lecture dont je ne suis pas sortie indemne. La plume de Cédric a fait des ravages dans mon cœur et dans mon âme ! Il m’a broyée aussi au passage. J’ai été oppressée du début à la fin. Un malaise constant. C’est sombre, noir, on a conscience qu’on n’apercevra jamais le bout du tunnel. Une descente aux enfers comme il est rare d’en trouver.

Le rythme est rapide, addictif, on ne peut pas lâcher cette lecture. J’ai ressenti énormément d’empathie envers Christo, peut-être parce qu’il se confiait plus au lecteur, tout d’abord, puis à Salomé, jeune fille un peu moins perdue que lui, quoique….Il souhaite s’en sortir, grâce aux livres et à la solitude. Il est extrêmement touchant. Le genre de personnage qui marque le lecteur d’une trace indélébile.

Mathias m’a fait de la peine au départ, puis je m’en suis détachée, son côté « robot » ne me plaisait pas, même s’il avait été formaté et que c’était pour lui la seule solution de s’en sortir. « Marche ou crève », voilà ce qu’était son existence. Alors, oui, on peut dresser une personne, en faire son jouet, la poussant à l’obéissance. Lorsque les protections mentales cèdent, la partie est terminée, quoi qu’on décide de faire.

Les ravages de l’enfermement, qu’il soit physique ou mental (ou les deux…), la maltraitance, la violence subie et donnée, la résilience sont des sujets qui font froid dans le dos, et que l’auteur développe sans fioritures ni pitié.

La plume de Cédric est toujours aussi fluide, tranchante, nette, minutieuse. Cédric a encore gagné en maturité et en précision. La construction est implacable, aboutie et parfaite, Cédric nous livre un roman qui fait mouche, il pose son intrigue mot après mot, phrase après phrase, jusqu’au final qui est plus qu’éblouissant. L’ambiance qu’il instaure dès le départ fait que le lecteur étouffe, on fini claustrophobe, nous aussi on est limite à vivre fenêtres ouvertes (génial, on est en hiver….conseil au lecteur : lisez ce roman en été, au moins vous pourrez dormir dehors sans vous geler…).

Si vous êtes à la recherche d’une lecture qui va vous laisser la cervelle broyée comme une noix dans son casse noix, foncez, c’est pile ce qu’il vous faut. Méfiez-vous quand même, les stigmates chopées au passage resteront imprimées à vie. Et pourtant, j’aimerai devenir amnésique pour recommencer cette lecture et m’en reprendre encore une fois plein la tronche !

Et n’oubliez pas la playlist en fin de roman pour accompagner votre lecture, plus-value indéniable pour se mettre dans une bulle.

#CedricCham #broyé

broyé2064831694..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur tout simplement. Cédric fait partie de ma petite liste d’auteurs que je lis sans même jeter un œil au résumé.

Auteur connu : Cédric est l’un de mes auteurs préféré ! Découvert lors de la première édition des Boënnales, grâce à un coup de foudre de couverture (« la promesse »).

Retrouvez mes chroniques de « La Promesse« , « des barbelés sur le cœur« , « le fruit de mes entrailles« , ainsi que l’interview réalisée en 2017.

Émotions ressenties lors de la lecture : un grand malaise, une angoisse comme il m’a peu été donné d’en ressentir lors d’une lecture. J’étais oppressée, dégoûtée, j’ai ressenti de la pitié pour les personnages, j’avais envie d’entrer dans le livre pour les aider. Et j’étais morte de trouille par anticipation.

Ce que j’ai moins aimé : absolument rien ! Perfection atteinte à tous points de vue Cédric !

Les plus : l’histoire, la plume, le rythme, les personnages, la fin.

2 réflexions sur “« Broyé » de Cédric CHAM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s