« Jamais tu ne me quitteras » de Chevy STEVENS

Informations :

Titre : jamais tu ne me quitteras

Auteur : Chevy Stevens

Éditeur : L’Archipel

Nombre de pages : 448 pages

Format  et prix : broché 22 € / numérique 15,99 €

Date de publication : 8 octobre 2020

Genre : thriller psychologique

Résumé :

Lindsey a refait sa vie sur une île proche de Vancouver. Voilà dix ans, la jeune femme avait pris la décision de fuir avec sa fillette un mari qui, sous une apparence d’homme idéal, lui faisait vivre l’enfer.

Aujourd’hui, Lindsey a la sensation d’être suivie et espionnée jusque chez elle – comme autrefois. Pour elle, ça ne fait aucun doute : Andrew, son ex-mari – sorti depuis peu de prison – veut se venger.

Andrew, lui, prétend qu’il a changé. Sincère repentance ou manipulation machiavélique ?

L’enfer recommence ! Et ses flammes vont tout dévaster…

Mon avis :

Que ça a été dur de rédiger cette chronique ! J’ai mis une bonne semaine à lire ce livre. Les premiers jours je me suis demandé pourquoi. Car l’histoire m’intéressait, c’était plutôt prenant, mais il y avait quelque chose qui me chagrinait.

Nous faisons connaissance avec Lindsay, marié à Andrew, et heureuse maman d’une petite Sophie. Le couple parfait mais en apparence seulement. Nous sommes en 2005, la famille passe des vacances paisibles et reposantes au Mexique. Pourtant, Lindsay prépare sa fuite…

2016. Lindsay est chef d’une petite entreprise de ménage chez les particuliers. Sophie a 17 ans et se prépare à partir à l’université l’an prochain. Lindsay a créé un groupe de soutien pour les femmes contre les violences domestiques. Marcus est son professeur de self-defense. Dans ce bonheur tout relatif, Andrew vient de sortir de prison, et n’a qu’une idée en tête : se venger.

Autre tempo, 1997. Lindsay vient d’épouser Andrew. Nous voilà à la genèse de tous les drames qui vont surgir en cascade. Peu à peu, Andrew s’avère manipulateur, fourbe, jaloux, colérique, cruel, violent et se découvre un beau penchant pour l’alcool, ce qui n’arrange pas son comportement.

Voilà pour l’histoire. Sympa, non ? La plume de l’auteur est fluide, agréable, j’ai beaucoup apprécié les descriptions psychologiques des personnages. Je me suis prise d’affection pour Lindsay et Sophie. Le rythme est assez soutenu pour un thriller psychologique, le suspense est bien présent, et le changement d’époque nous évite l’ennui et apporte progressivement son lot de révélations. La divergence de point de vue, oscillant entre Lindsay et Sophie, ajoute une tension supplémentaire. En effet, Sophie veut croire que son père a changé, elle souhaite lui offrir une seconde chance, avide surtout de construire enfin cet image de père qui lui a tant manqué. La fin est bien trouvée, elle colle parfaitement avec le reste du récit. Elle enfonce le clou de ce roman haletant.

Pourtant, au fur et à mesure que défilaient les chapitres, j’ai commencé à ressentir un poids sur l’estomac, qui n’a fait que s’alourdir. Alors, oui, le récit était assez angoissant, mais quand même…

Et puis j’ai enfin compris, j’ai ouvert les yeux sur ce que mon subconscient refusait de me faire voir. Mon passé… Trop de similitudes, trop de souvenirs, trop de mon vécu que je lisais, écrit noir sur blanc. Comment une lecture s’insinue en vous pour vous faire chavirer.

J’ai ressenti au plus profond de moi l’angoisse de Lindsay, son besoin viscéral de fuir, de se protéger et de protéger Sophie, sauver leur peau, coûte que coûte, parce que je l’ai vécu.

Une lecture pour le moins immersive, qui m’a retourné le cœur et les tripes. Le thème de la violence conjugale est traité avec beaucoup de sensibilité, malgré la gravité des faits, qui sont d’un réalisme époustouflant. Les personnages sont très crédibles, leurs motivations et leurs vécus étoffent leurs caractères. La résilience, la reconstruction, la gestion de la peur font de ce roman un petit bijou psychologique et très perspicace. La violence émotionnelle et verbale est omniprésente.

Je le conseille aux amateurs du genre, je ne pense pas que vous soyez déçus ! Effrayant et captivant !

Je remercie les Éditions L’Archipel et Mylène pour cet envoi.

#JamaisTuNeMeQuitteras  #ChevyStevens  #LArchipel

jamais tu ne me quitteras691292780..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé. Même si sur le coup je n’ai pas pensé une seule seconde à mon vécu.

Auteur connu : Chevy a écrit plusieurs romans policiers mais je n’ai jamais eu l’occasion de la découvrir. Voilà chose faite et je ne m’arrêterai pas là !

Émotions ressenties lors de la lecture : écœurée par la manière dont Andrew manipule Lindsay, j’ai ressenti beaucoup d’angoisse et de peur. Ce fut une lecture très anxiogène pour moi.

Ce que j’ai moins aimé : quelques passages un peu trop prévisible, mais ce n’est que mon ressenti.

Les plus : les personnages, le volet psychologique, la plume, la fin.

5 réflexions sur “« Jamais tu ne me quitteras » de Chevy STEVENS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s