« Le monde des fous est infini » de Poli GYRONNASE

Informations :

Titre : le monde des fous est infini

Auteur : Poli Gyronnase

Éditeur : Librinova

Nombre de pages : 195 pages

Format  et prix : broché 14.90 € / numérique 0.99 €

Date de publication : 20 novembre 2019

Genre : policier

Résumé :

Pourquoi Poli, un Policier Bouches-Villois, entré très jeune dans cette institution, avec de grandes convictions et de fortes motivations, a-t-il démissionné au bout de 18 ans de bons et loyaux services ?
Comment a-t-il pu être aussi déçu de la Police nationale et de la société civile ? Pourquoi décidera-t-il de commettre l’irréparable en entraînant sa femme Ornella dans le braquage de la Bourges-Bank à Gones-Ville ?
L’écriture de nouvelles l’a sûrement mené à découvrir l’impasse de vie dans laquelle il s’enfermait. Ses allers-retours entre l’humour et le tragique, le bien et le mal, l’ont manifestement conduit insidieusement dans la folie. Ses histoires vécues dénonçant l’ingratitude, l’irrationalité et l’absurdité de son métier de flic, ont finalisé son esprit de rébellion, et ont causé son passage à l’acte.
Accusera-t-il le coup face au comportement déjanté de son épouse Ornella ?
Eux qui rêvaient d’un cadre de vie rassurant, leurs pérégrinations les embarqueront dans le monde des fous… et celui-ci, se révélera bel et bien infini.

Mon avis :

Il y a des auteurs avec qui le feeling passe tout de suite bien. Et ça a été le cas avec Poli. Je ne vous précise pas que nous sommes en présence d’un pseudo, qui m’a fortement intriguée, je l’avoue. Outre l’anagramme de sa réelle identité, il a mélangé un peu du film « Les affranchis » de Scorsese et un jeu de mot en lien avec son passé de policier : un girophare casé est un giro naze. Le ton est donné et je me suis plongée dans cette histoire avec beaucoup de curiosité !

Je n’ai pas été déçue ! Tout commence avec ce braquage totalement loufoque. Notre couple de Bonnie and Clyde est déguisé comme s’ils allaient au Carnaval de Rio. Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire malgré la violence du hold-up.

Lors de leur fuite, Poli confie son manuscrit à sa femme et complice, Ornella. Il y relate ses 18 années dans la police. Car oui, Poli était flic, avant de devenir gangster ! Notre roman se fond avec les écrits de Poli, chaque chapitre prenant la forme d’une nouvelle et traitant d’une anecdote particulière. Tout y passe, le métier, le manque de formation pour affronter la dureté psychologique et la réalité du terrain, les enquêtes, diverses et variées, les relations avec les collègues. On suit Poli dans son quotidien. C’est drôle, ça décape, et surtout, ça sort des tripes. On sent le vécu.  Avec un certain culot, l’auteur nous dévoile le côté obscur d’un métier qui est bien loin d’être facile. Cela permet une prise de conscience non négligeable sur notre société qui part à vau l’eau.

L’écriture est très fluide, agréable, incisive et bourrée de dérision. La construction est vraiment originale, j’ai apprécié lire un roman « différent ». Chaque chapitre m’a apporté son lot d’émotions, toutes distinctes.  La couverture prend tout son sens à la lecture du contenu. Le récit est truffé de jeux de mots drôles et apportant une bouffé salvatrice de légèreté : MacDorade, France Enfer, Gones-Ville.

Quant au dénouement, bon, ben il m’a mise KO, j’ai pris un dernier uppercut en pleine tronche pour la route. Une lecture dont il faut se remettre, un récit qui ne paye pas de mine au premier abord, mais qui s’avère en définitive profond et dérangeant.

Je ne peux que vous conseiller ce roman.

Je remercie l’auteur pour cette lecture.

#LeMondeDesFousEstInfini  #PoliGyronnase  #Librinova

le monde des fous est infini1119722614..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : pas convaincue par la couverture, c’est la lecture du résumé qui m’a poussé à ouvrir ce roman. J’avais envie de découvrir le cheminement de ce personnage qui a changé son fusil d’épaule en passant gangster après avoir été policier.

Auteur connu : « Le monde des fous est infini » est le premier roman de Yann, ex-flic démissionnaire. Tiens, on a déjà lu ça quelque part….

Émotions ressenties lors de la lecture : j’ai ressenti toute une palette d’émotions, en fonction du thème abordé dans chacun des chapitres.

Ce que j’ai moins aimé : la couverture, un peu trop foldingue pour moi, mais qui finalement, est justifiée.

Les plus : la construction, le côté autobiographique, l’humour, l’humanité qui transpire de chaque phrase.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s