« Partie d’échecs contre un assassin » de Brigitte GIRAULT-DAUX

Informations :

Titre : partie d’échecs contre un assassin

Auteur : Brigitte Girault-Daux

Éditeur : Libre2Lire

Nombre de pages :  112 pages

Format  et prix : broché 11 € / numérique 3.99 €

Date de publication : 1er mars 2021

Genre : policier

Résumé :

Raphaël Arnel, expert en psychiatrie auprès des tribunaux, est sollicité pour obtenir des aveux de Segrado, un redoutable tueur en série, aussi intelligent qu’amoral. Arnel accepte cette mission à une période où sa vie de famille est instable. Ce contexte va polluer leurs contacts, mêler anormalement professionnel et personnel. Très rapidement, leurs échanges se convertissent en une partie d’échecs âprement disputée, où chaque coup porté tend pour l’un à découvrir la vérité, pour l’autre à la dissimuler. Au fil des pages, l’affrontement prend un tour de plus en plus personnel, le face-à-face avec cet assassin hors normes gangrène la vie du psychiatre, sa pugnacité exaspère son adversaire. Ils s’engagent tous les deux dans un bras de fer, un jeu pervers du chat et de la souris. Qui sortira victorieux de cette confrontation à haut risque, qui sera déclaré échec et mat ? Et quand la dernière pièce s’abattra enfin sur l’échiquier, le vainqueur sera-t-il vraiment celui que l’on croit ?

Mon avis :

Notre narrateur va nous emmener avec lui dans les tréfonds de l’horreur. Raphaël Arnel est expert judiciaire en psychiatrie. Le premier chapitre nous plonge de nuit, dans le parc d’un relais de chasse ressemblant plus à un manoir du 18ème, perdu en pleine campagne ardennaise. Les pelleteuses ont mis à jour le squelette de Rebecca, jeune femme disparue et assassinée par Segrado, un tueur en série.

Segrado, reconnu responsable de ses actes, a été condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de trois jeunes femmes. Quatre disparitions suspectes dans la région pourraient bien également lui être incombées. Ces jeunes femmes ont toutes le même profil physique. Raphaël va tenter d’amadouer Segrado afin de définir son implication dans ces disparitions, et en espérant qu’il lui indique l’emplacement où ont été enfouis les corps. L’objectif de Raphaël étant de fournir une réponse à ces parents vivant dans le doute et l’angoisse depuis la disparition de leurs filles.

Une partie d’échecs va se jouer entre Raphaël et Segrado. Dans le huis-clos du parloir de la prison, notre expert va essayer de comprendre ce qui a bien pu pousser cet homme à l’apparence normale à tomber dans l’horreur. Les soupçons pèsent déjà sur lui, lorsqu’à 10 ans, ses parents périssent dans l’incendie de leur chambre. Les carences maternelles et affectives seraient-elles responsables ? Le parcours de Segrado ne pardonne en rien ses actes, mais on ne peut pas dire qu’il ait été bien accompagné dans son enfance pour se construire sereinement. C’est probablement pour cela que je me suis prise d’affection pour lui (pensez-vous que je sois dérangée moi aussi😀?).

Un roman qui se lit d’une traite, une écriture souple, vive, prenante. Les deux personnages se livrent une bataille sans merci où tous les coups sont permis. Le profil psychologique de Segrado est très bien fouillé et décrit. Ses aveux sont froids, ses « conversations » avec Raphaël le montrent totalement imperméable aux remords, indifférent à la douleur des familles de ses potentielles victimes, et complètement égocentrique ; l’envie de faire la une des journaux le poussera aux révélations, mais également à se jouer des enquêteurs. Il se révèle sournois, manipulateur et fourbe. Même Raphaël en fera les frais.

J’ai eu l’impression de me retrouver dans « Le silence des agneaux », lorsque Clarisse interrogeait Hannibal, et qu’il jouait avec elle, lui soutirant des informations personnelles. L’ambiance du roman s’est révélée être extrêmement pesante, anxiogène. Entrer dans la tête du tueur, être manipulé par lui permet de ressentir pas mal d’émotions contradictoires.

J’ai vraiment aimé la construction de cette intrigue. Cette dernière était originale, nous avions notre tueur supposé, il fallait « juste » lui tirer les vers du nez. A l’heure où les enquêteurs ont ressortis les pelleteuses dans les Ardennes pour essayer de retrouver la dépouille de la petite Estelle, tuée par Fourniret, la fiction rejoint (malheureusement) la réalité.

Un roman que je vous conseille, si vous avez envie de passer un bon moment et de frissonner !

Je remercie Brigitte pour cet envoi et sa confiance.

#partiedéchecscontrecunassassin   #BrigitteGiraultDaux   #Libre2Lire

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé !

Auteur connu : j’ai découvert Brigitte il y a peu avec   « Un parfait coupable » . J’apprécie sa plume et sa manière de mener un roman.

Émotions ressenties lors de la lecture : de l’effroi, une belle trouille je dois l’avouer. A la fois du dégoût et de la pitié pour Segrado, ce qui était assez perturbant pour moi. L’envie de connaître la vérité.

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la plume, l’ambiance du roman, le côté huis-clos, la fin !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s