Interview d’AUDESYAN

Présentation de l’auteur :

Jeune auteur (dans le milieu, moins dans l’âge…) j’ai écrit une petite nouvelle d’anticipation sur le chemin de fer Français qui se déroule, sur un style policier, en 2048. Je travaille depuis longtemps à un projet plus important : une saga SF autour de 9 livres, dont les 3 premiers sont prévus de sortir cette année.

12806235_967812753301377_7565297607974928274_n

 

Bibliographie :

deus-est-machina

 

Tout d’abord, merci d’avoir accepté mon invitation.

Mais de rien ! C’est avec plaisir.

« Deus est machina » est votre premier roman. C’est un roman d’anticipation qui se déroule en 2048. D’où est venue l’idée d’une telle histoire ?

De deux inspirations :

– l’une technique, le projet d’un système de commande des trains par satellite, dans les années 1990, appelé « ASTREE »

– l’une d’une fiction, une BD de Rochette des années 80 : « les mangebitumes » qui traitait de l’automatisation à l’excès du trafic routier, et de la société en général.

Quelle est la place des sciences et techniques dans ce livre ?

Elles sont omniprésentes mais en arrière plan. L’histoire tourne plutôt autour de personnages qui découvrent l’étendue des conséquences de technologies mise en service, qui ont détrônées l’humain pour laisser les commandes aux machines de hautes technologies.

Depuis combien de temps ce projet vous trottait dans la tête ?

J’ai écrit cette histoire en 1997, puis elle est restée dans les cartons… presque vingt ans avant que je me laisse convaincre de la publier. La genèse du livre a donc été plutôt courte, mais est restée ensuite longtemps sans suite.

Avez vous un cadre pour écrire ?

Pour Deus Est Machina non. C’était plutôt spontané.

Pour Syane, je suis devenu peu à peu beaucoup plus structuré, ne serait-ce que pour ne pas perdre la cohérence d’une histoire dans un univers complexe.

Quelles sont vos influence pour écrire ?

Le cinéma, grandement ! Aussi étrange que cela paraisse, je suis un plus grand amateur de films que de lectures !

Quand vous commencez à écrire une histoire, la connaissez-vous en entier ou bien improvisez-vous au fur et à mesure ?

Les tomes de la saga Syane sont architecturés autour d’une courte histoire que j’ai nommé « Syane story ». Une synthèse en une dizaine de pages des 9 tomes prévus de l’histoire. Mais les détails de l’histoire naissent plus souvent avec les envies du moment, ou encore les critiques que je reçois !

« Syane » est une saga de science fiction à paraître en 2017. Trois tomes sont prévus je crois. Pouvez vous nous en dire plus ?

Syane est une saga créée autour de ce mystérieux mot. C’est le nom d’une jeune fille qui porte le nom de la plus puissante des forces d’un secteur galactique. Elle l’ignore, et va découvrir son passé et construire son avenir. Un moyen de faire découvrir au lecteur cet univers imaginaire, plein de mystères, à travers une véritable histoire « humaine ». Si la présence de dragons dans les vaisseaux spatiaux vous paraît un concept surprenant, en vous disant que l’explication doit se tenir quelque part, embarquez pour un voyage entre peuplades, technologies, sociétés et aventuriers.

Quels sont vos auteurs favoris ?

Celui qui a bercé mon adolescence et sans doute eu une grande influence sur mon style : Bernard Werber.

Si vous pouviez vous réincarner en l’un de vos personnages ça serait dans lequel et pourquoi ?

Ce ne serait pas sain, et ce serait perdre ma vie réelle que je souhaite conserver ! Laissons les personnages de l’imaginaire emplir nos rêves, mais laissons les où ils doivent rester.

Votre recette de cuisine pour écrire ?

Laisser de temps en temps de côté les soucis et enjeux du quotidien pour profiter des contrées infinies de l’imaginaire.

Dormir pour rêver.

Avoir la chance de se souvenir de ses rêves !

Écrire, spontanément, les meilleurs moments.

Structurer le tout.

Laissez mijoter.

Relire, à froid, corriger et compléter.

Faire relire par des gens capables de critiques constructives (exigeants si possible).

Trouver un éditeur et ne pas le lâcher pour savourer l’achèvement de l’ouvrage par son impression.

Rencontrer son public et recommencer.

Et merci l’iPad pour pouvoir écrire n’importe où et n’importe quand !!!

Le mot de la fin est pour vous :

À tous mes futurs lecteurs, j’adore les retours citriques, car le regard des autres nous fait grandir. Donc, n’hésitez pas !

affiche

affiche 2017.jpg

AUDESYAN sera présent en dédicace les 13 et 14 mai 2017 au salon du livre de Boen (entre Roanne et St Etienne).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s