« Fin de ronde » de Stephen KING

51XQFdOJiSL._SX195_

Résumé :

Dans la chambre 217 du Service des Traumatismes Crâniens de la région des Grands Lacs, quelque chose vient de se réveiller. Quelque chose de Maléfique.
Brady Hartsfield, auteur du massacre à la Mercedes où huit personnes ont été tuées et bien plus gravement blessées, a passé cinq années dans un état végétatif à la Clinique des Lésions Cérébrales Traumatiques. Selon ses docteurs, il est très peu probable qu’il récupère complètement. Mais, derrière la bave et le regard vide, Brady est réveillé, et en possession de nouveaux pouvoirs mortels lui permettant de faire d’immenses dégâts sans avoir à quitter sa chambre.
Policier à la retraite, le détective Bill Hodges, héros improbable de Mr. Mercedes et Finders Keepers, gère maintenant une agence de détective privé avec sa partenaire Holly Gibney, auteure du coup à la tête d’Hartsfield qui le mena directement au quartier des lésions cérébrales. Brady s’en souvient également. Quand Bill et Holly sont appelés pour enquêter sur un meurtre-suicide lié au « Massacre à la Mercedes », ils se retrouvent plongés dans leur enquête la plus dangereuse. Une qui ne mettra pas seulement leurs vies en danger, mais aussi celles des amis de Hodges: Jerome Robinson et sa sœur adolescente, Barbara. Parce que Brady Hartsfield est de retour. Et il ne prépare pas de se venger uniquement de Bill Hodges et ses amis, mais aussi de la ville entière.

Mon avis :

Dernier tome de la trilogie, totalement différent, comme les deux précédents.

Et King nous a démontré tout son génie. Ou comment le légume Hartsfield va réussir à se venger, sans sortir de son état catatonique et de sa chambre d’hôpital. Enfin, ça c’est ce que tout le monde croit…

On retrouve avec bonheur Bill, Holly et Jérôme, qui se sont étoffés, encore plus émouvants. L’auteur sait nous faire aimer ses personnages. Brady nous apparaît plus sournois, plus manipulateur et ingénieux que jamais. Et on frémit de nouveau avec cette scène de la mercedes fonçant sur la foule, vue sous un angle encore différent.

Ce récit est un appel à la vigilance, et à la réflexion, par rapport aux risques de déviance que l’on peut retrouver via les réseaux sociaux, ainsi qu’une description de la société américaine et des suicides chez les jeunes.

On entre dans une dimension tout à fait fantastique, incroyable, invraisemblable, mais qui a l’air tellement réelle. On est ferré, et King ne nous lâche plus, on est, nous aussi, hypnotisé par ce jeu et ces fichus poissons roses, King nous grignote la cervelle jusqu’à la fin, on devient ses marionnettes.

La confrontation finale est pas mal du tout, même si je trouve que depuis quelques livres, King « bâcle » ses fins.

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu les deux premiers, mais je trouve que cela ajoute une plus value, le lecteur est totalement imprégné, il évolue en même temps que les personnages, et c’est un vrai bonheur.

 

 

 

 

2 réflexions sur “« Fin de ronde » de Stephen KING

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s