Interview de Grégory VALLAURI

Présentation de l’auteur :

Grégory Vallauri est déjà l’auteur de deux recueils de poésie « Plus une goutte d’encre pour le mot fin », et « Au théâtre de la vie », ainsi que de plusieurs albums de chansons françaises dont il a signé l’intégralité des textes, ce qui lui a permis de devenir membre de la SACEM en qualité d’auteur.

Né à Saint Etienne en 1972, c’est non loin de là, à Estivareille, que se sont écrites les plus belles pages de son enfance.

En 1995, avec son épouse, c’est dans un petit village voisin, Merle-Leignec, qu’ils firent l’acquisition du « Café Jasserand » , cet ancien commerce reconverti depuis en habitation.

Ce lieu chargé d’histoire, véritable institution au Pays de Saint Bonnet Le Château, lui inspirera de nombreux textes et poésies.

L’année 2015 sera pour lui celle de la révélation, écrire un roman dont le « Café Jasserand » serait l’un des acteurs principaux, avec en toile de fond les monts et les plaines du Forez.

Ainsi naquit « Le secret du café Jasserand », le premier roman de Grégory Vallauri publié aux éditions Actes Graphiques. (directeur, monsieur Benoit Aubin).

P1030641.jpg

 

 

Bibliographie :

P1030777.jpg

 

Tout d’abord, merci Grégory d’avoir accepté mon invitation.

Vous êtes chanteur, compositeur, poète et écrivain. Quelles sont les origines de toutes ces passions ?

Inspiré sans doute par la beauté et la quiétude des lieux, l’envie me prit, il y a une quinzaines d’années d’écrire des poésies au gré de nos séjours, des personnes rencontrées et des situations vêcues.Certainement un peu maladroit dans ses prémices, mon style s’est peu à peu affiné avec le temps et l’expérience.

Fort d’une cinquantaine d’écrits, j’ai décidé de partir en quête d’un éditeur susceptible d’être intéressé par mon travail. Mon voeux se réalisa peu de temps après tandis que mon premier recueil de poésies « Plus une goutte d’encre pour le mot fin », voyait le jour à ma grande satisfaction.

Un second  a suivi l’année suivante mais l’aventure ne s’arrêta pas là. Cette modeste expérience littéraire m’a progressivement emmené par les hasards de la vie et des rencontres, vers une autre forme de textes, ceux voués à être mis en musique, autrement dit, des paroles de chansons. C’est un ami musicien qui m’a donné l’envie d’emprunter cette voie. De cette union, un groupe est né  « EKO », rebaptisé par la suite « café Jasserand », puis un album de chansons françaises se voulant toutes des compositions.

Ensuite pour ma part, d’autres rencontres musicales, d’autres styles aussi, des collaborations et 6 autres albums à la clef, dont le dernier en date se voulant un hommage à l’œuvre de Jean Ferrat. Ensuite et parallèlement à cette aventure, l’année 2015 fut également celle d’une écriture nouvelle, un roman dont l’intrigue se situerait à Merle et ses proches environs. C’est ainsi que de page en page « Le secret du café Jasserand », puisque tel est son titre, est sorti de l’ombre en novembre 2015. Dans la même logique que pour mes recueils de poésies, j’ai proposé mon manuscrit à une dizaine d’éditeurs régionaux.

L’un d’entre eux, Monsieur Benoit Aubin, directeur des éditions Actes Graphiques, a décidé de publier mon roman, pour mon plus grand bonheur.

Parlez-nous de votre roman « Le secret du café Jasserand ». Où avez-vous trouvé l’inspiration ?

« Le secret du café Jasserand » m’a été inspiré par le Café Jasserand lui même, cet ancien commerce situé sur la commune de Merle Leignec et dont j’ai fait l’acquisition en 1995. Il y a tant à dire à son sujet, lui qui a tout connu depuis 1876, date de sa construction. Ah, si les murs pouvaient parler!!

Très friand de littérature fantastique et grand admirateur de Jules Verne et HG Wells, j’ai pensé que ce lieu insolite et chargé d’histoire pouvait-être le point de départ d’une aventure extraordinaire. Toutefois, il ne s’agit pas d’un roman de science fiction, loin de là. Le fantastique y est présent, certes, mais en toile de fond. Saut dans le temps, voyage aux frontières du réel, révélations d’un savant fou, retrouvailles inattendues et chasse au trésor ponctuent cette aventure incroyable.

Comment l’avez-vous écrit ? Etait-ce une évidence pour vous ?

Mon scénario en tête, les mots, les phrases, les chapitres, se sont révélés tout naturellement à moi. Il y avait tellement à écrire, à imaginer sur ce sujet, qu’à ma grande satisfaction, je n’ai jamais, au cours de ma rédaction, été victime du syndrôme tant redouté par les écrivains, celui dit de la page blanche.

Quels sont les écrivains (et les chanteurs) qui ont bercés votre enfance ?

Les chanteurs qui ont bercé mon enfance furent principalement Jean Ferrat, Bécaud, Renaud, Johnny hallyday dans un tout autre domaine ou encore, Allain Leprest etc…….

Pour les écrivains et pour se limiter à ma jeunesse, Jules Verne arrive en tête.

Le mot de la fin est pour vous :

Ecrire ce roman s’est avéré pour moi une aventure proprement hors du commun et enrichissante. J’ai pris énormément de plaisir tout au long de sa rédaction et écrire le mot fin a été pour moi un déchirement. Durant près d’un an, j’ai vêcu avec tous ces personnages, ces paysages, ces couleurs , je les ai aimé, ils faisaient partie de mon quotidien, le matin, le soir et même la nuit. Ils continueront désormais leur route sans moi, grâce, je l’espère, à l’intérêt des lecteurs.

affiche

affiche 2017

Grégory Vallauri sera présent en dédicace au salon du livre de Boen (entre Roanne et St Etienne) les 13 et 14 mai 2017.

 

 

 

Une réflexion sur “Interview de Grégory VALLAURI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s