« Le prix de la vérité » de Florent MAROTTA

19693691_1518068514880003_2869078579680506320_o

Résumé :

Élisa est morte. Six mois après le suicide de sa femme, Paul sort de l’hôpital psychiatrique où il a dû se battre contre ses hallucinations.
Comment reconstruire sa vie ? Que lui reste-t-il si ce n’est sa fille placée par un juge ?
Quand il apprend que ce sont ses beaux-parents qu’il n’avait jamais vus qui ont la garde de son enfant, Paul vacille.
Alors, lorsqu’une lettre de la banque lui annonce que sa femme avait un compte caché, son monde s’écroule.
Dès lors, Paul n’a plus qu’un objectif, traquer la vérité.
À n’importe quel prix.

Mon avis :

Enfin un livre qui me transporte ! Prévoyez l’arrêt de toute vie sociale durant cette lecture, parce qu’une fois la première phrase lue, vous êtes fichu. Pas d’autre choix que de continuer la lecture, ben, jusqu’à la fin…

Honnêtement, tous les ingrédients sont là : de la psychologie, des trahisons, une machination macabre, des personnages attachants et d’autres que l’on aimerait bien tuer de nos propres mains, des rebondissements, en veux-tu en voilà, un page turner au top, et une fin, totalement « ouah ».

On est oppressé dès le départ, et l’auteur sait comment nous faire tourner en bourrique, et perdre des neurones à chaque fin de chapitre, il y joue et visiblement il adore ça !

Les personnages sont étoffés, on s’identifie facilement à chaque facette de l’un ou de l’autre : Paul, qui tente de se reconstruire après le suicide de sa femme, mais surtout, totalement déboussolé par ce qu’il découvre au fur et à mesure. Dur de faire la part des choses lorsqu’on est sous traitement et sujet aux hallucinations. Moi même, j’avoue avoir perdu mon latin, doutant régulièrement de mon équilibre psychique.

Eva, l’amie de Paul qui le soutient dans ses recherches apporte la petite touche féminine à ce duo. Renzo, le beau père, qui déteste son gendre et le lui fait sentir. Grégory, le voisin un peu obscur. Tous ces personnages jouent leur rôle à la perfection.

Je suis toujours attirée par les polars psychologiques. Et là, Florent se débrouille comme un chef. C’est bien documenté, et très bien tourné. Il fait douter le lecteur autant que Paul.

L’écriture est fluide, sans chichi inutile. Je connais cet auteur, et à chaque fois, c’est le même émerveillement, je ne sais pas, il y a un truc dans sa façon d’écrire qui me plait. Il fait partie de mes valeurs sûres.

C’est le genre de lecture qui vous plonge dans une bulle et vous fait oublier le monde extérieur. J’ai avalé les pages de ce livre à une vitesse affolante. Il n’est resté qu’une journée entre mes mains : attaqué la veille au soir, j’ai passé ma journée de congés immergée dedans. Je n’ai eu qu’un seul regret : devoir quitter Paul si vite !

Comme quoi, les coups de cœur, bien souvent, viennent avec des petits auteurs qui ont la rage, et pas forcément de ceux qui vendent des millions d’exemplaires ! Et ça, c’est souvent que je le dis….

.

 

Une réflexion sur “« Le prix de la vérité » de Florent MAROTTA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s