« La conjuration primitive » de Maxime CHATTAM

index

Résumé :

Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ?
Une véritable épidémie de meurtres ravage la France.
Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage.
Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre.
Plusieurs tueurs sont-ils à l’œuvre ? Se connaissent-ils ?
Et si c’était un jeu ?
Mais très vite, l’hexagone ne leur suffit plus :
l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition.
Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l’horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, appelé en renfort pour tenter de comprendre.

Mon avis :

Avant d’attaquer la lecture, on a un petit mot de Maxime dédié à sa femme, Faustine, « son étoile qui l’a guidé dans les abysses, lui indiquant comment rentrer chaque soir à bon port sans se perdre en route ». Ce texte prend tout son sens à la lecture de ce récit.

J’ai eu l’impression d’être dans un grand huit, la grimpée est faramineuse, on tremble, on se dit « je veux descendre », on sait qu’on est embarqué  dans le circuit, inexorablement, on sait aussi que la descente va être vertigineuse, que notre estomac va remonter au bord de nos lèvres, que notre cœur va battre le record de pulsations par minutes, que l’on va hurler, que chaque virage sera la seule petite accalmie possible avant de reprendre de la vitesse pour mieux continuer la descente. Et lorsque tout s’arrête, on se dit « ouf », on est vidé, les jambes en coton, dur de reprendre pied avec la réalité.

Eh bien, c’est exactement ce que j’ai ressenti. Un truc démentiel. J’ai été scotchée par cette histoire, je me suis prise d’affection pour Alexis et Ludivine. C’est un voyage au fin fond de l’enfer et de la cruauté humaine comme il ne m’a jamais été donné de lire, un check up de la nature profonde de l’homme, un constat qui fait frémir, tellement on s’aperçoit qu’il est vrai…

Certaines scènes sont insoutenables, il faut avoir le cœur bien accroché, et, de préférence, ne pas lire à proximité des repas, lol.

Maxime nous livre une partie de son talent, pour mener le lecteur a être totalement obnubilé par son livre, à vous agripper les tripes pour vous les sortir du ventre, centimètre par centimètre  jusqu’à la fin, pour rendre son récit plus que réel, avec un final éblouissant. Un livre qui vous vide de votre substance, qui vous laisse KO debout….Pendant 4 jours je n’ai fait que penser à ça, au moment où j’allais pouvoir me replonger dedans, et malgré toute cette violence, cette dérive humaine, tout ce Mal, j’en redemande…Suis je normale ???

8 réflexions sur “« La conjuration primitive » de Maxime CHATTAM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s