« Pas un mot » de Brad PARKS

cover123688-medium.png

Résumé :

Le juge Scott Sampson s’apprête à aller chercher ses enfants à l’école. Et à plonger en plein cauchemar. Il reçoit un message anodin de sa femme adorée, Alison : elle ira récupérer les jumeaux pour les emmener chez le médecin. Alison rentre à la maison. Seule. Elle n’a jamais envoyé ce texto. Le téléphone sonne. Les enfants ont été enlevés. Les ravisseurs n’exigent pas de rançon, mais des verdicts sur commande : si le juge n’obéit pas à leurs demandes, les petits le payeront très cher. Et évidemment : « Pas un mot ! » C’est le début d’un calvaire où chantage, mensonge et paranoïa feront vivre l’enfer à ces parents prêts à tout pour récupérer leurs enfants, quels que soient les dangers, les sacrifices et les compromissions.

Mon avis :

Ma plus grande peur est qu’il arrive quelque chose à mes enfants (comme tout le monde, je pense). Ce livre est un bouleversement émotionnel total. Les jumeaux sont enlevés, certaines scènes sont terrifiantes, insoutenables psychologiquement. Je suis allée au bout de moi même pour aller au terme de ce livre.

Les rebondissements sont nombreux, on doute de chaque personnage, on essaie de rassembler les pièces du puzzle afin de découvrir qui a enlevé les jumeaux, dans quel but, et aussi pour tenter de savoir quelle sera l’issue de ce plan machiavélique et comment les personnages vont pouvoir s’en sortir.

Alison, mère courage, va tout faire pour sauver ses enfants, pilier du couple au départ, qui s’effondre un peu plus chaque jour, cachant un terrible secret. Scott, juge respecté, obligé de suivre ses affaires en cours, et surtout se plier aux volontés des ravisseurs. Toute la famille d’Alison qui fait bloc autour d’eux, chacun avec leurs convictions personnelles et leurs émotions. Les choix de chacun pouvant faire basculer la situation d’un instant à l’autre.

Dans cette ambiance anxiogène, le milieu judiciaire américain est passé au crible, un peu à la manière de Grisham, les procès médiatiques s’enchainent, sur fond de lobbies et de corruption. L’auteur a fait un très bon travail de documentation, on a l’impression que c’est un juriste qui a écrit certains chapitres ! C’est intéressant, par contre, il ne faut pas craindre ce milieu et cette ambiance, car beaucoup de chapitres sont consacrés à ce pan de l’histoire, ralentissant le rythme.

La fin tient ses promesses, j’en avais imaginé un certain nombre, mais pas celle ci.

J’ai passé un très bon moment de lecture, il m’a fallu un petit temps pour digérer la fin et les émotions qu’elle a fait naitre en moi. Un roman qui vous remue, comme je les aime !

 

 

 

 

2 réflexions sur “« Pas un mot » de Brad PARKS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s