« D’ombre et de silence » de Karine GIEBEL

cover123862-medium.png

Résumé :

« Écrire une nouvelle, c’est tenter, en quelques lignes, de donner vie à un personnage, de faire passer au lecteur autant d’émotions qu’en plusieurs centaines de pages. C’est en cela que la nouvelle est un genre littéraire exigeant, difficile et passionnant. »
Karine Giebel

« Partir sans lui dire au revoir.
Parce que je me sens incapable d’affronter ses larmes ou de retenir les miennes.
L’abandonner à son sort.
Parce que je n’ai plus le choix.
(…)
Je m’appelle Aleyna, j’ai dix-sept ans.
Aleyna, ça veut dire éclat de lumière.
(…)
J’ai souvent détesté ma vie.
Je n’ai rien construit, à part un cimetière pour mes rêves.
Là au moins, on ne pourra pas me les voler. »
Si les romans de Karine Giebel sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, celle-ci excelle depuis quelques années dans un genre tout aussi exigeant : la nouvelle, où elle condense en quelques pages seulement toute la force de ses romans. D’OMBRE ET DE SILENCE réunit huit textes, dont certains sont inédits et d’autres restés jusqu’à aujourd’hui très confidentiels. Voici l’occasion de (re)découvrir Karine Giebel intensément, grâce à ce recueil de nouvelles noires, humaines, engagées…

Mon avis :

Karine Giebel fait partie des mes auteurs préférés. C’est pour cela que j’ai décidé de lire son nouveau livre, car, je dois l’admettre, les nouvelles, ce n’est pas vraiment mon truc. J’aime lorsque l’histoire, le décor, les personnages mettent du temps à se poser. J’ai été poussé par la curiosité également, avide comment Karine ne sortira de cet exercice de style.

Et je n’ai pas été déçue, bien au contraire ! Tout le talent de Karine ressort de manière magnifique. En quelques pages, elle arrive à nous subjuguer, nous terrifier, nous faire prendre conscience de plein de choses.

8 nouvelles totalement différentes l’une de l’autre, avec un point commun : une femme, personnage central, aux prises avec des hommes, frère, propriétaire, amant, innocent condamné à tord, ou encore la maladie.

« L’homme en noir » : terrifiante histoire de vengeance, qui fait froid dans le dos. David, encore enfant, assiste à l’assassinat de son père,  en 1994. Aujourd’hui, adulte tourmenté qui n’a de cesse de se venger, il retrouve le meurtrier et décide de se faire justice. Une montée en puissance, et une chute, vertigineuse !!! Juste démentielle !

« Alyena » : Alyena, jeune musulmane promise au mariage arrangé par ses parents, décide de quitter le domicile pour fuir cette vie dont elle ne veut pas. Un portrait touchant et émouvant, prise de conscience de ce que subissent de nombreuses jeunes filles à travers le monde. Le respect des traditions et les terribles conséquences de la rébellion.

 

 

Une réflexion sur “« D’ombre et de silence » de Karine GIEBEL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s