« Ressacs » de David James KENNEDY

24020041_10155896480752720_1595967169_n

Résumé :

Interne dans un hôpital isolé du Pays Basque, Jean-Christophe d’Orgeix constate une nuit qu’un de ses patients, arrivé dans l’après-midi après un accident de voiture, a été agressé dans son lit. Le pauvre homme est au plus mal, et malgré les tentatives désespérées du jeune médecin pour le sauver, il décède quelques minutes plus tard. Fou de rage, Jean-Christophe d’Orgeix se lance dans les couloirs à la poursuite de l’agresseur… et disparait subitement. Plus personne ne le reverra jamais.

Interne dans le même hôpital, et très affecté par la disparition de son ami, Thomas mène l’enquête. Il découvre vite qu’entre ces murs, bâtis sur les vestiges d’un ancien monastère, d’autres disparitions ont eu lieu, et notamment celle d’un interne, sept ans plus tôt. Un jeune homme dont l’histoire ressemble en tous points à celle de Jean-Christophe, et dont les photos montrent… qu’il en était l’exact sosie.

Mon avis :

Moi qui était ravie de partir m’évader au pays basque, on ne peut pas dire que David le dépeigne sous son meilleur jour ! Nous avons l’Atlantique déchaîné et tempétueux dans lequel on ne se voit pas y faire trempette, la grisaille et l’humidité dignes d’un paysage irlandais, un ancien monastère bourré de secrets, de traditions et de…fantômes (?), reconverti en hôpital militaire où les patients et personnels soignants disparaissent ou tombent comme des mouches. Bel lieu de villégiature me direz-vous ? Eh bien oui ! Je me suis régalée !

Il y avait du suspense, des mystères, on entre très vite dans le feu de l’action. L’ambiance est sombre, les rebondissements nombreux. Il y a un côté assez psychologique, un autre un peu irréel, on en vient presque à croire aux fantômes, David joue avec son lecteur et les diverse possibilités qui s’offrent à lui, et ça, j’adore ! On a l’impression d’être dans une petite barque au milieu de l’océan en pleine tempête. Et une fois commencé, je n’ai eu de cesse de le terminer, d’ailleurs, il a été commencé le vendredi soir et terminé le dimanche matin.

Tom Castille, interne, et le lieutenant Bost, vont s’épauler pour venir à bout de ce puzzle hallucinant. Un personnage féminin vient compléter ce duo, Sophie, dont le rôle a tout de même été plus discret.

L’écriture de David est fluide, rythmée, sans longueurs, avec de réguliers « résumés » de la situation, ce qui permet au lecteur de faire le point, de ne pas se perdre dans les méandre de l’enquête, qui est bien fournie.

La fin a été à la hauteur du reste, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Nous voilà donc avec un thriller brillant, conseillé par Franck Thilliez en personne, avec des protagonistes et une intrigue différents de ce que l’on peut retrouver généralement. Quand je pense que ce livre trainait au fond de ma PAL depuis des lustres, et que c’est la présence de David à Vienne qui m’y a fait penser, j’ai honte !

 

Une réflexion sur “« Ressacs » de David James KENNEDY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s