« L’homme craie » de C.J. TUDOR

20180301_154457

Résumé :

« Le problème, c’est que nous n’avons jamais réussi à nous mettre d’accord sur le début. Est-ce quand Gros Gav a reçu le seau de craies pour son anniversaire ? Est-ce quand nous nous sommes mis à nous en servir pour dessiner des bonshommes ? Ou quand ils ont commencé à apparaître d’eux-mêmes ? Est-ce le terrible accident ? Ou quand on a retrouvé le premier cadavre ? »

1986. Eddie et ses amis sont encore des enfants. Ils passent leurs journées à parcourir en vélo leur petit village anglais, en quête de distractions. Ils ont élaboré un langage secret : de petits bonshommes allumettes tracés à la craie qu’eux seuls peuvent comprendre. Mais, un jour, l’un de ces mystérieux dessins les conduit jusqu’à un corps démembré qui change leur existence pour toujours.

2016. Eddie croit avoir définitivement tourné la page lorsqu’il reçoit une lettre contenant un nouveau bonhomme craie. Ses amis d’enfance ont reçu la même missive, mais ce qui ressemble à un canular prend une tournure dramatique lorsque l’un d’eux est tué.

Pour sauver sa peau, Eddie comprend qu’il devra faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé trente ans plus tôt.

Mon avis :

Avec ce livre, je suis retombée en enfance. On a tous eu cette bande de copains et copines que l’on retrouvait après l’école pour s’amuser, réfléchir sur notre avenir, un peu comme un club secret avec nos codes et nos manières de communiquer. Comme Eddie et sa troupe, avec les petits messages en craie. Sauf qu’eux ont découvert un cadavre.

On navigue entre le présent et le passé, avec Eddie comme narrateur sur les deux périodes. On essaie de recoller tous les morceaux, de comprendre le pourquoi du comment. C’est très psychologique, l’ambiance est pesante et anxiogène. Et déjà le début est tonitruant avec un accident de manège. Le ton est donné. On ne va pas faire dans la dentelle.

L’écriture est particulière. Beaucoup de descriptions, tellement réalistes qu’on s’y croirait. On peut presque sentir l’odeur du corps en décomposition. Les fausses pistes sont nombreuses. L’auteur nous malmène. Et au delà de cette histoire d’amitié, de rivalité, de rancœur, ce cachent des drames, des non-dits, des enfants qui grandissent trop vite, et une vérité qui fout la chair de poule.

Juste un conseil : pour lire l’épilogue, soyez au calme, prenez votre temps, savourez chaque mot, ressentez l’ambiance, et……….soyez assis !

 

 

Une réflexion sur “« L’homme craie » de C.J. TUDOR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s