« La disparition de Stephanie Mailer » de Joël DICKER

img_0130

Résumé :

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.

Mon avis :

J’avais adoré « la vérité sur l’affaire Harry Québert », un peu moins accrochée pour « le livre des Baltimore », j’attendais ce nouveau roman impatiemment. Je n’ai pas attendu longtemps après sa sortie pour l’acheter et le dévorer ! Et stage à Rennes aidant, je l’ai lu en deux soirées, bien calée sous ma couette ! Et j’avoue n’avoir pas vu passer les 600 pages de ce pavé.

Joël Dicker est un auteur qui progresse à chaque nouveau livre. Le lecteur est happé par son univers, on a presque envie de se fondre dans l’histoire pour mieux la vivre de l’intérieur. C’est dense, avec une multitude de personnages, tout est très bien travaillé et décrit (d’ailleurs, à la fin, il y a un petit glossaire avec la liste des protagonistes, et ça, c’est pas mal pour ne pas se perdre !).

On suit l’enquête menée par Jesse, Derek et Anna, nos trois policiers de choc. La disparition de Stephanie les replonge dans un quadruple meurtre, pourtant élucidé, 20 ans plus tôt. Les enquêteurs reprennent tout depuis le début.

Bon, après, il y a des choses qui m’ont agacées, et non des moindres ! Derek, à deux jours de la retraite, décide de prolonger son service afin de tenter de retrouver Stephanie et savoir ce qu’il s’est réellement passé 20 ans plus tôt. Et sa hiérarchie accepte cette doléance sans sourciller. Ensuite, les répliques de la pièce de théâtre. Non, mais franchement, l’auteur avait fumé la moquette à ce moment là non ??

Et la fin, malheureusement, fait partie de ce qui m’a agacée. Et c’est pour cela que je reste sur une note plutôt négative. J’ai trouvé la manière de confronter le meurtrier vraiment limite. Bon, après, les explications du mobile, du procédé, tout cela est bon, ça tient la route, c’est bien ficelé, ça roule. Mais voilà, je reste chagrinée….

J’ai passé un bon moment de lecture tout de même. Peut être que j’en attendais trop, je ne sais pas.

2 réflexions sur “« La disparition de Stephanie Mailer » de Joël DICKER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s