« De cinq à sept » d’Olivia KOUDRINE

Informations :fleurs de cerisier

Titre : De cinq à sept

Auteur : Olivia KOUDRINE

Editeur : Cherche Midi

Nombre de pages : 416 pages

Format  et prix : broché   19 € / numérique  13.99 €

Date de publication : 7 juin 2018

Genre : fiction (adulte)

 

Résumé :

Un certain 17 décembre, il est dix-sept heures.
Charlotte, Parisienne de quarante-huit ans, se prépare à retrouver son jeune amant dans un petit appartement.
Au même moment, à Deauville, Fanny, trente-deux ans, s’occupe d’une cliente bavarde qu’elle n’écoute pas. Elle pense à son fils en pleine crise adolescente, qu’elle élève seule.
À Besançon, Gislaine, la cinquantaine, aide-soignante, profite de son jour de congé pour faire le ménage, malgré son mal de dos, avant de préparer le dîner pour ses filles et son mari.
Tandis qu’à Neuilly, Simone, soixante-quinze ans, attend son kiné. Veuve, elle vit seule et ressasse ses souvenirs.

Quatre femmes, leur quotidien, leurs amours, leurs rires et leurs larmes… Quatre femmes qui n’ont rien en commun, avant que tout bascule. Le même jour, entre cinq et sept, dans un lieu différent, un radiologue annonce à chacune qu’elle a un cancer du sein. Un choc qui met en lumière la précarité de l’existence, qui pose la question de la féminité, du regard des autres et des proches face à la maladie.
L’ombre de la mort fait doucement chavirer les certitudes et retrace les lignes d’un destin inéluctable. Une épreuve qui les aidera à se réapproprier leur vie.

 

Mon avis :

Paris, Deauville, Besançon, Neuilly, 4 lieux, Charlotte, Fanny, Gislaine, Simon, 4 femmes totalement différentes, pour un destin unique.

On s’introduit dans les vies de ces femmes que tout oppose, on apprend à les connaître, on découvre leurs faiblesses, leur mal-être. Car même si cela n’est pas flagrant pour leur entourage, nous, on les connait ! On sait que Charlotte étouffe dans sa petite vie riche et monotone. Que Fanny doit porter seule à bout de bras son ado en pleine crise. Que Gislaine est entièrement dévouée à son mari et ses filles. Que Simone vit dans un passé qu’elle regrette.

Puis il y a l’annonce de la maladie. La façon de chacune de l’appréhender, de l’accepter, ou pas, de faire face. C’est un tsunami où la vie bascule, où tous les repères sont perdus. On entre dans le vif du sujet, et très franchement, faut s’accrocher. Car rien ne nous est épargné. Le diagnostic s’avère optimiste ou pessimiste selon les cas.

Notre quatre héroïnes ne vivent plus que par consultations, examens, opérations interposés. La chimiothérapie, la radiothérapie, l’hormonothérapie n’ont plus de secrets pour nous. Les effets secondaires vont bien plus loin que la perte des cheveux, qui, somme toute, est moindre par rapport à tout le reste qu’on n’imagine même pas. C’est terrifiant et pourtant, c’est la réalité et c’est ce que vivent de nombreuses femmes au quotidien. Le soutien familial est également abordé. Le questionnement de la reconstruction après l’ablation du sein (prothèse ou tatouage) est souligné avec beaucoup de délicatesse et de justesse.

C’est une énorme leçon de vie et de courage, dont il faut en tirer les leçons : profiter de la vie, ne rien regretter, ne pas se complaire dans une vie qui ne nous satisfait plus, et surtout, penser au dépistage.

Un très grand livre. Je remercie les éditions Cherche Midi et NetGalley pour cette lecture bouleversante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s