« Recyclés » de Cedric VETO

Informations :fleurs de cerisier

Titre : recyclés

Auteur : Cédric Veto

Editeur : auto édition

Nombre de pages :  297 pages

Format  et prix : broché   14.99 € / numérique 2.99  €

Date de publication : 30 mai 2018

Genre : suspense

Résumé :

Oubliés.
Rejetés.
Jetés.
Des gens sans importance, tombés un jour à la rue et dans la déchéance, animaux gênants et nuisibles aux yeux de la société.
Simples denrées périssables ou consommables jetables, auxquels on accorde la même place qu’aux ordures, ils suivent la même voie que les déchets produits en quantités astronomiques par l’organisme insatiable qu’est la mégalopole.
Gaspillage insensé, destruction de ce monde, tout se périme et se jette, tout lasse et s’abandonne pour finir entassé dans ce bourrier immonde, dans la décharge-monde.
À perte de vue s’étend un océan de déchets, alimenté en permanence par d’interminables caravanes de tombereaux aux ventres lourds et pleins, intarissables confluents et dégueulasses effluents qui se déversent ici en une ininterrompue affluence.
Les camions viennent vomir sur ce dépotoir, y dégueuler en abondance le fruit mal digéré de la consommation de masse.
Nouvel asile pour les plus démunis, nouvelle terre promise où tout est à nouveau possible sans le regard accusateur de ceux qui ont et qui possèdent, ils veulent à nouveau être, pousser dans ce terreau fertile sur lequel la vie va reprendre racine et les abandonnés se reconstruire.
Se réorganiser, retrouver fierté et vie sociale, ils recyclent à leur avantage ces excédents de production et font du gaspillage une bénédiction.
Tout se récupère et se revalorise, tout se mange ou s’utilise.
Et si aux yeux de certains les miséreux eux-mêmes avaient soudain une valeur marchande ?
Tourisme de la misère, impunité totale… le recyclage est en marche.

 

Mon avis :

Voilà un livre qui sort de l’ordinaire, c’est le moins qu’on puisse dire !! Qui fait prendre une méga prise de conscience au lecteur, et qui est, malheureusement, un triste reflet de notre société.

Les protagonistes vivent (ou plutôt survivent) dans la décharge monde, une immense décharge à ciel ouvert. Adam, Simon, Nathalie, Joshua et les autres se sont organisés pour trouver de quoi se nourrir tout en évitant les dangers occasionnés par la vie dans ce lieu hostile. Malgré le fait qu’ils n’aient presque rien, ils forment une communauté, avec ses règles, son chef. C’est horrifiant et dérangeant. Parce que c’est une réalité qu’on prend en pleine face : nos déchets immondes s’entassent, on ne recycle pas suffisamment, on pollue, et des gens qui n’ont rien récupèrent ce qui est devenu inutile pour nous.

Le moment qui m’a le plus touché, c’est le « safari à la déchetterie », sorte de voyage touristique pour voir les gens vivant à la décharge, comme les touristes au Kenya s’émerveillant des éléphant et autre lions. Pathétique.

C’est la réalité de notre société de consommation qui est dépeinte, et ça fait peur.

Au milieu de tous les drames qui peuvent arriver dans cette décharge, et croyez-moi, il y en a dont on en n’imaginait même pas l’existence, Virginie et sa bande, qui voit cela comme un immense terrain de jeux, expérimente des produits et des nanorobots  visant à « grignoter » les gens afin de ne laisser aucune trace. L’élimination « écolo » de nos déchets, chose ou personne. Parce qu’il ne faut pas se voiler la face : ces gens qui vivent là, ils dérangent. On est dans la fiction, l’auteur extrapole, mais honnêtement, vous ne trouvez pas qu’on est pas bien loin de cette situation ???

Et au-delà de ça, c’est une formidable aventure humaine, pleine de solidarité, d’espoir, de respect, de partage et d’amour. Cédric sait très bien alterner les phrases chocs qui retournent les tripes et les phrases pleines d’humanité et d’espoir. J’aime beaucoup sa plume percutante, à chacun de ses livres, j’ai passé un excellent moment. C’est un auteur qui se renouvelle et je ne sais jamais à l’avance où il va me conduire, et ça, c’est top !

Merci beaucoup Cédric pour cette lecture. Je vais de ce pas trier tous mes déchets et adopter un petit renard, parce que c’est bien mieux qu’un chien ou un chat !

recylcés cedric veto

rouxroux

Une réflexion sur “« Recyclés » de Cedric VETO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s