Fête du livre St Etienne 2019 – 17 au 20 octobre 2019

Cette année, j’ai passé mon samedi 19 octobre au salon du livre de Saint-Étienne. Il faut dire que la palette d’auteurs invités était bien fournie. Je vous raconte ?

fete du livre St Etienne

Tout d’abord, parlons des choses qui fâchent ! La SNCF, ma grande copine, n’a rien trouvé de mieux que d’être en grève. Cela a impacté les projets de nombreux auteurs de ma connaissance sur différents salons en France. Et St Etienne n’a pas été en reste… Xavier de Moulins, Mathieu Deslandes, Zineb Dryef, ou encore Sorj Chalandon n’ont pas pu venir. Je me faisais une joie de les rencontrer. Leurs conférences ont été annulées.

Et je tiens à souligner la difficulté dans laquelle sont mises, bien malgré elles, les librairies chargées d’accueillir ces auteurs. En effet, le stock d’ouvrages était considérables, ces auteurs renommés faisant partie de la rentrée littéraires de cette année. Tous ces invendus vont devoir être retournés aux maisons d’édition. Le coût financier et humain est important à supporter pour des petites librairies.

Tout ça pour quoi ? Je vais m’arrêter là, sinon, je sens que je vais grave m’énerver….et je ne ferai pas ce plaisir à tous ces …. qui n’ont rien d’autre à faire qu’à prendre les usagers en otage.

Je suis arrivée juste pour l’ouverture. Le ciel était assez menaçant, et le monde était déjà au rendez-vous.

blogueuse litteraire1870486236..jpg

 

Après un rapide tour sous le chapiteau afin de repérer où allaient « œuvrer » les auteurs que j’avais prévu de voir, je me suis mise dans la file pour Françoise Bourdin. Elle était l’un des marraines de ce salon. Je l’ai beaucoup lu à une certaine période de ma vie. Ses romans sont très agréables, même si désormais, mes goûts ont évolués, et je ne pense pas la relire un jour. N’empêche, au vu de son succès, c’est une femme qui a su rester simple et près de son public, majoritairement féminin, et je dirais…un peu âgé lol ! Dans la file, la moyenne d’âge devait être de 60 ans !

franc3a7oise-bourdin.jpg

 

 

 

Ensuite, direction Emma Becker !! Alors là, quelle rencontre ! Elle m’était totalement inconnue il y a encore 3 semaine. J’avais bien vu passer la couverture de son roman, mais sans plus. « La maison » ? Késako ?

Bref. Et elle fut l’invitée de « La grande librairie ». Et là, ben, que voulez-vous, je suis un être d’une extrême faiblesse. Emma nous a présenté son roman avec une telle passion, une telle envie, qu’il est tombé direct dans ma PAL. Et quand j’ai su qu’elle serait présente à St Etienne, je l’ai attaqué direct ! Je l’ai terminé cette semaine. D’ailleurs, retrouvez ma chronique ici : « La maison » d’Emma BECKER. J’ai adoré ce roman, j’avais hâte de pouvoir en discuter avec elle. Et la rencontre a été fabuleuse ! De celles qui laissent une marque indélébile.

emma-becker-2.jpg

Emma Becker 1

 

Un petit coucou à Clélie Avit, qui était venue aux Boennales en 2016. C’est une auteure que j’apprécie beaucoup humainement. Elle est tout simplement adorable. Et ses livres, je ne peux que vous les recommander ! Son petit dernier, « L’expérience de la pluie » mérite vraiment le détour !

clelie-avit-3.jpgclc3a9lie-avit-2.jpgclelie avit

 

Marie Vareille et « la vie rêvée des chaussettes orphelines ». Auteur inconnue, mais je note son roman, je me laisserai tenter prochainement. Elle m’a signé sa contribution au recueil « L’amour, c’est… ». Voilà qui est génial avec ce recueil : pouvoir découvrir et discuter avec des auteurs de tous horizons, que l’on n’aurait pas forcément été voir dans d’autres circonstances.

marie-vareille-1.jpg

marie-vareille-2.jpg

 

 

Dans le même recueil, j’ai rencontré Marianne Levy. Voilà une auteure hybride et étonnante. Après des années passées à couvrir des événements sportifs majeurs, elle a bifurqué vers les coulisses de la télé. Son roman « Il était une fois chaussure à son pied », présente une nouvelle vision de Cendrillon. Je vais me laisser tenter !!

Elle ne souhaitait pas être prise en photo. Je vous pose en échange sa dédicace :

marianne levy1312061639..jpg

 

 

Troisième et dernière rencontre grâce au recueil : Serena Giuliano. Vous savez, elle est l’auteure de « Ciao Bella ». Un échange drôle, c’est une fille très sympathique. Elle m’a même proposé ses biscuits au Nutella ! Vous noterez que j’ai refusé, lol ! Je sais être raisonnable ! (le premier qui rigole, gare 😀!!)

 

serena-guiliano-1.jpg

 

serena-guiliano-2.jpg

 

 

Pour moi qui ai fait des études d’économie, rencontrer Jean-Claude Kaufmann, c’est juste un rêve !  J’ai adoré ses livres sur la vie quotidienne, « La sociologie du couple » principalement. J’ai beaucoup d’admiration pour ce pionnier de la micro sociologie. Une rencontre bluffante et émouvante ! J’étais intimidée, malgré tout, oui oui, ça m’arrive !!

jean-claude-kauffman-2.jpg

 

jean-claude-kaufman.jpg

 

 

Ma copine blogueuse Ségolène, de l’autre côté du miroir ! Une belle réussite bravo !! Je vous invite à aller découvrir son blog, il mérite le détour : « Les lectures de Pampoune ».

sc3a9golene.jpg

 

 

Philippe Peyron, copain facebook, rencontré en vrai. Voilà ! Facebook me permet de me tisser un excellent réseau littéraire mais le réel, c’est quand même mieux !

philippe-peyron-1.jpg

philippe peyron 2

 

Décidément, Caryl Férey, je le rencontre toujours à St Etienne !! Ça a été un plaisir, comme d’habitude. Je vais me laisser tenter par « Paz ». Mon retour très vite ! Merci pour ta disponibilité et pour cet échange. Un auteur qui a su rester simple malgré le succès, voilà ce que j’aime.

caryl-ferey-1.jpg

 

caryl-ferey-2.jpg

Un autre auteur de polar ! Il y en avait quelques uns tout de même ! Bon, pas pléthore, je l’avoue. Le public était au rendez-vous pour Niko Tackian. Hâte de découvrir la suite des aventures de Tomar Khan. En attendant, voici les chroniques de « Fantasmë »  et « Toxique « .

niko-tackian-1.jpgniko-tackian-2.jpgnikko-tackian.jpg

 

Pour le fun, Valérie Trierweiler. Elle a sorti son nouveau livre : « On se donne des nouvelles ». Désolée, mais celui-ci n’atterrira pas dans ma PAL, ce n’est pas du tout le genre de livre que j’aime. Mais il en faut pour tous les goûts, heureusement. Je note que sur ce cliché, elle fait très accro au téléphone, lol, aurions-nous un point commun ?

 

valc3a9rie-trierweiller-e1571561710780.jpg

 

 

Gordon Zola, où le roman baroque et parodique dans tout sa splendeur. Je me laisserai tenter, un jour, je pense. J’ai adoré les couvertures et les titres de ses romans ! « La dérive des incontinents », ou encore « Les suppôts de Sitoire ». Romans anti-déprime saisonnière ? Je le pense ! A suivre !

zola-gordon-2.jpg

Zola Gordon 1

 

 

Une Avit en cache une autre…Jeanne-Marie Sauvage-Avit, et la suite de sa saga sur la place des femmes au début du XXème siècle, avec « Céleste, la fille de Perline ».  Hâte de me plonger dans ce nouveau roman.

Retrouvez la chronique de « Cueilleuse de thé » , un one shot a laisser infuser pour en découvrir toute les saveurs.

Jeanne Marie Sauvage Avit

jeanne-marie-sauvage-avit1011854439..jpg

Le petit bout de chou de Clélie pouvait naviguer entre les deux auteures, elle est pas belle la vie d’un enfant sur un salon littéraire ?

 

En fin de matinée, j’ai assisté à la conférence avec Françoise Bourdin.

conf 2 francoise bourdin 2

Cela m’a permis d’en apprendre plus sur cette auteure aux 15 millions de livres traduits dans le monde entier. Vertigineux ! Ses romans permettent de décrypter notre société, avec une écriture simple, proche de la réalité et des lecteurs.

Être romancière, c’est observer le monde qui nous entoure, certes, mais c’est également et surtout, broder autour. Françoise avoue être féministe affirmée, mais sans être radicale, ni donneuse de leçons. Elle ne brosse jamais le portrait de la famille Ricorée dans ses romans, la place de la femme est toujours délicate au sein de la dynamique familiale.

Elle est très sensible à la valeur écologique. Le sujet de l’extinction des espèces animales lui tient à cœur et il était indispensable pour elle de faire passer un message dans son dernier roman. Elle qui a la passion des chevaux, qui vit en campagne, qui adore se promener en forêt avec ses chiens.

Françoise nous explique sa façon de travailler. J’adore lorsqu’un auteur aborde ce sujet. Cela me passionne de savoir comment un auteur s’organise. Elle effectue un énorme travail de documentation en amont, pour son dernier roman, par exemple, elle a visionné des heures de documentaires animaliers, parlé avec des vétérinaires de sa région. Alors, oui, elle nous confie avoir souhaité se rendre au Kenya, mais devant l’urgence de rendre son manuscrit, cela lui était impossible. Elle se console, son héros lui, y a été !

Jamais elle n’écrira sur des sujets qui l’angoissent, telle la pédophilie. Pourtant, elle s’intéresse à tout et avoue aimer lire des thrillers.

Pour elle, écrire est un exutoire, elle a toujours été son moyen d’expression. Toute jeune, elle écrivait des poèmes, des nouvelles. Elle considère l’écriture comme un métier  thérapeutique.

L’écriture d’un roman lui prend 6 mois. Une fois achevé, elle se dit toujours qu’elle va faire une pause. Et deux jours après, elle se retrouve à tourner dans son bureau comme un lion en cage, avide d’écrire le premier chapitre d’une nouvelle histoire. Elle ne peut raisonnablement pas vivre loin de l’écriture, c’est une drogue pour elle.

f-bourdin-e1571576220917.jpg

Françoise nous parle également de son amour pour Simenon. Son Maigret la fascine. Personnage pas du tout politiquement correct, mais tellement vrai. Il aime les braves gens, ne juge personne. Simenon distille de la psychologie dans ses romans, l’air de rien.

Elle enchaîne sur la littérature populaire, souvent décriée. Plaire au plus grand nombre, être proche des gens. Victor Hugo était populaire. Ce snobisme vis-à-vis de la littérature populaire n’existe qu’en France. Dans les autres pays, il n’y a pas d’étiquettes, un auteur est un auteur, point. Cet état d’esprit est insupportable.

Le syndrome de la page blanche ? « Ne me parlez pas de malheur ! ». Elle adore le début d’un nouveau roman, et déteste les fins,  voir partir ces personnages qu’elle a retrouvé tous les matins, c’est dur. Elle ressent un grand vide, c’est indéniable.

De ses passions, elle nous confie avoir cessé de monter à cheval, pourtant elle a été une très bonne cavalière. Elle adore les chiens, elle en a plusieurs, mais aussi le tir au pistolet, sur des cibles en carton, précise-t-elle. Son jardin, sa campagne, un cadre apaisant. Des journées bien remplies.

Sa relation avec ses lecteurs est disséquée, que ce soit dans les salons, où la foule et le monde ne permettent qu’un échange rapide trop frustrant, sur les réseaux sociaux, où l’écran rend les gens beaucoup moins timides, ou encore les rencontres plus intimistes organisées par son éditeur, où là, c’est génial.

Son but premier lors de l’écriture d’un roman, c’est que les lecteurs passent un bon moment. Si, en plus, il réussit à éveiller leur conscience sur un sujet sensible, c’est carton plein.

Une très belle intervention. Son dernier roman, « Si loin, si proche » est disponible depuis le 6 juin 2019.

 

La pause déjeuner….Mon grand coup de gueule chaque année…Le salon reste ouvert entre midi, mais je me demande bien pourquoi…tous les auteurs partent manger en même temps. Résultat, il doit rester allez, 5 auteurs tous stands confondus. Quel intérêt ?? Si on déambule dans les allées, on a l’impression d’être dans un lieu fantôme. C’est vraiment dommage.

foule midifoule midi 2

 

Sur certains stands, il n’y avait plus un seul auteur. J’en ai profité pour m’aérer et grignoter sur un banc…

pause-dej.jpg

Parce que la fête du livre de Saint Etienne se décline sous plein de formes, voici un petit florilège des différents lieux et animations :

Un petit spectacle rigolo sur le thème d’octobre rose :

spectacle-de-rue.jpg

 

Le coin des bouquinistes, fidèles au rendez-vous :

bouquiniste 1bouquiniste 2bouquiniste 3bouquiniste 4bouquiniste 5bouquiniste 6bouquiniste 7bouquiniste 8bouquiniste 9bouquiniste 10

 

Un escape game sur le thème du dernier roman de Niko Tackian, ça vous tente ? C’est par ici :

Escape game 1

Calmann-Levy vous invite à participer à un Escape game inspiré d’Avalanche Hôtel le nouveau roman de Niko Tackian.

Le principe est simple : il suffit de résoudre des énigmes pour sortir de la chambre 81.
Ces énigmes sont inspirées de l’intrigue du nouveau roman de Niko Tackian, Avalanche Hôtel. Un thriller véritablement haletant, se déroulant dans les Alpes suisses, dans une atmosphère rappelant le film The Shining !
Immergez-vous dans l’univers du mystérieux Avalanche Hôtel, et découvrez une nouvelle expérience de lecture laissant place au sensoriel et à l’imagination.

 

Un marché de produits locaux avec des dégustations à la clé, place Dorian. On trouve de tout sur la Fête du livre ! En effet, la place regroupe depuis quelques années un pôle dédié à tous les publics passionnés de littérature et soucieux d’environnement (agriculture, santé, nutrition et philosophie). Il y a même un concours de tricot !

 

 

Un petit crochet par le bar à dédicaces. Le principe ? Boire un coup et discuter avec des auteurs. Sympa non ? J’ai pu y croiser Nathalie Simon.

 

 

Et même les chocolats Voisin s’y mettent ! Là, impossible pour moi de résister ! C’était l’heure du goûter 😉 !

pause gouter

 

Autre lieu, autre ambiance :  la Bourse du Travail accueille le salon des éditeurs stéphanois.

philippe fontanel

Philippe Fontanel, ravie d’avoir pu discuter avec toi, la littérature est un formidable sujet de conversation !

Le stand d’Olifanzine, qui sera présent aux Boennales cette année. Ils nous préparent des animations au top, à votre place, je ne louperai pas cela !!

olifanzine 1olifanzine 2olifanzine3.jpg

 

philippe-ayanian-et-quentin-jaffrc3a8s.jpg

LA RENCONTRE déjantée et loufoque du salon ! Philippe Ayanian et Quentin Jaffrès. Vous en pouvez pas les manquer, mais allez-y !! Prenez quelques minutes (bon, OK, un peu plus, ce sont de grands bavards) pour vous arrêter.

Ce sont deux comédiens stéphanois mais pas que. Ils ont sorti 2 tomes d’une BD sur l’histoire stéphanoise. Incroyable. Ils ont écumé les archives, dévoré des kilos de livres d’histoire et écrit ce qui se présente comme une conférence déjantée. Les plus croustillantes anecdotes mais aussi les plus stupéfiantes réussites de Saint Etienne.

 

La part belle était donnée également à la BD, dont les auteurs ont été pris d’assaut.

Ici, ce sont Jeff Pourquié et Jean Christophe Chauzy qui sont à l’œuvre.

Jeff Pourquié et Jean Christophe Chauzy

 

 

Fabien Saint Val, l’auteur de roman fantastique, sera présent aux Boennales, le 10 novembre prochain.

fabien-st-val.jpg

Eric Vial Bonacci. Non non, il ne dort pas, la concentration est extrême, il réfléchit au texte de sa prochaine dédicace ! Urbex42, le photographe urbain, vous connaissez ? Ben, c’est lui !!

eric-val-bonacci.jpg

 

Azelma Sigaux, passionnée de nature, militante pour de nombreuses causes, utopiste, elle utilise l’imaginaire et l’humour pour faire passer des messages plus profonds sur la société à ses lecteurs, et ce dans chacun de ses ouvrages.

Azelma Sigaux

 

 

Bérengère Cournut.

bc3a9rangc3a8re-cournut.jpg

 

 

Olivier Kourilsky. Connaissance facebook. Une très belle rencontre et une discussion enrichissante, ce chef de service de néphrologie est passionné, enthousiaste et avec un humour décapant. Je vais me plonger dans son univers, moi qui adore tout ce qui touche à la médecine, je pense que je ne serai pas déçue !

olivier kourilsky

 

 

J’ai pu rencontrer Erik L’Homme. Là aussi, c’est une histoire comme seule la littérature peut m’en offrir.

Je suis attentivement les parutions des Éditions Calmann Levy, leur ligne éditoriale me plait assez, et je connais bien Caroline Lépée,  responsable du domaine français chez eux, mais surtout, la fée qui m’a permis de découvrir une certaine Sonja Delzongle, il y a quelques années. Bref, je m’égare !

Je vois cette couverture, ou plutôt ce bandeau, de « Un peu de nuit en plein jour ».

COUV Erik L'HOMME Un peu de nuit en plein jour

Coup de foudre pour cette couverture. J’achète le livre dès sa sortie, je le dévore (chronique ici), je me mets à suivre l’auteur sur facebook (oui, toujours…) et oh quelle joie lorsque j’apprends qu’Erik sera présent à St Etienne.

Et quelle rencontre ! Merci beaucoup pour cet échange passionnant et passionné.

Erik L Homme 1

 

erik-l-homme-2.jpg

dedicace1619903597.jpg

Une excellente journée, des merveilleuses rencontres, des auteurs géniaux, comme d’habitude ! Heureusement que j’ai pu voir quasi tous les auteurs le matin, car l’après midi, il y avait vraiment trop de monde sous le chapiteau. Du coup, cela m’a permis de flâner sur les autres sites du salon.

 

J’espère que ce petit retour vous a plu. On se donne rendez-vous l’an prochain ? Des bises.

 

11 réflexions sur “Fête du livre St Etienne 2019 – 17 au 20 octobre 2019

  1. coucou Sonia, wouah quel super salon ! j’aurais bien aimé. Je comprends ton point de vue sur la SNCF et ses C……. ! toujours les avantages et la prime de charbon en 2019 😉 et à prendre en otages les voyageurs et les auteurs, je suis du même avis que toi. Il y a certaines auteures qui m’ont bloquées car je critiquais le meilleur moyen de déplacement : le train. Elles n’ont jamais connu les grèves, dommage leurs livres sont bien mais elles se sont de vraies pestes. Bisous.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci pour ton commentaire. J’espère que tu vas bien ?
      Je subis la SNCF tous les jours pour aller au taff depuis 15 ans, je suis au bout du rouleau. Ils ont qu’à aller bosser en usine, ils verront !! Après quand tout fonctionne, je suis d’accord sur le fait que c’est un très bon moyen de transport. Après, chacun ses opinions, c’est pas top de te bloquer à cause de cela !
      Oui c’est un très bon salon, un incontournable pour moi. Toujours une belle affiche !
      Belle semaine à toi, bises.

      J'aime

    1. Merci pour ton passage sur le blog.
      Je stresse déjà pour la semaine à venir. Beaucoup de boulot, je dois arriver tôt au bureau, mais ça va être compliqué…Déjà qu’en temps normal je souffre d’insomnie, là, ça va être pire que tout….
      Belle soirée et bonne semaine, bises.

      J'aime

  2. Magnifique compte rendu de ta journée.
    Ta plume est alerte et le ton optimiste et plein d’énergie, bien loin de mon style.
    Avec combien de livres dédicacés es tu repartie ?
    As-tu hérité d’une immense fortune pour te garantir un budget livres dont je n’ose imaginer le montant mensuel ??

    Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Hello ! Alors, je suis revenue avec 10 dédicaces !
      Merci pour ce compliment, ça fait plaisir ! J’espère toujours retranscrire ma joie et mon bonheur dans mes écrits. C’est un tel épanouissement pour moi.
      Concernant le budget….j’achète beaucoup moins de vêtements (et la plupart sont de seconde mains désormais, je suis dans une démarche écolo), je fouine chez le bouquiniste, pour limiter les dégâts, et je me ruine c’est clair. Tout mon fric y passe. Mais quand on aime, on ne compte pas, n’est ce pas ? (il ne faut pas que ma moitié lise ce com’ sinon il va me tuer lol).
      Bises à bientôt.

      J'aime

  3. De magnifiques photos !
    Gordon Zola ! Je l’aimais rencontré lors d’une précédente fête du livre pour son ouvrage « Qui veut la peau de Marc Lévy », excellent pastiche !
    Je te le recommande si tu ne l’as pas déjà lu.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s