« Le sang des Belasko » de Chrystel DUCHAMP

Informations :

Titre : le sang des Belasko

Auteur : Chrystel Duchamp

Éditeur : L’Archipel

Nombre de pages : 240 pages

Format  et prix : broché 18 € / numérique 12,99 €

Date de publication : 14 janvier 2021

Genre : thriller

Résumé :

Cinq frères et sœurs se réunissent dans la maison de leur enfance, la Casa Belasko, une imposante bâtisse isolée au cœur d’un domaine viticole au sud de de la France.

Leur père, vigneron taiseux, vient de mourir. Il n’a laissé qu’une lettre à ses enfants, dans laquelle sont dévoilés nombre de secrets.

Le plus terrible de tous, sans doute : leur mère ne se serait pas suicidée – comme l’avaient affirmé les médecins six mois plus tôt. Elle aurait été assassinée…

Au cours de cette nuit fatale, les esprits s’échauffent. Colères, rancunes et jalousies s’invitent à table. Mais le pire reste à venir. D’autant que la maison – coupée du monde – semble douée de sa propre volonté.

Quand, au petit matin, les portes de la Casa se rouvriront, un membre de la fratrie sera-t-il encore en vie pour expliquer la tragédie ?

Mon avis :

❤️ALERTE COUP DE CŒUR❤️

J’appréhendais un peu cette lecture. « L’art du meurtre », le précédent roman de Chrystel, avait été un coup de cœur pour moi. A la lecture du résumé du « Sang des Belasko », on s’aperçoit bien vite que l’auteur se renouvelle et change un peu de registre. Et opter pour un huis-clos pour un second roman peut s’avérer très risqué….

La famille que l’on va suivre fait bien « clan mafieux », avec le patriarche, André, qui dirige d’une main de fer sa maisonnée et les vignes alentours.  Ses cinq enfants, Philippe, Mathieu, Garance, Solène et David ont été éduqués dans le respect et l’amour, même si les rivalités peuvent apparaître, comme dans toute fratrie.

André vient de mourir, et selon ses dernières volontés, l’ouverture de son testament doit se faire à la Casa Belasko, la maison familiale. Cette Casa se confie d’ailleurs à nous dans le prologue. Entre ses murs se cachent des secrets qu’elle seule connaît. J’avoue que ces premières pages m’ont titillées, j’ai aimé cette manière de personnaliser la maison, c’était original et judicieux, le lecteur part avec un coup d’avance.

Nous retrouvons les cinq frères et sœurs à la Casa, pour le partage de l’héritage. Et je ne peux vous dire qu’une seule chose : accrochez-vous !! Ce huis clos familial complexe est absolument jouissif. Chrystel va disséquer la structure familiale, pour mettre en lumière son côté le plus sombre. Jalousie, haine, violence, rancune, les relations fraternelles se révèlent malsaines ! Un vrai nid de vipères ! Pour moi qui ai connu cela avec ma famille, je me suis régalée ! Cela m’a rappelé des souvenirs 😉!!

La plume est vive, maîtrisée, le rythme insufflé est rapide, les pages tournent à une vitesse folle. Pourtant, Chrystel prend le temps de planter l’ambiance, de décrire les personnages, malgré cela, à aucun moment, le page turner ne faiblit. Certains indices et rebondissements sont placés judicieusement pour relancer la machine à questions. Ce roman m’a fait penser à un mélange entre un Cluedo géant et « Dix petits nègres »  d’Agatha Christie. La trame est diabolique. La structure narrative est minutieuse, d’une solidité à toute épreuve et nous met face à un niveau dramaturgique maximal où l’angoisse est prépondérante.

Quant à la fin, vous savez combien je les attends mais également comme je les redoute. Lors d’une lecture, on sent le coup de cœur arriver, et lors de la chute, patatras, tout s’effondre et c’est la déception. Ici, je suis restée scotchée. Chrystel soigne ses conclusions, et le mot est faible ! C’est de la grande orfèvrerie.

Je ne peux que vous conseiller de courir en librairie vous procurer ce roman et découvrir cette famille Belasko qui va vous donner du fil à retordre ! Vous m’en direz des nouvelles !! Ah, et puis, en passant, votre famille remontera dans votre estime, car vous vous rendrez compte qu’elle n’a rien à voir avec les Belasko…quoique….😀

Avec ce roman, Chrystel confirme ce qui se profilait après « L’art du meurtre » : une nouvelle plume du thriller est née !

Je remercie les Éditions L’Archipel et spécialement Mylène pour cette lecture.

#lesangdesBelasko   #ChrystelDuchamp   #LArchipel

le sang des belasko731597796183251980..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteure !! Bon, OK, le résumé aussi.

Auteur connu : cela fait bien longtemps que je suis Chrystel. J’admire son parcours, elle a su se hisser dans les auteurs de thrillers français à suivre.

Émotions ressenties lors de la lecture : des émotions assez contrastées selon les personnages et les moments de la lecture, et une bonne dose d’angoisse et d’effroi.

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la construction, la plume, les personnages, le récit, la fin.

5 réflexions sur “« Le sang des Belasko » de Chrystel DUCHAMP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s