Ma sélection pour la rentrée littéraire – automne 2021

Bonjour à tous ! Après un été traditionnellement très calme niveau sorties, nous voici enfin à l’aube de la rentrée littéraire de septembre (qui débute réellement mi-août). Avec 521 romans, nous allons pouvoir faire grossir nos PAL et rendre l’automne plus agréable.

Voici ma liste, non exhaustive bien sûr, qui a de fortes chances de finir dans ma bibliothèque !

En 2021, ce ne sont pas moins de 521 romans qui composeront cette rentrée littéraire. Nous allons trouver 379 romans français, 75 premiers romans et 142 romans étrangers traduits. De quoi nous affoler ! Comment je m’y retrouve ? Suivez-moi…

A vos listes, prêts, partez !!

Mes auteurs chouchous

« Sur l’île noire » de Sonja DELZONGLE

Paulsen

Sortie le 9 septembre

Faut-il croire aux monstres ? Comment un mythe façonne-t-il une région ? Comment une légende fascine-t-elle le monde ? C’est la question que se pose Sonja Delzongle, auteur de polar, pour qui la différence, la solitude, la marginalité ont toujours été sources d’inspiration.
Sonja Delzongle est partie sur les noires terres écossaises pour saisir l’esprit des Highlands et apprécier le trouble de ses eaux. Elle est revenue avec un palpitant récit alternant entre enquête, rencontres improbables et voyage (intérieur comme extérieur).
Autour de Nessie, créature des profondeurs, on trouve : des îles mystérieuses riches en légendes, des canulars, des présumées apparitions, mais aussi de sérieuses études scientifiques ayant abouties en 2018 à 600 prélèvements d’ADN et surtout, des doux dingues, aventuriers du lac, pour qui le fantastique est devenu le quotidien.

« Le passager sans visage » de Nicolas BEUGLET

XO Editions

Sortie le 16 septembre

Après Le dernier message, une nouvelle enquête de Grace Campbell.
Une affaire terrifiante qui va la confronter à ses propres démons.
Mais face aux puissances du mal, personne ne l’arrêtera…

« Enfant de salaud » de Sorj CHALANDON

Grasset

Sortie le 18 août

Depuis l’enfance, une question torture le narrateur :
Qu’as-tu fait sous l’occupation ?
Mais il n’a jamais osé la poser à son père.
Parce qu’il est imprévisible, ce père. Violent, fantasque. Certains même, le disent fou. Longtemps, il a bercé son fils de ses exploits de Résistant, jusqu’au jour où le grand-père de l’enfant s’est emporté : «Ton père portait l’uniforme allemand. Tu es un enfant de salaud ! »
En mai 1987, alors que s’ouvre à Lyon le procès du criminel nazi Klaus Barbie, le fils apprend que le dossier judiciaire de son père sommeille aux archives départementales du Nord. Trois ans de la vie d’un « collabo », racontée par les procès-verbaux de police, les interrogatoires de justice, son procès et sa condamnation.
Le narrateur croyait tomber sur la piteuse histoire d’un « Lacombe Lucien » mais il se retrouve face à l’épopée d’un Zelig. L’aventure rocambolesque d’un gamin de 18 ans, sans instruction ni conviction, menteur, faussaire et manipulateur, qui a traversé la guerre comme on joue au petit soldat. Un sale gosse, inconscient du danger, qui a porté cinq uniformes en quatre ans. Quatre fois déserteur de quatre armées différentes. Traître un jour, portant le brassard à croix gammée, puis patriote le lendemain, arborant fièrement la croix de Lorraine.
En décembre 1944, recherché par tous les camps, il a continué de berner la terre entière.
Mais aussi son propre fils, devenu journaliste.
Lorsque Klaus Barbie entre dans le box, ce fils est assis dans les rangs de la presse et son père, attentif au milieu du public.
Ce n’est pas un procès qui vient de s’ouvrir, mais deux. Barbie va devoir répondre de ses crimes. Le père va devoir s’expliquer sur ses mensonges.
Ce roman raconte ces guerres en parallèle.
L’une rapportée par le journaliste, l’autre débusquée par l’enfant de salaud.

« L’enfant dormira bientôt » de François Xavier DILLARD

Plon

Sortie le 23 septembre


« A peine les ombres » de Barbara ABEL

Plon

Sortie le 7 octobre

Un Roméo et Juliette version Barbara Abel…
Lorsque Juliette se réveille après que Roméo l’a crue morte et qu’elle se rend compte que son amour s’est donné la mort de désespoir, elle lui offre un dernier baiser avant de se tuer avec le poignard de celui qu’elle a tant aimé.
À l’inverse de Juliette, lorsque Fanny, l’héroïne du nouveau roman de Barbara Abel, ouvre les yeux, malgré le chaos qui règne dans sa tête, elle sait qu’elle ne devrait plus être là. Pourtant l’histoire de Fanny sera tout aussi tragique que celle de Juliette.
Martin et elle formaient un couple parfait, un couple comme on en voit peu, jusqu’au jour où ils ont été retrouvés dans leur lit, suicidés. Mais Fanny se réveille perfusée et sauvée, dans une chambre d’hôpital, Martin lui, n’ayant pas eu sa chance… ou sa malchance. La sidération est totale, pour elle et pour leurs proches.
Comment pourra-t-elle traduire la folie de leur geste ? Comment pourra-t-elle justifier la terrible décision qu’ils ont prise ? Celle de partir là d’où on ne revient jamais…
À mesure que la situation se dévoile, à mesure que se révèlent à la conscience de Fanny toutes celles et ceux qui lui demanderont des comptes, elle voit se creuser sous ses pas un abîme sans fond. Elle va devoir s’expliquer devant leurs familles, et bientôt devant la police, car ce suicide en partie raté ne serait-il pas en réalité un meurtre parfait ? Ce couple amoureux, était-il si uni, si complice et véritablement sans histoire ? Que savons-nous réellement de ce qui se passe dans au sein d’un couple ?

« Gagner n’est pas jouer » de Harlan COBEN

Belfond

Sortie le 7 octobre

La mort est un jeu dangereux…
Le maître incontesté du thriller vous plonge dans les méandres d’un labyrinthe fatal, à la découverte des profondeurs infiniment noires de l’âme humaine.

La police new-yorkaise découvre dans un pent-house des beaux quartiers le corps mutilé d’un vieil homme à moitié ermite, ainsi que plusieurs objets de valeur volés aux Lockwood des années plus tôt. Appelé à venir les identifier, Win Lockwood voit soudain ressurgir un passé familial englouti…
Vingt ans plus tôt, sa cousine Patricia avait été enlevée et séquestrée pendant des semaines dans une cabane perdue dans les bois. Si elle avait pu en réchapper, ses ravisseurs, eux, n’avaient jamais été retrouvés. Jusqu’à ce jour.
Alors qu’il réalise que le second tortionnaire court toujours, Win se trouve bientôt mêlée à une autre affaire classée sans suite, un acte terroriste mortel commis dans les années 70 par une bande de hippies déchaînés, dont l’ermite assassiné était l’éminence grise. Et auquel les Lockwood n’étaient pas totalement étrangers…
Qu’est-ce qui relie ces actes criminels à sa prestigieuse famille ? Et pourquoi tous ces mystères autour de « La Cabane de la terreur » ?
Pour Win, l’heure est venue de faire sa propre justice. Pour gagner, tous les coups sont permis.

« Te tenir la main pendant que tout brûle » de Johana GUSTAWSSON

Calmann Lévy

Sortie le 6 octobre

Couverture et résumé non encore disponibles.

Mes maisons d’édition favorites

L’Archipel

« Le désosseur de Liverpool »

Luca VESTE

Sortie le 18 novembre

Couverture et résumé non encore disponibles.

L’Archipel

« Dévotion »

Dean KOOTZ

Sorite le 2 septembre

Un enfant et un chien peuvent-ils sauver l’humanité ? Woody, 11 ans, est autiste et doué pour la télépathie. Avec l’aide de Kipp, un golden retriever lui aussi doté d’une intelligence supérieure, il tente de déjouer les plans d’un tueur génétiquement modifié et de ceux qui ont créé ce monstre. Le nouveau suspense de Dean Koontz, auteur n°1 des ventes du New York Times.
Un enfant qui peut sauver le monde. Un homme qui veut le détruire.
Woody Bookman, 11 ans, n’a pas dit un mot depuis sa naissance. Pas même quand son père est mort dans un prétendu accident. Ni même quand sa mère, Megan, lui dit qu’elle l’aime.
Pour Megan, le plus important est de protéger son fils autiste et le rendre heureux. Mais Woody est persuadé qu’une chose maléfique est responsable de la mort de son père. Et que, à présent, cette chose en a après lui et sa mère.
Pendant ce temps, dans l’ombre, cette chose – en fait un homme génétiquement modifié aux pulsions sanguinaires – tue tous ceux qu’il croise. Désormais, Lee Shaket a une nouvelle cible : la famille Bookman.
Avec l’aide de Kipp, un golden retriever doté d’une intelligence supérieure, Woody, lui aussi télépathe, va tenter de stopper Shaket et d’empêcher que de telles créatures dangereuses pour l’humanité prolifèrent…

Calmann-Lévy

« Une folie de rêves » de Jean-Daniel BALTASSAT

Sortie le 18 août

Cette année-là, la pluie de novembre fait déborder la Seine. Rien qui empêche Mikelangelo, admirable faussaire et grand peintre ignoré, de trouver enfin ce bleu de miel qui achèvera le ciel de sa fresque, sa grande œuvre accomplie soixante mètres sous la colline de Passy et du Trocadéro et loin des regards de tous.
Mais Hasard et Destin jouent avec son impatience. Ils mettent sur son chemin six voyageurs égarés dans le ventre de Paris, en route pour la mythique Youké. Cinq girls, Maalu, Nadira, Sila, Antoinette, Lovette, et aussi un gamin, Hakim. Ils fuient les coins mauvais du monde. Ils fuient les horreurs qui les ont déjà dépouillés de tout et cherchent une tanière pour se protéger de la pluie, du froid et des faiseurs-de-putes.
Voilà qui rappelle bien des choses à Mikelangelo. Voilà que soudain, dans son royaume labyrinthique du Dessous, riche de compagnonnages inattendus, d’aventures inédites et de splendeurs inconnues, il a une autre grande œuvre à accomplir. Offrir à ces errantes et ce gamin une pincée de jours légers, consolants, et peut-être même la force d’atteindre cette Youké dont ils rêvent…

Les « pointures »

« Premier sang » d’Amélie Nothomb

Albin Michel

Sortie le 18 août

« Il ne faut pas sous-estimer la rage de survivre. »
Sous la forme d’un conte, Amélie Nothomb raconte la vie de Patrick, son père, doux enfant angélique qui, jeune adulte, devra se confronter à la mort.
Un magnifique hommage à la figure paternelle mais aussi à un héros de l’ombre, diplomate à la carrière hors norme.

« L’inconnue de la Seine » de Guillaume MUSSO

Calmann-Lévy

Sortie le 21 septembre

«Elle était devant moi, endormie. Ou elle faisait semblant. Quel secret cachait-elle derrière cette moue lassée qui n’était pas de son âge ? À l’instant même où le brocanteur a dit simplement « L’Inconnue de la Seine… », comme s’il faisait les présentations, j’ai reconnu la jeune noyée dont le visage a été moulé à la morgue.
L’anonymat n’a jamais été levé. Elle reste retranchée derrière le rempart de son secret. Pour qui, pourquoi a-t-elle choisi la mort ? Qu’a-t-elle entrevu pour en ramener ce souvenir d’extase ?
Elle est tombée dans le domaine public, mais on n’a pas réussi à la faire parler.
À quoi sert de trépaner les morts ?»

Mes coup de cœur couv’

« Un autre bleu que le tien » de Marjorie TIXIER

Fleuve

Sortie le 19 août

« Je ne raconte ce rêve à personne alors il reviendra.
Ainsi vont les songes qui ne se laissent pas découdre. »
Restée mutique suite à un traumatisme dont elle n’a aucun souvenir, Rosanie vit à l’abri du monde depuis vingt ans, enfermée dans son univers feutré, protégée par son sauveur devenu son mari. Un jour, attirée par les thermes de la ville — elle qui craint pourtant l’eau — elle rencontre Félice, une femme sportive et volontaire, brisée par un tragique accident. Fascinée par sa force de caractère, Rosanie se résout à abattre le mur de silence derrière lequel elle s’est terrée pendant si longtemps.
Porté par un style poétique et envoûtant, Un autre bleu que le tien dresse le portrait, entre forces et fêlures, d’une femme qui se bat contre son propre silence pour retrouver sa vérité.

« Pour que je m’aime encore » de Maryam MADJIDI

Nouvel Attila

Sortie le 17 août

La petite fille qui prend la parole dans ces pages meuble de ses rêves les grands espaces de la banlieue parisienne. Son enfance et son adolescence sont une épopée tragi-comique : le combat avec son corps, ses parents, son école… et ses rêves d’ascension sociale pour atteindre l’autre côté du périph’. Riche de désirs comme de failles, rendue forte par le piège douloureux de l’intégration et de l’initiation, elle offre une vision singulièrement drôle, aimante et charnelle d’une cité ordinaire.

Les résumés qui me tentent

« La définition du bonheur » de Catherine CUSSET

Gallimard

Sortie le 19 août

« Pour Clarisse, le bonheur n’existait pas dans la durée et la continuité (cela, c’était le mien), mais dans le fragment, sous forme de pépite qui brillait d’un éclat singulier, même si cet éclat précédait la chute. »
Deux femmes : Clarisse, ogre de vie, grande amoureuse et passionnée de l’Asie, porte en elle depuis l’origine une faille qui annonce le désastre ; Ève balance entre raison et déraison, tout en développant avec son mari une relation profonde et stable. L’une habite Paris, l’autre New York. À leur insu, un lien mystérieux les unit.
À travers l’entrelacement de leurs destinées, ce roman intense dresse la fresque d’une époque, des années quatre-vingt à nos jours, et interroge le rapport des femmes au corps et au désir, à l’amour, à la maternité, au vieillissement et au bonheur.

« Un tesson d’éternité » de Valérie TONG CUONG

J-C Lattès

Sortie le 18 août

Anna Gauthier mène une existence à l’abri des tourments entre sa pharmacie, sa villa surplombant la mer et sa famille soudée.
Dans un climat social inflammable, un incident survient et son fils Léo, lycéen sans histoire, se retrouve aux prises avec la justice. Anna assiste impuissante à l’écroulement de son monde, bâti brique après brique, après avoir mesuré chacun de ses actes pour en garder le contrôle.
Qu’advient-il lorsqu’un grain de sable vient enrayer la machine et fait voler en éclats les apparences le temps d’un été ?
À travers un portrait de femme foudroyant d’intensité et d’émotion, Un tesson d’éternité remonte le fil de la vie d’Anna et interroge en un souffle la part emmurée d’une enfance sacrifiée qui ne devait jamais rejaillir.

« Ma meilleure amie » de Fabienne JACOB

Buchet-Chastel

Sortie le 19 août

Dans un appartement surnommé Campo, trois jeunes provinciales romanesques mais pas romantiques partagent tout. Un esprit littéraire et libertaire souffle sur leur petite communauté de femmes. Il y a là Rosie la solaire, Sambre, l’amie charismatique, et Helga la narratrice. Auprès de Sambre, Helga se trouve souvent gourde et inconsistante. Sans ardeur ni lumière. Aussi, quand un beau jour Sambre claque la porte de Campo, Helga se sent démunie devant l’enclos de solitude qu’elle devra désormais habiter. Après les puissants et joyeux idéaux de jeunesse, Helga cherchera et trouvera comment s’inventer sans la grâce de personne.

« L’évanouissement de Marie » de Natacha Sadoun

Buchet-Chastel

Sortie le 19 août

Un accident. L’arrachement à Paul, l’absence et le manque. Mais dans cette soudaine solitude, Marie commence à poser un regard nouveau sur le monde qui l’entoure et sur sa vie. Et bientôt sur Paul qu’elle découvre sous un autre jour ; il lui faut comprendre, partir sur les traces d’un passé. Des rues de Paris aux paysages d’Italie. Un cheminement intérieur qui crée les conditions d’une autre énigme.

« Climax » de Thomas B. REVERDY

Flammarion

Sortie le 18 août

Ce n’est pas vraiment une ville, plutôt une sorte de village de pêcheurs aux maisons d’un étage, niché au creux d’un bras de mer qui s’enfonce comme une langue, à l’extrême nord de la Norvège. C’est là que tout commence, ou plutôt que tout semble finir. Ça a débuté avec l’accident sur la plateforme pétrolière, de l’autre côté du chenal. Ça a continué avec cette fissure qui menace dangereusement le glacier, ces poissons qu’on a retrouvés morts. Et si c’était lié ? C’est en tant qu’ingénieur géologue que Noah, enfant du pays, va revenir et retrouver Anå, son amour de jeunesse, ainsi que les anciens amis qu’il avait initiés aux jeux de rôles. Il était alors Sigurd, du nom justement de cette maudite plateforme.
Avec Climax, Thomas B. Reverdy réveille le roman d’aventures en lui offrant une dimension crépusculaire et contemporaine, puisque désormais les glaciers fondent, les ours meurent et l’homme a irrémédiablement tout abîmé. Au moins, il reste la fiction pour raconter cette dernière aventure, celle de la fin d’un monde.

Comme l’a dit Cocteau, « Un peu trop, c’est juste assez pour moi. »

Je vous souhaite une très belle rentrée littéraire ! Comment se profile la vôtre ? A bientôt pour de nouvelles aventures !

4 réflexions sur “Ma sélection pour la rentrée littéraire – automne 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s