« La folie des glandeurs » d’Emmanuelle CART-TANNEUR

Informations :

Titre : la folie des glandeurs

Auteur : Emmanuelle Cart-Tanneur

Éditeur : L’Harmattan

Nombre de pages : 154 pages

Format  et prix : broché 16 € / numérique 11,99 €

Date de publication : 14 mai 2021

Genre : dystopie

Résumé :

Un homme, un chien, une route. Jusque-là, l’annonce d’un road-trip des plus attendus. Et pourtant, rien de ce qui va se passer ne pouvait être imaginable, et le lecteur qui voudra s’aventurer à leur suite devra oublier tout ce qu’il croit savoir du roman d’aventures pour plonger sans filet dans cette dystopie déjantée, ce conte moderne, cette folle histoire pleine de fous rires et de clins d’œil à une actualité bien trop avare de fantaisie. Un regard tendre et féroce à la fois sur le monde tel qu’il pourrait un jour devenir. Et auquel seul peut-être l’humour peut redonner quelques couleurs.

Mon avis :

Nous faisons connaissance avec notre narrateur, qui ressemble plus a un looser qu’autre chose. Sa compagne, Tina, l’a quitté pour un autre, le laissant désœuvré, avec son chien et sa bibine. L’occasion de faire le point sur sa vie, enfin, plutôt sur le gâchis de sa vie. Il décide de quitter le peu qu’il possède pour partir en road trip avec son chien. 

« J’avais tout mon temps pour arriver nulle part. »

Ce but improbable va lui permettre de se replonger dans ses souvenirs et son enfance. La pratique du piano lui a été imposée dès son plus jeune âge par son père. Comme beaucoup d’enfants pour lesquels les parents transfèrent leur propre passion et désir de réussir là où ils ont échoués. Ce transfert a développé chez notre narrateur une dysmélosopsie (incapacité à lire les partitions, dont les effets secondaires se traduisent également par des tables qui tournent ou des animaux qui parlent). Ne cherchez pas, cette pathologie n’est référencée dans aucun ouvrage médical😀. Pourtant un mot aussi compliqué aurait sa place dans le Vidal ! Bref, je m’égare…Mais il n’empêche que cela explique pourquoi le chien discute avec notre narrateur !!

Je n’en dirai pas plus sur l’intrigue, mais sachez que c’est un régal ! Un régal des mots. Emmanuelle s’amuse avec la langue française, et le résultat est au top ! Une lecture rafraîchissante, drôle, et même loufoque. Un vrai remède à la mélancolie. Quand une étrange épidémie décime la population du roman, c’est une épidémie de rire et de joie qui s’abat sur le lecteur.

Les jeux de mots sont légions, les références musicales sont agréablement détournées, les sigles sont jouissifs. Voyez un peu : les Comités d’Organisation Nationale de la Santé (CONS), les Comités Autodésignés d’Organisation Régulée des Soins (CADORS), Nouvelle Autorité des Soins Economiques (NASE)🙂

Les personnages sont très attachants, le narrateur, Lucette, Soledad, et même le chien. Ils ont tous été façonnés par des blessures profondes, ils n’ont pas perdu espoir en l’avenir, même si quelquefois, le narrateur pense le contraire ! Chacun apporte son lot de joie et de peine au récit, le rendant riche.

La plume est légère, vive, drôle et pétillante. J’ai été surprise par la tournure du récit, qui commence de façon totalement « normale » pour basculer dans une ronde des mots déjantée. Du pur bonheur ! Et que dire du dernier tiers ? J’ai ri plus que de raison !

Une lecture qui donne la banane, c’est important ! What else 🙂?

« Ce que j’ai bu par litres entiers, c’est l’encre des mots. Celle avec laquelle je ne pourrais plus jamais les recueillir, les rassembler, les partager. Cette encre désormais inutile que j’ai décidé de jeter à la mer de mon amertume. Boire ou écrire, j’ai dû choisir… »

Je remercie Les Editions L’Harmattan pour cette lecture.

#lafoliedesglandeurs  #EmmanuelleCartTanneur  #LHarmattan

la folie des glandeurs8577782470420506135..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le titre déjà, m’a fait sourire. Le résumé ensuite, promettait beaucoup de choses. Les mots « déjanté » et « humour » ont fait tilt dans ma tête.

Auteur connu : je ne connaissais pas du tout Emmanuelle, pourtant elle a déjà plus d’une vingtaine d’ouvrages à son actif !

Émotions ressenties lors de la lecture : joie, bonheur, amusement, toute la palette d’émotions positives y est passée, et ça fait un bien fou !

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : l’humour, l’imagination de l’auteure, les clins d’œil à notre quotidien, les personnages, la fin.

2 réflexions sur “« La folie des glandeurs » d’Emmanuelle CART-TANNEUR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s