« L’évanouissement de Marie » de Natacha SADOUN

Informations :

Titre : l’évanouissement de Marie

Auteur : Natacha Sadoun

Éditeur : Buchet-Chastel

Nombre de pages : 160 pages

Format  et prix : broché 15 € / numérique 9.99 €

Date de publication : 19 août 2021

Genre : littérature générale

Résumé :

Un accident. L’arrachement à Paul, l’absence et le manque. Mais dans cette soudaine solitude, Marie commence à poser un regard nouveau sur le monde qui l’entoure et sur sa vie. Et bientôt sur Paul qu’elle découvre sous un autre jour ; il lui faut comprendre, partir sur les traces d’un passé. Des rues de Paris aux paysages d’Italie. Un cheminement intérieur qui crée les conditions d’une autre énigme.

Mon avis :

Paul et Marie vivent ensemble depuis dix ans. Ils sont un couple très fusionnel. Aussi, lorsque Paul est victime d’un accident qui le plonge dans le coma, Marie est dévastée. Les médecins sont incapables de lui dire si Paul va se réveiller, si oui quand, ni les séquelles possibles. Cet accident sera l’élément déclencheur d’un cataclysme. La vie de Marie bascule, la route toute tracée de sa vie prend un virage à 180 degrés. La jeune femme va sombrer dans la dépression, l’alcool, passant la majeure partie de ses journées à errer dans Paris. Elle va remettre en question cet amour trop fusionnel, se rendre compte peu à peu qu’elle a mis sa vie entre parenthèse, qu’elle s’est oubliée.

« Ce qu’elle pensait, faisait, disait était lié à ce que Paul pensait, faisait et disait. Elle s’était adaptée à lui – aurait-il pu dire la même chose d’elle ? (…)Aujourd’hui, il fallait apprendre à regarder, dîner, dormir, vivre seule, alors que tout la ramenait à lui. »

Et puis, un jour, elle découvre des notes prises par Paul. Cette espèce de journal intime au masculin va lui permettre de découvrir Paul sous un angle totalement inconnu. Elle va surtout s’apercevoir qu’elle ne le connaissait pas complètement. Le lecteur suit Marie dans l’enquête qu’elle décide de mener, à propos de Paul, de ce qu’elle a découvert dans ces fameux écrits. Tout cela va la mener en Italie, j’ai adoré ces passages, l’évasion était au rendez-vous ! En voulant se rapprocher de Paul en perçant ses secrets, au terme d’un voyage initiatique, la jeune femme va se trouver.

La construction est vraiment originale (je ne peux pas vous en dire plus sous peine de spoil…), la plume est fluide, rythmée, allant à l’essentiel. Et surtout, aboutie, ce qui, pour un premier roman, est rare ! De plus, Natacha est artiste plasticienne. Cela s’en ressent vraiment beaucoup dans son récit : elle modèle totalement son histoire et ses personnages, poursuivant un réel travail d’exploration de la solitude, de soi, de la renaissance sous toutes ses formes. Marie est un personnage intéressant, la trentaine, elle voit sa vie rêvée basculer dans le néant, elle devra faire face à ses désillusions, aux failles de sa vie, n’ayant d’autre choix que de les surmonter et tenter de rebondir. Paul, bien que dans le coma, est très présent tout au long du récit. Grâce à ses écrits, il va nous apparaître secret, tiraillé, torturé, fragile.

Le seul bémol, selon moi, étant la longueur du récit. Il y avait un réel potentiel d’aller au bout des choses, de creuser encore plus les réflexions et décisions des personnages, de titiller les détails. Mais je pense que c’était la volonté de l’auteure d’aller vite, de décrire cette urgence de savoir, de découvrir, de revivre, tout simplement. « L’évanouissement de Marie » est un roman qui se vit, dont on s’imprègne, laissant libre court à notre imagination.

Je l’ai dévoré en quelques heures et d’une traite tellement j’étais prise dans ces tranches de vie. Le titre intriguant prend son sens en cours de lecture. Outre le parcours de Marie, ce roman trouve pour écho les secrets de famille, et tente de répondre à la grande question : connait-on vraiment la personne avec laquelle on vit ?

« Sortir de l’hôpital était un réconfort, à l’instar des gestes routiniers qui l’y avaient amenés. Elle quittait avec soulagement ces couloirs froids et impersonnels baignés de néon, l’odeur d’éther, l’univers médical, aseptisé, et ce bâtiment moderne informe et sans âme. »

Je remercie les Éditions Buchet-Chastel et la Masse Critique Babélio pour cette lecture.

#lévanouissementdeMarie    #NatachaSadoun  #BuchetChastel  #RentréeLittéraire 

l evanouissement de marie2295533922071754607..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le titre, il a attisé ma curiosité. Il peut signifier tellement de choses. 

Auteur connu : « L’évanouissement de Marie » est le premier roman de Natacha. J’espère qu’il y en aura d’autres !

Émotions ressenties lors de la lecture : énormément d’empathie pour Marie et Paul, une certaine fascination pour ce couple si fusionnel. De la peur et de l’anxiété face à cet avenir compromis. Une dose de stupéfaction par rapport aux découvertes de Marie.

Ce que j’ai moins aimé : un peu trop court, peut-être.

Les plus : la construction et la plume, indéniablement. Et les personnages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s