« Soleils de sang » de Christophe FERRE

Informations :

Titre : soleils de sang

Auteur : Christophe Ferré

Éditeur : L’Archipel

Nombre de pages : 448 pages

Format  et prix : broché 20 € / numérique 14.99 €

Date de publication : 14 octobre 2021

Genre : thriller

Résumé :

Sur une plage de la Côte d’Azur, une jeune femme se réveille. L’esprit embrumé, Juliette ne sait pas comment elle est arrivée là. Petit à petit ses souvenirs refont surface : la veille, sa mère Flavia fêtait ses quarante-cinq ans, entourée de son mari et de ses enfants. Puis c’est le bruit des balles qui lui revient. Que s’est-il passé ? La police lui annonce l’implacable vérité : son père, son frère et sa sœur ont été abattus. Personne ne sait pourquoi Juliette a survécu, ni ce qu’elle faisait sur cette plage à quelques kilomètres de la scène de crime. Tout accuse Flavia, disparue sans laisser de traces. Mais quel mobile pousserait une mère de famille sans histoires à commettre un tel carnage ? Juliette le sait, la vérité sur cette affaire s’annonce cruelle et dérangeante. Le voile des apparences se déchire pour révéler les plus sombres secrets d’une famille en apparence presque parfaite…

Ce livre est inspiré de l’affaire Dupont de Ligonnès.

Mon avis :

Vence, sud de la France. Flavia fête ses 45 ans. Toute sa famille s’est réunie pour l’occasion : David, son mari, et ses enfants, Juliette, Jennifer et Valentin. La mère de Flavia, Isabel, et le petit ami de Juliette, Franck, doivent les rejoindre pour le goûter. La fête tourne au drame lorsqu’un mystérieux individu fait feu au milieu de la salle à manger. 3 morts et 2 disparus. Dont Juliette, retrouvée hagarde et désorientée sur une plage à plus d’une heure de route du domicile de ses parents. Elle ne se souvient de rien.

Un massacre comme on peut en voir souvent aux infos, malheureusement. L’auteur s’est d’ailleurs appuyé sur l’affaire Dupont de Ligonnès pour tisser son intrigue.

« Légalement, Juliette ne pouvait pas hériter d’elle tant que son décès n’avait pas été officialisé. Quand un corps n’est jamais retrouvé, de devient in fine l’héritage ? Elle n’en savait rien. »

L’enquête tombe vite au point mort, la presse en fait ses choux gras. Juliette va essayer de mener l’enquête de son côté, découvrir ce qui s’est passé deviendra son obsession. Elle va soupçonner chaque membre de sa famille, chacun de ses amis et déterrer des secrets inavouables. Connait-on vraiment sa famille ? Rien n’est moins sûr. Juliette va en faire les frais. L’intrigue est un écheveau de doutes, de suppositions, d’indices, de pistes, destiné tout simplement à faire perdre la boule au lecteur ! Les chapitres courts rendent le rythme assez haletant et se terminent de telle façon qu’on a pas d’autre choix que d’enchaîner ! Les références aux films d’Hitchcock, dont je suis fan, m’ont enchantée, les descriptions de la Côte d’Azur également. Le dépaysement est garanti, et cela fait un bien fou !

« Isabel habitait Agay, dans une jolie maison entourée d’un jardinet où poussaient des citronniers, non loin de rochers rouge feu plongeant dans  la mer, sur la corniche de l’Esterel, un massif montagneux à la beauté stupéfiante. »

Pourtant, mon ressenti est mitigé. Ça se lit vite, ma curiosité a été titillée tout le long, mais j’ai trouvé que l’auteur en faisait trop. Trop de rebondissements et de retournements de situation donnant l’impression de tourner en rond. Les personnages ne m’ont pas réellement convaincue. Si j’ai ressenti de l’empathie pour Juliette, il n’en a pas été de même pour les autres personnages, que j’ai trouvé trop surfaits, trop caricaturés, pas assez fouillés.

Autre point négatif : le résumé, qui en dévoile beaucoup trop. On sait d’avance qui a survécu à la tuerie. Je trouve cela vraiment regrettable, cela a gâché mon début de lecture.

La plume est fluide, addictive, les chapitres courts impulsent le rythme, les pages défilent rapidement. J’ai deviné assez vite l’implication de certains personnages dans cette tuerie, et même si la fin reste intéressante et bien amenée, je n’en ai pas été hyper convaincue.

Une lecture en demi-teinte pour moi, mais qui m’a quand même procuré de l’évasion.

« Cette histoire était un sac de nœuds. Un plat de spaghettis assaisonné de sang. »

Je remercie les Éditions L’Archipel et spécialement Mylène pour cette lecture.

#soleilsdesang  #ChristopheFerré    #LArchipel

soleils de sang2945118721981812762..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : la couverture, absolument magnifique, et le résumé.

Auteur connu : je n’avais encore jamais lu de roman de Christophe, pourtant, il en a publié plus d’une dizaine ! Je retenterai l’expérience avec un autre titre, car je trouve sa plume agréable.

Émotions ressenties lors de la lecture : peur, angoisse, une curiosité malsaine à remuer le passé de cette famille.

Ce que j’ai moins aimé : le résumé qui enlève la surprise, la fin, qui ne m’a pas réellement convaincue même si l’idée était astucieuse, les rebondissements et les révélations trop nombreuses.

Les plus : la plume, le cadre, le thème de la tuerie et de la disparition, les références à Hitchcock.

2 réflexions sur “« Soleils de sang » de Christophe FERRE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s