« La bibliothèque de minuit » de Matt HAIG

Informations :

Titre : la bibliothèque de minuit

Auteur : Matt Haig

Éditeur : Mazarine / Fayard

Nombre de pages : 414 pages

Format  et prix : broché 22 € / numérique 15.99 €

Date de publication : 5 janvier 2022

Genre : roman

Résumé :

Entre la vie et la mort, il y a une bibliothèque, avec des rayonnages infinis et une multitude d’autres vies à essayer.  »
À trente-cinq ans, Nora Seeds a l’impression d’avoir tout raté. Lorsqu’elle se retrouve un soir dans la mystérieuse Bibliothèque de Minuit, c’est sa dernière chance de reprendre en main son destin. Si elle avait fait d’autres choix, que se serait-il passé ?
Avec l’aide d’une amie bibliophile, elle n’a qu’à prendre des livres dans les rayonnages, tourner les pages et corriger ses erreurs pour inventer la vie parfaite. Pourtant, les choses ne se déroulent pas comme elle l’imaginait.
Avant que minuit sonne, pourra-t-elle répondre à l’énigme la plus importante : qu’est-ce qu’une vie heureuse ?  « Une lecture étonnante, pleine de chaleur et d’humour, et un éloge vibrant du pouvoir qu’ont les livres  de changer le cours de nos vies. » Sunday Times

Mon avis :

Nora Seed vit à Bedford. Lorsqu’elle était enfant, la bibliothèque de l’école était son refuge. Elle aimait passer du temps avec Madame Elm, la bibliothécaire si gentille.

Nora vit seule dans son petit appartement avec son chat. Elle a 35 ans, est célibataire, brouillée avec son frère, vient de perdre son travail, et pour couronner le tout, ce soir-là, son voisin la prévient que son chat est mort sur la route en face de chez elle. Nora, en dépression depuis plusieurs années, décide que cela suffit, que sa vie est un vrai naufrage, qu’elle n’a fait que des mauvais choix, et qu’elle n’a plus envie de vivre. Ses anti-dépresseurs vont, encore une fois, être ses meilleurs amis. Elle avale la boîte entière, seule, désespérée.

Nora se retrouve dans « La bibliothèque de minuit« , représentant la frontière entre la vie et la mort, cette fameuse « zone grise« . Avec Madame Elm, la bibliothécaire de son enfance. « La bibliothèque de minuit » est une bibliothèque des possibles. Madame Elm va guider Nora, en lui montrant tout d’abord « Le livre des regrets ». Un ouvrage lourd, comportant tous les regrets accumulés dans la vie de la jeune femme. Puis, Nora va découvrir les autres ouvrages présents dans les nombreux rayonnages. Un livre, une vie. Chaque roman représente une vie possible pour Nora. Quelle serait sa vie si elle n’avait pas arrêté la natation ? Serait-elle devenue championne olympique, comme le rêvait son père ? Ouvrons le livre correspondant et voyons cela…

« – Toute vie se compose de millions et de millions de décisions. Certaines grandes, d’autres petites. Mais chaque fois qu’une décision est prise au détriment d’une autre, les issues diffèrent. Une variation irréversible se produit, qui entraîne d’autres variations. Ces livres sont des portails vers toutes les vie que tu pourrais vivre. »

Le lecteur découvre avec Nora les différentes vies qu’elle aurait pu avoir. Et elles sont nombreuses ! Car, en effet, en fonction de nos choix, notre vie pourrait être totalement différente de ce qu’elle est aujourd’hui. Y avez-vous réfléchi ? S’il y a 10 ans, par exemple, vous aviez pris une autre décision, où seriez-vous aujourd’hui ?

L’auteur développe sous nos yeux la théorie des mondes multiples de la physique quantique, s’appuyant sur les recherches d’Hugh Everett. Et j’ai trouvé cela passionnant. Je me suis régalée. J’ai eu le même cheminement que Nora, rêvant d’une vie parfaite, où j’aurai pu gommer toutes mes erreurs passées. Mais, plutôt que de se concentrer sur détricoter ce que nous avons fait, ne vaut-il pas mieux vivre, ici et maintenant ? Et faire de notre vie actuelle un rêve ? Ce roman pose les bonnes questions, et obsède le lecteur. En tous cas, moi, il m’a obnubilée !!

La musique est présente tout au long du récit, apportant de l’apaisement, le sport nous accompagne également, permettant de nous défouler, l’amour, qui paraît toujours si difficile à trouver, se montre sous différentes formes. Les réflexions philosophiques parsèment chaque page, au lecteur d’en faire bon usage. On prend conscience que chaque choix implique une conséquence. Mais également que la vie est belle, pleine de possibles, d’opportunités, encore faut-il la prendre du bon angle.

« Toutes les bonnes choses sont sauvages et libres » – Thoreau 

La plume de Matt est riche, nuancée, fluide. La construction peut paraître rébarbative, puisque les « vies » de Nora s’enchaînent, mais les thématiques sont si passionnantes que l’on pardonne volontiers ce bémol. Regrets, plans inachevés, « et si… », approbation familiale, drogue, erreurs, abandon, réalisation des rêves des autres, regret de soi, automutilation, amour, passion, haine…Trouvez-moi un roman qui parle de tout cela sans perdre le lecteur en cours de route ?

Et même si le récit reste prévisible, le plaisir de la lecture est bien là, on se laisse embarquer et on savoure. Poétique, émouvant et bigrement réaliste !

« La bibliothèque de minuit » sort le 5 janvier, franchement, ne passez pas à côté !!

« – Vouloir, dit-elle d’un ton mesuré, est un mot intéressant. Il implique un manque. Parfois, si on comblait ce manque avec autre chose, le désir originel disparaîtrait complètement. Peut-être que tu as un problème de manque plutôt qu’un problème de désir. Peut-être qu’il y a une vie que tu désirerais vraiment vivre. »

#LabibliothèquedeMinuit #NetGalleyFrance #MattHaig #Mazarine

la bibliotheque de minuit1538583795312455471.

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : attirée par le titre et la couverture, je me suis penchée sur le résumé et j’ai foncé !

Auteur connu : Matt Haig est un romancier et journaliste britannique, auteur de plus d’une dizaine d’ouvrages. Je le découvre avec « La bibliothèque de minuit » et c’est une belle surprise.

Émotions ressenties lors de la lecture : au vu de tous les thèmes abordés, les émotions ont été nombreuses, riches et bouleversantes.

Ce que j’ai moins aimé : un manque de rythme par rapport à la construction trop linéaire, mais cela n’a en rien gâché ma lecture.

Les plus : la plume, Nora, le sujet, les réflexions qui se dégagent de la lecture, le côté feel good et philosophique, les questions que cela soulève sur notre propre vie, le cheminement que le lecteur fait en même temps que Nora, la fin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s