« Peau à peau » d’Héloïse des MONSTIERS

Informations :

Titre : peau à peau

Auteur : Héloïse des Monstiers

Éditeur : Buchet Chastel

Nombre de pages : 240 pages

Format  et prix : broché 18 € / numérique 14.99 €

Date de publication : 3 mars 2022

Genre : témoignage

Résumé :

« Tu ne ressembles pas du tout au bébé dont j’avais rêvé. Le soir, lorsque je m’endormais en caressant mon ventre, j’imaginais un autre enfant. En bonne santé, dodu, joufflu et avec des cuisses potelées. […] »
Héloïse et Pierre ont tout pour être heureux. Mais quand leur premier enfant naît grand prématuré, à 600 kilomètres de chez eux, leur quotidien bascule.
Peau à peau raconte un long combat pour la vie, où chaque jour qui passe est un jour de gagné. Grâce à des rencontres exceptionnelles, ce couple dans la tourmente découvre que les grandes victoires sont les plus petites, celles qui se gagnent au fur et à mesure et avec beaucoup d’amour.

Mon avis :

Quelle claque ! Ce récit est poignant et émouvant. Une immersion dans la grande prématurité, j’ai été oppressée dès le départ, heureusement que ma boîte à mouchoirs n’était pas loin.

Héloïse, l’auteure, met une tranche de sa vie entre les mains des lecteurs. Mariée à Pierre, ils vivent à Paris. Pour eux, la venue d’un enfant est compliquée. Après de nombreux tests, le parcours du combattant commence…Notre société est formatée, une femme qui ne donne pas la vie est considérée comme inutile. Lorsqu’enfin Héloïse tombe enceinte, elle croit que le plus dur a été fait…

Les fêtes de fin d’année se passent en Haute Savoie. Le 28 décembre, Héloïse accouche en urgence prématurément d’une petite fille à seulement six mois de grossesse, à la maternité de Thonon les Bains, de niveau 1, donc pas équipée pour gérer les préma. Le bébé, Garance, pèse 1400 grammes, elle tient dans une main. Transférée d’urgence à Chambéry, les soignants font tout ce qu’ils peuvent pour la sauver. Héloïse, elle, reste à Thonon avant de pouvoir la rejoindre…

« Je m’en veux d’avoir fantasmé sur l’odeur de poupon et la peau laiteuse à embrasser. Pourquoi personne ne dit jamais aux futures mères de ne pas idéaliser la vie de maman et de ne pas commencer à s’attacher dès la première échographie ?

Une chose est sûre, la maternité et moi, c’est terminé. »

Je suis une maman, et il est vrai que jamais je n’avais pensé à la prématurité. On n’évoque pas le sujet lors des échographies ou des visites médicales. Héloïse lève le tabou et raconte chaque heure gagnée sur la mort, chaque gramme pris, chaque battement de cœur. Elle décrit comment elle a été envahie par la culpabilité, qu’avait-elle fait de mal pour ne pas arriver à mener cette grossesse à terme ? J’ai vécu son angoisse au fil des pages.

« Personne ne m’informe si le bébé est arrivé, ni où il est, dans un hôpital ou…à la morgue. Je n’ai aucune nouvelle. Trop occupés à soigner les corps les médecins oublient les vagues à l’âme. »

Héloïse souligne la dévotion des professionnels de santé, même si le volet psychologique n’est pas suffisamment pris en considération. La jeune maman restera à Chambéry le temps que Garance puisse quitter le service. Pierre, lui, retournera à Paris pour son travail, les rejoignant les week end. Tout l’équilibre familial s’en trouve bouleversé.

Un témoignage fort, simple, percutant. Lu d’une traite, je n’ai pas pu lâcher cette lecture, j’avais tellement envie d’arriver à la fin, de voir Garance commencer enfin sa vie insouciante de bébé.

J’ai été surprise de tout ce qui est traité en peu de pages : la prématurité est le sujet général, mais tout ce qui gravite autour est mentionné, allant de ces mamans qui donnent leur lait au lactarium afin de nourrir les bébés, le travail des professionnels de santé, les termes médicaux, le bienfait du peau à peau, le coût de ce service de néonatalogie, pris en charge par la CPAM, les statistiques croisées de survie en fonction du nombre de semaines de grossesse, de la taille, du poids du bébé, le protocole sanitaire pour voir son nouveau né en couveuse, etc. Héloïse balaye large. Et ne tombe jamais dans le pathos. La plume de l’auteure s’est révélée légère, juste et surtout très délicate.

Je vous recommande vraiment « Peau à peau », qui, malgré les apparences, délivre un formidable message d’espoir.

« Et puis, tu es là, complètement endormie mais bien vivante. Je te regarde et j’ai l’impression que c’est toi la mère ; c’est toi qui m’enseignes l’amour de la vie et moi, telle une petite fille, qui bois chacune de tes respirations. Tu es la personne la plus courageuse que je connaisse, jamais je n’ai rencontré quelqu’un qui se batte avec autant de force pour vivre. »

Je remercie les Éditions Buchet Chastel et la masse critique Babélio pour cette lecture.

#peauàpeau   #HéloïsedesMonstiers   #BuchetChastel

peau à peau1235522510741726095.

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : la couverture, superbe, m’a attirée et le résumé m’a tout de suite intéressée.

Auteur connu : Héloïse est une ancienne journaliste. « Peau à peau » est son premier ouvrage.

Émotions ressenties lors de la lecture : peur, angoisse, surprise, empathie, sérénité, espoir, joie.

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la plume, la simplicité, les détails, le thème bien sûr.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s