Les gueules noires du Polar – 24, 25 et 26 novembre 2022 – Saint-Étienne

Mes petits rats de bibliothèque, laissez-moi vous raconter ces trois jours merveilleux passés à Saint-Étienne !

Les Gueules Noires du Polar, késako ? C’est un festival de littératures policières stéphanois qui invite chaque année auteurs et lecteurs à se rencontrer à la Librairie de Paris !

2022 est la cinquième édition ! Je n’avais jamais participé à ce festival (pas taper…), je me demande bien pourquoi ! Ce que je peux être nouille quelquefois, c’est dingue….Un festival pareil, à 50 km de chez moi, franchement, pas la peine de s’en priver !

Des animations autour du festival ont eu lieu durant tout le mois de novembre et jusqu’au début du mois de décembre, dans toutes les Médiathèques de Saint-Etienne et dans la Médiathèque Louis Aragon de Firminy. 

Et le festival en question, avec les auteurs et les tables rondes, se déroulait du 24 au 26 novembre.

Le hic, c’était que des animations avaient lieu en soirée et en semaine….Pas envie de faire les trajets. J’ai opté pour la solution de facilité, et j’ai dormi sur place. Non, pas dans un coin de la Librairie de Paris (quoique….), mais dans mon « Sofitel » préféré (la gérante de l’hôtel se reconnaîtra, je la remercie pour son accueil 5 étoiles !).

Tout commence le jeudi soir, à la Comète, pour une soirée théâtre époustouflante.

« Mamie Luger », joué par la compagnie Ah !, avec, dans les rôles principaux, Antoine Herbez et Josiane Carle.

Adapté du roman de Benoît Philippon, ce spectacle s’est révélé conforme au livre, drôle, cynique et féministe.

Un vrai délice !

D’ailleurs, le public ne s’est pas trompé, la salle était comble.

Résumé :

Six heures du matin : Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate.

Huit heures : le capitaine de police Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Lüger vide son sac, et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de Veuve Noire et de nazi enterré dans sa cave.

Alors… Aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la Mamie, mais il sent qu’il va falloir creuser.
Et pas qu’un peu.

Lorsqu’on s’est installés dans la salle, Berthe était déjà là, elle nous dévisageait de son air hautain et un brin bougon, le ton était donné ! Elle m’a bluffée tout au long du spectacle par son interprétation de cette mamie centenaire ayant la gâchette plus que facile.

Dans la salle, Benoît Philippon était présent. Je vous laisse le chercher dans la photo ci-dessous ? Indice, il porte des chaussures jaunes.

Et pour couronner le tout, séance de dédicace à la fin de la représentation !




 

Les vitrines de la librairie étaient bien habillées de noir !

Vendredi soir aussi, le programme était alléchant !

Tout à commencé à 18h00, avec une table ronde « Vous voulez rire ? »

Humour et polar font-ils bon ménage ? Ces deux veines peuvent sembler opposées. Pourtant, Benoît Philippon et Luc Chomarat les réunissent parfaitement dans des polars haletants et marrants.

L’occasion de faire connaissance de Sabrina, comédienne et lectrice, elle nous lit à haute voix le début des livres de nos auteurs.

Oh, tiens, Franck Thilliez ! Vous les voyez, mes yeux qui pétillent ?

La soirée continue avec un apéro-dédicace.

Le Lycée Hôtelier Le Renouveau de Saint-Genest-Lerpt propose une expérience gustative et littéraire inédite, autour d’un livre de Frédéric Dard, « Vas-y Béru », de la série policière San Antonio.

Décoration au top, et petites douceurs succulentes, même si je dois bien avoué que j’ai préféré passer du temps à papoter avec les auteurs plutôt qu’à grignoter. Vous voyez, la gourmande que je suis ne l’est pas tant que ça, à certains moments…

Et l’on en croise, du beau monde…

Antoine Herbez et Josiane Carle, nos interprètes de « Mamie Luger ».

Les CamHug ! Ravie de vous avoir revu ça faisait une paye !

Jérôme entame une nouvelle carrière….Les comptines de Noël. Convaincu ? Pas trop, je dois bien l’admettre, lol !

Luc Chomarat

Jacques Saussey

Cécile Cabanac

Une soirée vraiment géniale, j’ai pu discuter avec chaque auteur, prendre le temps, faire dédicacer les romans. Un moment agréable, au milieu d’auteurs plein d’empathie, disponibles et chaleureux.

🎵 Samedi matin, l’empereur, sa femme et le petit princeSont venus chez moi pour me serrer la pinceComme j’étais parti, le petit prince a dit« Puisque c’est ainsi nous reviendrons dimanche »🎵

Non, samedi matin, me revoilà de retour à la librairie pour une table ronde à 10h avec….Franck Thilliez, rien que ça !

Le thème : « Se laisser prendre ». Une heure fabuleuse où Franck nous a parlé de « Labyrinthes », mais aussi de certaines anecdotes succulentes relatives à ses derniers romans.

J’ai pu faire dédicacer mes romans et échanger avec Franck, une fois de plus ! Hier soir, c’était déjà le cas, je ne m’en lasse pas !

Un petit tour vers les autres auteurs, présents également.

Un rayon de soleil dans le ciel stéphanois. Ça fait plaisir, après les trombes d’eau de vendredi après-midi !

14h30, dernière table ronde, et non des moindres !

« Frissonner de plaisir ou de peur ? » avec Nathalie Hug, Jérôme Camut, Cécile Cabanac et Jacques Saussey.

De gauche à droite : Jacques Saussey, Nathalie Hug, Jérôme Camut, Cécile Cabanac.

Une conférence au top, qui a pris très vite le virage du rire, comme vous pouvez le voir sur ces photos ! Ambiance agréable, échanges intéressants.

Il était temps pour moi de partir, des paillettes plein les yeux. Un salon magnifique, une organisation parfaite, un boulot de dingue pour que nous passions tous des moments inoubliables. Bravo à toute l’équipe de la Librairie de Paris et des Gueules Noires du Polar, que je remercie chaleureusement pour nous avoir permis de rencontrer des auteurs de talent dans une ambiance cocooning.

Toutes les tables rondes étaient brillamment animées par Thierry Caquais.

Bravo à la Compagnie Ah ! pour l’interprétation de Mamie Luger.

Mention spéciale au Lycée Hôtelier Le Renouveau dont les élèves ont émoustillés nos papilles et nos yeux avec une déco recherchée.

Ce salon m’a permis aussi de faire la connaissance de La Belette Stéphanoise, de Sabrina Livebardon, de retrouver Cendrine Bertani, de papoter avec une collègue de boulot qui se reconnaîtra, et de croiser Chrystel Duchamp.

Le rendez-vous est pris pour l’an prochain !

Moisson livresque du week end !

Arf, et puis, j’en ai profité aussi pour acheter le dernier roman de Florent Marotta, « L’inconnu du Bataclan ».

Il manque les livres achetés qui seront déposés sous les sapins de Noël de mes amies. Et sinon, le passage en ville étant trop tentant, je suis revenue avec une doudoune, un pull, des produits de chez Rituals, bref, vous comprendrez pourquoi j’étais chargée comme une mule ! Mon dos se rappelle à mon bon souvenir aujourd’hui, aïe !

Voilà pour ce retour de festival. Un très bon souvenir, pour un salon familial, intimiste, et ça fait du bien ! A bientôt pour de nouvelles aventures littéraire !

2 réflexions sur “Les gueules noires du Polar – 24, 25 et 26 novembre 2022 – Saint-Étienne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s