« La petite couturière du Titanic » de Kate ALCOTT

 

sonia boulimique des livres

Titre : La petite couturière du Titanic

Auteur : Kate Alcott

Éditeur : L’Archipel / Archipoche

Nombre de pages : 440 pages pour la version poche

Formats et prix : broché 23.50 € / poche 9.50 € / numérique 8.99 €

Date de publication : 20 avril 2016

Genre : fiction historique

 

blog littéraire

Avril 1912. Tess Collins, jeune Anglaise aspirant à percer dans le milieu de la mode, a de la chance. À peine sur le Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture qui va présenter sa nouvelle collection en Amérique.Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, la créatrice de mode décide de prendre Tess à son service. À bord, la jeune femme fait la rencontre de deux hommes. Mais, tandis qu’un triangle amoureux se forme, le paquebot, sans que ses passagers s’en doutent, fonce vers un iceberg…À New York, Tess intègre l’atelier de lady Lucy. Les talents de modiste de la jeune femme se révèlent bien vite, ses premiers modèles font sensation. Mais son ascension pourrait connaître un coup d’arrêt. Ne se murmure-t-il pas en effet que lady Lucy aurait eu une conduite répréhensible lors du naufrage ?

chroniques littéraires

Bienvenue à bord du Titanic ! Tess Collins, jeune domestique anglaise passionnée par la mode et la couture, décide de quitter son emploi pour embarquer sur le Titanic. L’envie de changer de vie, de vivre son rêve, et de devenir, peut-être, une couturière de renom. Le destin lui fait croiser la route de Lucile Duff Gordon, célèbre créatrice de vêtements, voyageant à bord du Titanic avec son mari, Cosmo, pour superviser son défilé de mode à New York. A la dernière minute sa femme de chambre la quitte et elle embauche Tess. Le talent de Tess en couture pousse Lucile à lui promettre de l’employer dans son atelier à New York et de lui apprendre le métier.

Lors de cette traversée, outre Lucile, Tess fera également la connaissance de Jack Bremerton et de Jim Bonney, qui auront chacun une grande influence sur la jeune femme.

Et puis, arriva ce qui devait arriver, le Titanic coule. Tess trouvera une place sur l’un des canots, et j’ai été hyper déstabilisée par la suite ! Tout simplement parce que j’ai eu du mal à me faire à l’idée que des gens aient survécus ! A force de regarder le film de James Cameron, voilà où j’en étais ! Bref.

Les survivants sont recueillis par le Carpathia et arrivent enfin à New York. Pour les enquêteurs et la presse, l’histoire du naufrage du Titanic est l‘affaire du siècle. Pinky, la journaliste du Times, est pire qu’un pitbull. C’est un personnage vraiment très fort. Elle va mener l’enquête et tenter de répondre aux multiples interrogations que tout le monde se pose, y compris la commission sénatoriale mise en place afin de tenter de déterminer les causes de ce drame ayant entraîné la mort de 1 500 personnes. Tess est également un personnage dense, c’est une femme audacieuse prête à échapper au système de classes et à devenir indépendante. New York est pleine d’opportunités. Elle saisit ces instants et se construit une nouvelle vie, plus en adéquation avec ses aspirations.

Parlons de Lucile, l’autre pilier de ce roman. Elle se montre arrogante et joue avec ses privilèges. On peut la croire méprisante, méchante même, mais en définitive, n’est-elle pas tout simplement incomprise ? Elle est assez ambigüe, et il m’est arrivé de changer d’opinion sur elle à plusieurs reprises. Vous l’aurez compris, « La petite couturière du Titanic » est un roman de femmes. Ce sont elles qui mènent la barque, heu, le canot, et c’est bien peu dire….

« C’est inouï le nombre de fois où les femmes doivent reprendre la main quand les hommes se défilent lâchement. Quand je pense que ces crétins prétentieux refusent de nous laisser voter ! »

Je ne vais rien vous raconter de plus sur l’histoire en elle-même et sur les survivants. Je vous laisserai découvrir qui ils sont. Kate romance son récit, certes, mais elle s’appuie sur des faits réels, et intègre des personnages qui ont existé (Lucile par exemple). La majorité de l’histoire se passe après le naufrage et donne la part belle aux témoignages des survivants convoqués par la commission. J’ai trouvé ces passages passionnants. Le cœur du livre dissèque les relations humaines et la façon dont les gens agissent pendant une crise. Certaines personnes ont été incroyablement courageuses lors du naufrage, tandis que d’autres ont agi de manière égoïste et tout à fait méprisable. La peur fait ressortir le meilleur mais aussi le pire chez les gens.

Il y a bien une romance, puisque le cœur de Tess va balancer entre deux hommes, mais cela reste bien discret face au reste. Juste la bonne dose pour apporter de la légèreté dans l’ensemble. Et cela a été parfait pour moi.

Kate nous imprègne dans le New York de cette époque, avec l’industrie de la mode grâce à Lucile, apportant une belle touche de glamour, et, avec l’aide de Pinky, le lecteur comprend les enjeux du journalisme, la lutte des classes, mais également les mouvements de défense des droits des femmes, puisque Pinky est une suffragette qui nous emmène participer à la manifestation organisée à Washington Square. Le lecteur devient incollable sur le contexte historique et la dynamique de New York. Corruption, scandales, mensonges, intérêts politiques, acharnements sur certaines personnes, ce roman est d’une grande richesse. Je salue le travail de recherche considérable effectué par Kate. Impressionnant !

La plume de l’auteure est fluide, immersive, riche, elle sait emporter le lecteur avec elle dans son récit.

J’ai pris mon temps pour lire « La petite couturière du Titanic ». J’avais envie de savourer cette lecture, je m’en suis imprégnée jusqu’à l’os. J’ai appris une foule de choses que j’ignorais complètement à propos du Titanic, de la White Star Line. Ce roman m’a donné à réfléchir sur ce que j’aurais fait si j’avais été sur ces canots de sauvetage, en pleine mer. Serais-je retournée essayer de sauver des gens ?  Qu’est-ce qui prime, l’instinct de survie ou sauver des vies ?

« La petite couturière du Titanic » est un livre absolument fascinant, offrant une autre vision du naufrage, que je vous conseille chaudement !

Je remercie les Éditions Archipoche pour cette lecture.

« Veille à toujours garder la tête haute. Ne te contente jamais de la facilité, il faut savoir oser, on ne te reprochera jamais d’avoir essayé. « 

#LapetitecouturièreduTitanic    #KateAlcott     #LArchipel

La petite couturière du Titanic

signature_4

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : j’ai toujours été fascinée par le naufrage du Titanic. C’est tout naturellement que je me suis plongée dans ce roman.

Auteur connu : Kate Alcott est une auteure américaine et « La petite couturière du Titanic » est son premier roman traduit en français.

Émotions ressenties lors de la lecture : la palette est immense !  

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la plume, le travail de recherches, la fiction se mêlant à la réalité, les personnages, les différents thèmes abordés.

Si je suis une âme sensible : rien de particulier.

signature_2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s