« Sur un arbre perché » de Gérard SARYAN

 

sonia boulimique des livres

Titre : Sur un arbre perché

Auteur : Gérard Saryan

Éditeur : Taurnada

Nombre de pages : 382 pages

Formats et prix : broché format poche 10.95 € / numérique 8.49 €

Date de publication : 19 janvier 2023

Genre : thriller psychologique

blog littéraire

Une seule seconde d’inattention et la vie d’Alice bascule : Dimitri, 4 ans, le fils de son compagnon, échappe à sa vigilance.
En panique, la jeune femme part à sa recherche, mais elle est victime d’un grave accident. À son réveil, elle doit se rendre à l’évidence : l’enfant a été kidnappé.
Rejetée de tous et rongée par la culpabilité, la « belle-mère négligente » n’a désormais qu’une obsession : retrouver Dimitri, coûte que coûte. Ignorant alors tous les dangers…
Sans le soupçonner un instant, Alice va se précipiter au centre d’une toile tissée par la pire des trahisons.

chroniques littéraires

Bon alors déjà, que les choses soient claires ! Qui a choisi ce titre ? Parce que moi, avec mes références à la mords-moi-le-nœud, j’avais le film de Louis de Funès dans la tête ! Bon je vous rassure, pas de voiture juchée sur un pin parasol, ouf !

Un prologue digne de ce nom, qui harponne et pousse le lecteur à continuer sa lecture, parfait ! J’adore des prologues comme ça, je me délecte d’avance de la suite. Qui se déroule plutôt tranquillement, nous faisons connaissance avec nos protagonistes. Alice, notre narratrice, enceinte ; Guillaume, son fiancé, avocat, et leur famille recomposée, Dimitri, 4 ans, et Barbara, 13 ans, issue de l’union entre Guillaume et Isabelle. On voit très bien les problématiques de la famille recomposée : place du beau-parent pas toujours facile à trouver, relation avec des enfants qui ne sont pas les siens et qu’il faut bien élever tout de même, rapports avec l’autre parent, loin d’être simple. Bref, les conflits peuvent vite apparaitre insurmontables. C’est une problématique que j’ai vécu, je me suis bien reconnue en Alice. Je l’ai appréciée dès le départ, elle est déterminée à bien faire, à jouer son rôle de maman et de belle-mère du mieux qu’elle puisse.

Sauf que « Sur un arbre perché » est un thriller et que la situation vire au drame très vite : le petit Dimitri, sous la responsabilité d’Alice, disparaît en pleine heure de pointe à la Gare de Lyon. Paniquée, Alice traverse la route en courant et se fait percuter par un camion. Elle se réveille après 5 jours de coma, Dimitri est introuvable, et elle a perdu son bébé.

« Effectuant un tour à 360 degrés, je cherchais désespérément le visage de mon petit ange, les yeux écarquillés, la bouche ouverte et le cœur au bord des lèvres. Certains enfants riaient, songeant peut-être que j’étais folle.
Ma vie était tout doucement en train de basculer. À bout de souffle, terrorisée, je me mis à hurler :
« DIMITRI !! » »

La descente aux enfers commence. Le lecteur va accompagner Alice dans ces ténèbres. Rendue responsable de la disparition de Dimitri, elle va tout tenter pour découvrir ce qu’il lui est arrivé. Elle va pouvoir compter sur le soutien de Serge Guiguet, expert en criminologie, retraité de la police et animateur d’une émission télé « Fenêtres sur Crimes ».

Les chapitres sont courts, la temporalité navigue entre présent et passé, les personnages foisonnent, les rapports entre chacun sont nébuleux, on se demande ce que certains viennent faire dans le récit. Nous avons là un roman extrêmement complexe, dans tous les domaines. Une lecture a déguster au calme, en prenant des notes parfois, pour repérer les protagonistes et saisir les tenants et les aboutissants. La plume de Gérard, que je découvre ici, est riche, saisissante, fluide, maîtrisée. C’est le mot qui me revient après avoir refermé ce roman incroyable : « maîtrise ». Tout est parfaitement maîtrisé. Même quand j’ai eu l’impression que l’intrigue partait dans tous les sens, que c’était « too much », eh bien non, tout est calculé, rien n’est là par hasard, tout est maîtrisé.

Les personnages, principaux comme secondaires, sont parfaitement décrits, chacun jouant son rôle à la perfection. Alice démontre une force de caractère insoupçonnable. Je l’ai beaucoup admirée, j’ai absorbé sa souffrance, j’avais envie de l’aider, de la soutenir. Guillaume, son fiancé, m’a horripilée. Je ne sais pas à quoi il joue avec Alice, mais franchement, il aurait pu la soutenir un peu plus quand même, au lieu de lui faire moult reproches. Le personnage qui m’a le plus touché dans ce récit est Achille, le SDF qui « vit » gare de Lyon. Combien sont-ils dans la vraie vie, à battre le carrelage de la gare, demandant de l’argent aux voyageurs, n’ayant rien d’autre à faire de leur journée qu’observer les touristes ou les travailleurs empruntant chaque jour les trains en partance ?

Les thématiques abordées sont riches, elles aussi, allant de la famille recomposée, j’en ai parlé plus haut, aux migrants, aux services sociaux, aux sans domiciles fixes. Et un autre sujet que je ne nommerai pas pour ne pas spoiler. Gérard ratisse large, le travail de recherches a dû être considérable. Le suspense est dosé à la goutte prêt. Je dois avouer qu’à chaque petit coup de mou que j’ai pu avoir lors de cette lecture, un rebondissement ou une révélation tombait, comme si Gérard savait que l’attention du lecteur allait faiblir pile à ce moment-là et qu’il fallait relancer la machine (maîtrise, je vous l’avais dit !). J’ai été bluffée.

La fin est éblouissante, la cerise sur le gâteau. J’en ai extrapolé, des suppositions, mais pas celle-ci.

« Sur un arbre perché » est un très bon thriller psychologique, qui vous fera perdre votre latin et bousculera toutes vos certitudes. Avis aux amateurs, foncez !

« J’hésitais à lui répondre. Décrocher signifiait entrer dans des palabres inutiles et reconnaître un mensonge, car je n’avais pas grimpé dans le premier train pour Lyon, mais arpentais depuis bientôt une heure les différentes travées de la gare, cherchant à retracer l’itinéraire présumé emprunté par Dimitri et son kidnappeur. »

Je remercie Joël et les Éditions Taurnada pour leur confiance renouvelée et cette lecture.

#Surunarbreperché     #GérardSaryan     #Taurnada

20221231_164217-014639032065728796113

signature_4

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : la couverture attire l’œil, le résumé m’a parlé.

Auteur connu : Gérard est un auteur lyonnais, « Sur un arbre perché » est son deuxième roman. Je ne le connaissais pas avant cette lecture. Il tombe direct dans ma liste d’auteurs à suivre.

Émotions ressenties lors de la lecture : angoisse, peur, culpabilité, j’avoue que cette lecture m’a vidée. 

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la plume, la complexité de l’intrigue, les personnages, le thème, la fin. 

Si je suis une âme sensible : c’est un thriller psychologique, rien de particulier. Quelques scènes un peu dures, mais sans plus.

signature_2

2 réflexions sur “« Sur un arbre perché » de Gérard SARYAN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s