« Le théorème de Cupidon » d’Agnès ABECASSIS

sans-titre

Résumé :

Le Théorème de Cupidon : deux lignes parallèles ne se croisent jamais… sauf si elles tombent amoureuses. Si certaines histoires d’amour mettent autant de temps à démarrer, il y a une raison à cela : Cupidon est myope. Et allez demander à un myope de viser juste, pile entre deux oreillettes et deux ventricules ! Sa flèche aura plus de chances de se ficher autre part, et de vous octroyer des maux de ventre, une migraine ou une rage de dents. Sauf qu’il arrive que Cupidon s’acharne. Bien sûr, il ne chaussera pas ses lunettes, il est coquet, ce gosse. Mais force est de constater qu’il est têtu. Or, il se trouve qu’il a repéré deux êtres qui iraient parfaitement ensemble : Adélaïde, une directrice de casting, et Philéas, un réalisateur. Manque de pot, Cupidon les loupe systématiquement, donc, depuis des années, ces deux-là se ratent aussi. Pourtant rien n’arrive par hasard, et même l’amour a ses lois – sa loi mathématique, en l’occurrence : le théorème de Cupidon, selon lequel deux lignes parallèles ne se croisent jamais… sauf si elles se rencontrent à une intersection et qu’elles tombent amoureuses. Alors suivons le parcours de ces deux êtres aux aspirations a priori opposées. Exubérante, directe, rigolote, Adélaïde a décidé de fuir les histoires d’amour. Philéas est timide, maladroit, sérieux, et ne pense qu’à conclure. Alternativement, chacun va raconter son quotidien et dévoiler ainsi les ratés du chérubin bigleux… jusqu’au jour où il fera mouche !

Mon avis :

J’avais besoin de faire une bonne pause entre deux thrillers, et j’aime Agnès Abecassis, car ses livres sont toujours légers et drôles. Et « le théorème de Cupidon » ne déroge pas à la règle.

Un livre qui se lit sans réfléchir, qui nous fait rire et nous remonte le moral. On suit les pérégrinations sentimentales de Philéas et Adélaïde. Le passage de la soirée speed dating est à mourir de rire. Les clins d’oeil au monde cinématographique sont sympas.

Je le conçois, c’est pas de la grande littérature, mais quelquefois, ça fait du bien.

Une réflexion sur “« Le théorème de Cupidon » d’Agnès ABECASSIS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s