« Sang famille » de Michel BUSSI

Informations : fleurs de cerisier

Titre : sang famille

Auteur : Michel Bussi

Editeur : Presses de la Cité

Nombre de pages : 420 pages

Format  et prix : broché   21.90  € / numérique  14.99 €

Date de publication : 16 mai 2018

Genre : policier

 

Résumé :

Mensonges ou secrets ?
Manipulation ou vérité ?

« Tel un soleil brutal, la lumière du phare des Enchaînés inonde la pièce. Une seconde à peine. Puis l’obscurité reprend le dessus, simplement percée du halo des lampes torches.
Je vais mourir ici.
C’est une certitude.
Une seule question me hante, la dernière : jusqu’où sont-ils prêts à aller pour me faire avouer ?  A fouiller ma mémoire, comme s’ils pouvaient en arracher les souvenirs qu’ils convoitent ?
Tout est allé si vite, à peine quatre jours.
Je n’étais alors qu’un adolescent parmi d’autres.
Un orphelin.
C’est du moins ce qu’on avait toujours voulu me faire croire… »

 

Mon avis :

Alors, tout d’abord, ce n’est pas un nouveau roman de Michel, mais une ré-édition corrigée de la version parue en 2009. Du Bussi réchauffé me direz-vous ? Pas du tout. Il est peut-être un peu moins construit et plus intuitif que ses derniers romans, mais c’est pas plus mal. J’ai bien aimé cela car j’ai découvert une autre facette de l’auteur.

En plongeant dans ce roman, on n’a pas l’impression de lire du Bussi et ça perturbe. Certes, on retrouve la plume, fluide, l’émotion, l’intérêt du lecteur, mais sinon, le reste est différent. On arrive dans une île normande totalement imaginée par l’auteur. Lui qui nous avait habitués à avoir pour décor des lieux existants et décrits de telle manière qu’on a l’impression d’y voyager réellement à travers les lignes, c’est assez troublant. On comprend dès le début que l’on n’apprendra rien dans ce roman. Moi qui aimait son côté instructif, j’avoue avoir été un peu déçue.

L’enquête, ou plutôt les enquêtes, sont bien menées. On a d’un côté Simon Casanova (oui, ça ne s’invente pas…), emploi jeune (là aussi, ce n’est pas commun…), qui se retrouve à essayer de remettre la main sur deux prisonniers en cavale (sur une île déserte, ils devraient être facilement repérables, non ?). Et de l’autre, Colin, adolescent orphelin, originaire de l’île, qui passe ses vacances dans un camp de vacances avec des copains. D’ailleurs, cette bande de potes essayant de percer un mystère m’a très vite fait penser au « Club des 5 », qui a bercé mon enfance.

Les deux histoires vont bien entendu se rejoindre à la fin. Entre temps, il y a tout les sujets sur l’adolescence, la quête d’identité, les secrets de famille, la manipulation qui sont développés. C’est très psychologique, en fait. Tout en restant léger et avec une pointe d’humour. Il y a beaucoup d’émotions qui ressortent de cette lecture, et en même temps, c’est très ludique, avec une véritable chasse au trésor. Le tout dans l’ambiance huis clos sur cette île qui cache bien des secrets et des machinations.

La fin est juste fantastique. Je n’avais pas pensé à ça, c’est ingénieux. J’ai été bluffée.

Seul bémol, mais ce n’est pas nouveau : la couverture. Honnêtement, je ne sais pas, mais il y a aurai un véritable travail à faire au niveau des couvertures des livres de Michel, ou alors, il faut m’expliquer pourquoi ces choix….

Je remercie les Editions Presses de la Cité et NetGalley pour cette lecture.

 

6 réflexions sur “« Sang famille » de Michel BUSSI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s