« Vivre ensemble » d’Emilie FRECHE

Informations :fleurs de cerisier

Titre : Vivre ensemble

Auteur : Emilie Frèche

Editeur : Stock

Nombre de pages :  288 pages

Format  et prix : broché    18.50 €

Date de publication : 22 août 2018

Genre : littérature générale

Résumé :

Tout le monde ne parle que du vivre-ensemble mais, au fond, qui sait vraiment de quoi il retourne, sinon les familles recomposées ? Vivre ensemble, c’est se disputer un territoire.

Mon avis :

Tout commence par les attentats du 13 novembre. Déborah et Pierre sont pris dans la tourmente de la fusillade aux terrasses de café. Et cela va changer leur vie. Ils n’ont rien eu, « juste » des blessures psychologiques et un profond traumatisme qui va diriger leur vie dorénavant et qui aura des conséquences inattendues. Ils ont l’impression d’avoir leur vie en sursis, et ressentent une urgence et un besoin viscéral de vivre, mais vivre vite.

Et pour vivre vite, il faut faire des choix, vite.

Déborah, pour qui emménager avec Pierre était inconcevable avant les attentats va changer d’avis. Et voilà la petite famille recomposée qui s’installe dans un petit nid douillet : Déborah et Pierre, Salomon, 10 ans, le fils de Pierre, et Léo, même âge, le fils de Déborah.

Au milieu du processus d’acceptation, de résilience de Déborah, de la gestion « post-attentats », elle va devoir faire face à Salomon, petit garçon différent qui va lui faire sentir qu’elle est étrangère avec Léo dans sa relation avec son père. C’est un état des lieux très réaliste de la famille recomposée et de la place de chacun dans ce nouveau noyau familial.

Ce livre est une histoire de conflits. Celui de Déborah face à Salomon, personnel, qui touche son foyer, et les autres, internationaux, tels que la Jungle de Calais, l’Holocauste, les attentats terroristes. Et dans chacun de ces conflits, on a tous qu’un seul but : essayer de s’en sortir indemne.

Il y a une énorme charge émotionnelle qui ressort de ces lignes. Pour avoir vécu le schéma de la famille recomposée, je trouve que c’est un portrait très touchant et réaliste de la situation, même si le trait est grossi à l’extrême.

Je remercie les Editions Stock et Netgalley pour cette lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s