« La médecine du bon sens » de Michel LEJOYEUX

Informations :

Titre : la médecine du bon sens

Auteur : Michel Lejoyeux

Editeur : J.C. Lattès

Nombre de pages :  250 pages

Format  et prix : broché  19.50 € / numérique 13.99 €

Date de publication : 17 octobre 2018

Genre : santé médecine

Résumé :

Il a fallu des milliers d’années pour arriver au stade actuel du développement de la médecine. Mais aujourd’hui son extraordinaire sophistication nous a fait perdre la connaissance des ressources naturelles dont notre corps dispose pour faire face à la maladie et à la mélancolie.
De l’homme préhistorique aux sages orientaux, des premiers savants grecs aux alchimistes de la Renaissance, à  chaque étape de notre évolution, une forme de médecine du bon sens  s’est mise en place. Apprendre la confiance en soi et la mastication nous vient de la préhistoire. Les petits gestes de la sagesse chinoise, la méditation nous ont incité à privilégier la prévention et à prendre conscience du bien fondamental entre notre corps et notre esprit. Déjà, Hippocrate n’hésitait  pas  à prescrire une marche de 15 minutes par jour, un régime à base de poissons, de graines de caroube, de riz…, à recommander la sieste et l’activité sexuelle. Les alchimistes nous ont prouvé les vertus de la chaleur et de la musique.
Et les plus récents chercheurs en neurosciences viennent de confirmer les extraordinaires effets de cette médecine du bon sens qui nous vient du fond des âges.
Le Pr Lejoyeux nous raconte comment la médecine du bon sens s’est inventée et a fait ses preuves. Surtout, il nous propose un programme simple et  précis, adapté à notre vie  quotidienne, pour nous aider à mieux vivre, à  être en pleine forme et à développer notre  bonne humeur.

Mon avis :

On a besoin de quoi pour « une médecine de bon sens » ?

  • de la bienveillance, pour nous et pour les autres
  • de la tolérance envers nos imperfections
  • de l’optimisme

Ce livre est une mine d’informations. J’ai pioché des idées à chaque page. C’est tout du bon sens, mais ça fait une belle piqure de rappel et cela remet les idées en place !

Première leçon venant de la Préhistoire : il faut avoir confiance en soi et en ses capacités d’adaptation. En clair, l’auteur nous démontre que l’homme de Neandertal était bien plus intelligent que nous, puisque son mode de vie était le plus adapté à son environnement.

Il est également essentiel d’apprendre à rêver, lâcher prise et profiter de l’instant présent.

Il y a même un test pour mesurer notre score de confiance préhistorique. Pour tester sa confiance en soi. Ludique et instructif.

Pour votre information (et la mienne !), j’ai tout de la confiance d’une femme de la Préhistoire.

Seconde leçon : la médecine chinoise

Après avoir compris qu’il est essentiel d’aller chercher tout au fond de nous la façon de vivre de nos ancêtres préhistoriques, nous allons nous pencher sur la pharmacopée chinoise.

Nous nous enveloppons dans un cocon de douceur, de lenteur et d’optimisme si particulier aux pays asiatiques. Le rituel du thé nous est détaillé et expliqué, c’est un facteur de paix sociale et de bien être individuel. Préparer son thé comme moi, en faisant autre chose en même temps est totalement improductif. Il faut profiter du temps que met l’eau pour chauffer, de celui que met le thé pour infuser, puis refroidir, pour se recentrer sur soi et sur l’instant présent pour s’apaiser.

Pareil avec la dégustation de chocolat. Si on le fait en prenant son temps, en pleine conscience, 2 carrés suffisent là où la plaque entière boulottée en 3 secondes nous frustre et ne nous apaise pas le moins du monde.

Un test permet de savoir à quel niveau de l’échelle de la pleine conscience nous nous situons. Sans surprise, j’apprends qu’il me reste encore du chemin à parcourir, je sais que je fais toujours 36 choses en même temps, ce n’est pas bon du tout. Mais j’ai les bonnes pistes à suivre et des exercices à mettre en pratique pour y arriver, je n’ai plus d’excuses !

Troisième principe : suivre les conseils d’Hippocrate

« Que ton aliment soit ta seule médecine ». Tout le monde connaît cette phrase !

Sa médecine du bon sens pose quatre principes de santé toujours pas démentis jusqu’à ce jour. Nourrir son corps et son esprit de la manière la plus saine possible est l’une des clés développées ici.

Quatrième principe : les alchimistes du cerveau

L’optimisme a là aussi la part belle. On apprend à stimuler notre cerveau et nos émotions.

J’ai un peu moins bien adhéré aux deux dernières parties, peut être parce que le schéma de construction de chaque partie était le même et du coup, je me suis un peu ennuyée.

Mais ceci mis à part, c’est un voyage instructif, une plongée en soi et en son mode de vie et de pensée. Une introspection utile et nécessaire pour comprendre les clés de l’épanouissement personnel. J’ai adoré ce livre, je ne peux que vous le conseiller !

 

« Qui ne s’élève tombe ; qui ne s’améliore se diminue »

Elie WIESEL

Je remercie les Editions Lattès et NetGalley pour cette lecture

#lamédecinedubonsens

#NetGalleyFrance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s