« Le repentir » de Muriel ROSSI

Informations :

Titre : le repentir

Auteur : Muriel Rossi

Editeur : Librinova

Nombre de pages : 201 pages

Format  et prix : broché  14.90 € / numérique  3.99 €

Date de publication : 3 octobre 2018

Genre : littérature générale

Résumé :

Paris 1933. Hippolyte Diderot, interne en dernière année à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, s’efforce de devenir médecin comme l’a souhaité son père.

Lorsque survient la mort de ce dernier la nuit de Noël, Hippolyte prend conscience qu’il a toujours vécu selon les aspirations paternelles, de son métier à ses fréquentations et jusqu’à son attitude elle-même.

Il se révoltera contre les principes de son éducation, de son façonnage, et en détruira le moule par d’étranges méthodes. Il s’affranchira de toute morale et de tout conformisme.

Mon avis :

Ah le Paris des années 30 ! Les temps sont durs, les années folles sont terminées, Pigalle devient le quartier le plus torride de la capitale, les cabarets transformistes explosent et la musique y est jouée de plus en plus fort. Les avancées de la médecine,  la guerre qui pointe son nez en toile de fond, l’immersion est agréable, les descriptions sont réalistes et j’ai presque eu envie de sortir gants et chapeaux avant d’enfiler une robe de soirée pour aller au théâtre.

Et au milieu de ce mode de vie débridé en pleine mutation, Hippolyte. Étudiant en médecine, il ne vit pas, il mène sa vie de la manière dont son père le souhaite. Mais à la mort de ce dernier, Hippolyte va se mettre à changer, à son tour, comme la ville dans laquelle il habite. Et quel changement ! Il va remettre en cause toute sa vie. Il va décider de ne plus vivre avec des regrets, mais avec des espoirs. Même si certains de ses actes auront des conséquences fâcheuses pour lui et son entourage, il va tout faire malgré tout pour que sa vie ne soit plus aussi linéaire. Que diable ! Un peu de fantaisie et de plaisir !!

J’ai adoré cette métamorphose d’Hippolyte. On a suivi cette larve se transformer en papillon. C’est un peu comme un roman d’éducation. Au fil des épreuves qu’il s’inflige, Hippolyte sort de sa zone de confort si rassurante et fait un trajet en lui-même, pour notre plus grand régal ! De grands noms de la littérature et du cinéma se croisent, vont rencontrer Hippolyte, qui va se découvrir une passion pour les poèmes, telle une thérapie. J’ai beaucoup apprécié ces moments de l’histoire. J’avais l’impression de prendre un café avec Sartre aux « Deux Magots ».

Le personnage que j’ai adoré, outre Hippolyte, c’est le petit Louis, cet enfant maltraité qui s’enfonce dans sa solitude et le mutisme. Combien d’enfants sur Terre ont-ils ce même destin si dramatique et si noir ? J’aurai aimé avoir des nouvelles de lui, savoir comment il s’en est sorti dans la vie, s’il a pu panser ses blessures.

Ce livre c’est aussi l’histoire de deux êtres, une belle histoire d’amour : Hippolyte (bien sûr !) et Emma. Deux personnalités qui se cherchent, s’éloignent, emportées par le tourbillon de la vie et les non-dits, vont-ils se retrouver ?

L’écriture est fluide et agréable, poétique, créant une atmosphère chaude et attrayante. J’ai trouvé la couverture très belle, elle attire le regard, avec ce réverbère, planté là comme un phare dans la tourmente citadine, de ce Paris en pleine transformation.

Je remercie les Editions Librinova pour cette lecture.

le repentir1905522048..jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s