« Ghost in love » de Marc LEVY

Informations :

Titre : ghost in love

Auteur : Marc Levy

Éditeur : Robert Laffont

Nombre de pages :  360 pages

Format  et prix : broché 21.50 € / numérique 14.99 €

Date de publication : 14 mai 2019

Genre : littérature française

Résumé :

Ils ont trois jours à San Francisco. Trois jours pour écrire leur histoire. Que feriez-vous si un fantôme débarquait dans votre vie et vous demandait de l’aider à réaliser son vœu le plus cher ? Seriez-vous prêt à partir avec lui en avion à l’autre bout du monde ? Au risque de passer pour un fou ? Et si ce fantôme était celui de votre père ? Thomas, pianiste virtuose, est entraîné dans une aventure fabuleuse : une promesse, un voyage pour rattraper le temps perdu, et une rencontre inattendue… Digne des plus belles histoires de Capra et de Billy Wilder, Ghost in Love donne envie de croire au merveilleux.

Mon avis :

Pas convaincue au départ sur le bien-fondé de cette histoire, je me suis laissée séduire. Une lecture que je qualifierai d’agréable, mais je dois bien l’admettre, qui ne me laissera pas non plus un souvenir impérissable, même si j’ai passé un bon moment.

Après avoir fumé un joint, Thomas voit apparaître le fantôme de son père, décédé cinq ans auparavant. Il a une étrange requête à lui soumettre : son amour secret depuis plus de 20 ans vient de mourir à San Francisco. Il demande à Thomas de l’accompagner afin de les réunir pour l’éternité en mélangeant leurs cendres. Un peu glauque me direz-vous ? Bon, je vous l’accorde. Mais tellement amusant !

Ce roman est une bouffée de fraîcheur et de rire. Thomas décide d’aider son père dans ce projet loufoque, non sans arrière pensée. Il va prendre des risques. Faire passer les cendres de son père pour un pot pourri à l’aéroport en est un, risquant la camisole puisque tout le monde le prend pour un cinglé qui converse « tout seul », en est un autre.

L’écriture est simple, fluide, ce n’est pas de la grande littérature, on est bien d’accord, mais cela fait du bien de faire une pause récréative de temps en temps. L’humour est bien présent, souvent décalé, mêlé de cynisme, j’ai ris à plusieurs reprises de bon cœur. On en profite pour prendre une leçon sur les relations parents-enfants et l’importance de se dire les choses du vivant de chacun.

Grâce à une pointe de fantastique, l’auteur nous offre la possibilité d’une évasion « fantomatique » vers San Francisco.

Et vous, quel membre décédé de votre famille aimeriez-vous retrouver quelques jours ? Que lui diriez-vous ? J’avoue y avoir songé durant cette lecture.

Un bémol sur la fin, bien trop prévisible, mais surtout présentée beaucoup trop rapidement. J’ai été surprise, en me disant « déjà ? ». C’était trop abrupt, j’ai eu l’impression qu’elle avait été bâclée. C’est vraiment dommage, puisque du coup, je bascule sur une note négative. Je ne comprends pas vraiment comment des auteurs reconnus peuvent négliger leur fin à ce point-là ! Ce n’est que mon ressenti, je le précise !

Un roman léger, une parfaite lecture de vacances ou de week end. Alliant humour et sensibilité. Je le conseille à tous les amateurs, si vous n’êtes pas trop exigeants. Car Marc Lévy nous avait habitué à mieux je trouve…

ghost in love874004303..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : j’avoue que le résumé ne m’a pas vraiment enchanté. Lors de la sortie du roman, je me suis dit « bof bof ». L’idée de passer un moment avec Thomas et le fantôme de son père me branchait moyen (d’où l’importance du 4è de couv’ !). Et là, je partais en week end prolongé à la mer et j’avais envie de légèreté donc je me suis lancée.

Auteur connu :  c’est un auteur que j’ai beaucoup lu, voici les chroniques en ligne :   « Une fille comme elle » ,   « La dernière des Stanfield »« L’horizon à l’envers ». Ses autres romans ont été lus également et appréciés pour la plupart.

Je l’ai rencontré au salon de Vannes en 2018. Même s’il m’a paru un peu (beaucoup) antipathique au départ. Voici le lien vers mon article sur cette journée au salon où vous trouverez les détails de cette rencontre atypique : « Salon du livre de Vannes » – 9 et 10 juin 2018 – Jour 1 : 9 juin

Émotions ressenties lors de la lecture : amusement, détente, joie, mais également déception et une pointe d’agacement.

Ce que j’ai moins aimé : l’histoire était légèrement trop prévisible, j’aurai apprécié un peu plus de surprises, une tournure moins évidente. Déçue par la fin, j’ai trouvé son arrivée trop abrupte.

Les plus : le côté humoristique, une lecture détente sans prise de tête.

3 réflexions sur “« Ghost in love » de Marc LEVY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s