« Siège 7A » de Sebastian FITZEK

Informations :

Titre : siège 7A

Auteur : Sebastian Fitzek

Éditeur : L’Archipel

Nombre de pages : 377 pages

Format  et prix : broché 22 € / numérique 15.99 €

Date de publication : 5 mars 2020

Genre : thriller psychologique

Résumé :

Pour sauver sa fille, un psychiatre doit provoquer le crash de l’avion à bord duquel il a pris place. Le douzième suspense de Sebastian Fitzek, numéro 1 du thriller en Allemagne.

IL EXISTE UNE ARME LÉTALE QUE CHACUN PEUT EMBARQUER SANS ENCOMBRE À BORD D’UN AVION.
AUCUN CONTRÔLE AU MONDE NE PEUT LA DÉTECTER…

Un vol de nuit Buenos Aires-Berlin.
Une passagère fragile psychologiquement.
Un psychiatre contraint de la manipuler afin
de provoquer le crash de l’appareil. À défaut, sa fille, la seule famille qu’il lui reste, mourra…

 

Mon avis :

Voilà un thriller psychologique comme je les aime : multi facettes, multi sujets, et cerveau qui se retourne à chaque page ou presque. Fitzek est vraiment le maître dans ce domaine, et il est incontestablement l’un de mes auteurs favoris. Quand je pense que j’ai eu la chance de le rencontrer aux Quais du Polar en 2017 ❤️.

Pour tisser son intrigue, l’auteur prend appui sur le crash de l’appareil de Germanwings en 2015, à la suite d’un acte volontaire du pilote.

Nele Krüger, 22 ans, est enceinte et sur le point d’accoucher. Sa situation est loin d’être bucolique, puisque sa mère est morte 4 ans plus tôt, elle est brouillée avec son père, Mats, séparée du père de son bébé, qui la violentait, et à contracté le VIH suite à un tatouage effectué lors d’un séjour en Thaïlande. Nous la rencontrons chez elle, lorsqu’elle perd les eaux et monte dans un taxi, direction, la clinique….non….l’enfer. Car le chauffeur de taxi n’en est pas un et il va enlever Nele pour la faire accoucher dans un ancien abattoir glauque et puant la mort. Je ne vous en dis pas plus sur les motivations de ce type.

A côté de cela, Mats, psychiatre, monte dans un avion à Buenos Aires, où il s’est installé depuis le décès de sa femme, pour rallier la France et assister à la naissance de son petit fils ou petite fille. Il souhaite en effet renouer avec Nele. Sauf qu’il a la phobie de l’avion, qu’il va nous transmettre (😀), à force ! Au début du vol, il va recevoir un étrange coup de fil, lui demandant de provoquer le crash de l’avion en échange de la vie de Nele et de son bébé….Mais un crash d’avion à la sauce Fitzek vaut le détour, je vous le dis….

Bon, j’admets qu’il ne faut pas être très regardant sur le réalisme de l’intrigue. Elle est perfide, oui, mais aussi un peu tirée par les cheveux.

L’écriture de Fitzek est toujours très accessible et nette, il utilise les cliffhangers régulièrement en cours de lecture, la rendant extrêmement addictive et difficile à lâcher. Il fait monter la tension, avec la paranoïa de son personnage, déjà, et ensuite en titillant le lecteur en le mettant face aux peurs primaires qu’il peut ressentir,  ou encore en développant toute la cruauté dont l’homme est capable pour arriver à ses fins.

Mats va devoir peser les vies humaines les unes face aux autres, d’un côté sa fille et son bébé, face à 500 passagers. Dilemme impossible, pourtant, Mats va bien devoir être obligé de choisir. Que ce soit Mats ou le lecteur, la confusion psychologique est à son apogée. Je ne veux pas vous dévoiler ce que Mats va devoir faire pour que l’avion tombe (d’ailleurs, je ne vous dis pas non plus s’il va réussir ou non), mais sachez que c’est uniquement psychologique, Mats ne se contentant pas de trouver une arme judicieusement planquée dans l’avion pour tirer sur tout le monde.

C’est une course contre la montre, un huis clos dans les airs, réduits à une boite métallique surfant sur les nuages. Mats va recevoir une aide au sol, en la personne de Feli, qui va tout tenter pour retrouver Nele.

Côté construction, le prologue nous livre l’ébauche de la fin, avant de revenir en arrière et de reprendre le cours normal, entre Mats dans l’avion, Nele avec son ravisseur, et Feli au sol. Les chapitres alternent les trois histoires, rajoutant ici et là des bonds dans le passé. On ne peut donc pas s’ennuyer ou ressentir la moindre lassitude côté écriture.

La fin m’a laissée scotchée, accentuant encore mon malaise ressenti lors de la lecture.

Un thriller psychologique intense, enrobant le lecteur dans des sueurs froides et une oppression constante, un très beau moment de lecture, si l’on occulte les petites incohérences et les quelques détails franchement difficiles à croire.

Je remercie les Éditions l’Archipel et Marlène pour cette lecture.

#EditionsArchipel #SebastianFitzek #Siege7A

20200227_1208501185931898.jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur !!

Auteur connu : oh oui ! Il est l’un de mes auteurs préférés. Vous pouvez d’ailleurs retrouver plusieurs chroniques de ses romans sur le blog (« Le colis » , « Passager 23 » , « Le somnambule » , « Le briseur d’âmes » ). Les autres ont été dévorés avant. Je crois que j’ai tout lu de lui.

Émotions ressenties lors de la lecture : quelle angoisse ! Moi qui ne suis pas très fière en avion, j’ai tremblé avec Mats. D’autant que je pars à New York, premier vol long courrier, je me demandais si c’était bien judicieux de lire ce roman juste avant de partir lol. La tension était forte tout le long du récit, entre Mats mais aussi du côté de Nele. Je me faisais du soucis pour elle et son bébé. Les autres personnages m’ont apportés de la tension, du doute, et un brin d’irritation.

Ce que j’ai moins aimé : le côté un peu surréaliste de certains détails, mais bon, je suis passée par dessus.

Les plus : les nombreux thèmes abordés, menant tous à une belle réflexion et remise en question, le fait que la base de ce roman soit un fait divers ayant existé, la construction, la plume, la fin.

6 réflexions sur “« Siège 7A » de Sebastian FITZEK

    1. Si tu aimes les thrillers psychologiques, il faut absolument que tu le lises ! « Le somnambule » ou « Le briseur d’âmes » sont absolument fantastiques.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s