« La grande puanteur » de Cédric VETO

Informations :

Titre : la grande puanteur

Auteur : Cédric Veto

Éditeur : auto édition

Nombre de pages : 338 pages

Format  et prix : broché 14.99 € / numérique 2.99 €

Date de publication : 21 juillet 2020

Genre : roman noir

Résumé :

Londres, été 1858. Une canicule sans précédent écrase la ville. La tamise, dont le débit se réduit dramatiquement, ne parvient plus à évacuer l’abondance de rejets des trop nombreux habitants. En résulte ce que les Londoniens ont nommé « The great Stink », une odeur épouvantable envahit toute la ville. Nombre de métiers de circonstance trouvent leur origine dans cet épisode peu reluisant.La morale décadente, aussi nauséabonde que l’atmosphère, engendre de son côté des activités délétères.Comme dans tous les épisodes sombres de l’histoire, de cette fange immonde naîtront aussi des monstres.

Mon avis :

Je suis partie pour Londres, avec mon sac à dos et mes baskets. Non, je ne me suis pas transformée en « Dora l’exploratrice », quoique…Alors, que les choses soient claires, je n’ai jamais été à Londres, et ce n’est pas « La grande puanteur » qui m’a donné envie de m’y rendre 😀 !!

Été 1858. Londres est étouffée par une pestilence insoutenable. L’été précoce et caniculaire a en effet transformé la Tamise en un gigantesque cloaque à ciel ouvert. Le réseau d’égouts n’est pas assez dimensionné pour mettre fin au déversoir constant de rejets divers et variés et oh combien appétissants directement dans le fleuve. Pour la partie de pêche, on repassera ! D’autant que les rats et les maladies infectieuses se développent rapidement. Le fantôme de l’épidémie de choléra de 1854 ressurgi plus vrai que nature.

C’est dans ce contexte historique réel que Cédric nous emmène. Notre narrateur, Ben, accompagné de son frère de cœur, Jack, tout juste sortis de l’enfance, va tenter de survivre au milieu de tout cela. Ils sont chasseurs de rats, « ratcatchers ». Je vois vos yeux pétiller ! Ayant envie de grimper l’échelle sociale, ne serait-ce que d’un barreau, ils vont accepter de travailler pour Fenris, bien que ce ne soit pas très glorieux. Ils doivent en effet transporter des chargements depuis la prison jusqu’à l’hôpital. La curiosité n’est pas prévue au programme, et nos deux compères n’imaginent pas ce qu’ils transbahutent. Peut-être cela vaut-il mieux.

La rencontre de Jack avec Amelia va changer le cours de leur vie. Comment ? Va falloir ouvrir ce roman pour le savoir !

Une immersion dans les bas-fonds glauques de Londres, une réflexion sur la vie. Car même dans la puanteur la plus horrible, l’amitié reste toujours identique, la construction de notre personnalité d’adulte peut s’avérer solide, fragile ou déficiente, en fonction des rencontres que l’on fait, bonnes ou mauvaises.

Le travail de recherche est considérable, rendant le tout incroyablement passionnant. On sentirait presque l’odeur et on entendrait quasi couiner les rats. La plume de Cédric est à la fois poétique et tranchante, traitant ses personnages avec beaucoup d’humanité et les poussant dans leurs retranchements pour notre plus grand plaisir.

J’ai adoré cette histoire, les thèmes abordés, permettant de découvrir le Londres de l’époque victorienne. Cédric n’oublie pas un joli clin d’œil avec des personnages connus ou ayant réellement existé.  Conan Doyle, sors de ce corps !

Que dire de la fin ? Qu’elle est top. Je ne l’avais pas vue venir, m’étant engouffrée tête la première avec la déduction faite un peu plus en amont. Cédric tu m’as bien eue !

Un roman que je ne peux que vous conseiller, un très beau voyage dans le passé avec des potes attachants.

Merci beaucoup Annick pour l’envoi de ce roman, je me suis régalée. D’ailleurs, n’hésitez pas à aller découvrir le blog d’Annick, vous y trouverez des idées lectures intéressantes !

#lagrandepuanteur   #CédricVeto

la grande puanteur1548655629..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur, la couverture et le résumé.

Auteur connu : j’aime beaucoup cet auteur, j’ai lu plusieurs de ses romans ( « Au nom de l’art » , « Au nom de la vie » , « Je reviendrai hier » , « Recyclés » ), et j’avoue être bluffée à chaque fois, tant son univers varie et tant la magie opère à chaque fois.

Émotions ressenties lors de la lecture : du dégoût face à ces conditions de vie atroces (oui, je sais, j’aime mon petit confort), beaucoup d’empathie pour Jack et Ben, de l’effroi face à la fin, de l’amusement lors des petits clins d’œil.

Ce que j’ai moins aimé : pas grand chose !! Rien en fait.

Les plus : l’immersion dans cette époque, les personnages, attachants que l’on aurait envie d’aider, la fin, la couverture, tout simplement magnifique.

3 réflexions sur “« La grande puanteur » de Cédric VETO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s