« La terre des loups » de Jeanne-Marie SAUVAGE-AVIT

Informations :

Titre : la terre des loups

Auteur : Jeanne-Marie Sauvage-Avit

Éditeur : Charleston

Nombre de pages : 320 pages

Format  et prix : broché 18 € / numérique 9.99 €

Date de publication : 18 août 2020

Genre : littérature générale

Résumé :

UN ROMAN BOULEVERSANT, LA RENCONTRE DE DEUX PEINTRES

Suite à son licenciement, Jessy part s’installer en Savoie, dans un village qui a servi de refuge au peintre Steffen Witzberg pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce petit coin de paradis est pourtant menacé par un projet de construction qui en ferait une station touristique. Seule solution : un projet de financement solidaire pour déplacer le lieu des travaux… Elle même artiste, Jessy se voit contrainte de prendre les pinceaux et d’imiter le style de Witzberg afin de vendre un tableau pour une somme conséquente et de sauver son village.

Cet acte, pourtant plein de bonnes intentions, aura des conséquences graves et inattendues pour la jeune femme. Entre grandeur des paysages et intimité du quotidien, ce roman aux accents historiques présente une humanité où se mêlent espoir et drame.

Mon avis :

Nous sommes en 2018. Jessy Delmas, pourtant bras droit de son PDG, se voit notifier son licenciement. Au lieu de se morfondre, Jessy voit là l’opportunité de changer de vie. Elle quitte donc Lyon pour la montagne, et s’installe à la Bergerie, dans la petite station savoyarde du Villaret. Jessy est passionnée par l’Art, elle est peintre elle-même, et se passionne pour Steffen Witzberg, un célèbre artiste allemand, recherché par la Gestapo pendant la guerre et caché à la Bergerie durant l’hiver 1944.

Le décor est planté, on sent l’odeur de la raclette, on entend la neige crisser sous nos semelles, à nous le le bon grand bol d’air frais, la promenade avec les chiens de traineaux vers les cimes. La terre des loups se dévoile et nous propose un voyage oh combien dépaysant.

La montagne et la peinture. Impeccable ! Je me suis pelotonnée dans mon plaid, avec un chocolat bien chaud, et je me suis plongée dans ce roman. Jessy va rencontrer Raymond Boissenet, l’adolescent du village qui a aidé Witzberg à fuir en 1944. Outre sa passion pour le travail de l’artiste, Jessy se prendra d’affection pour la Bergerie et le Villaret, au point de se mettre dans l’illégalité !

J’ai trouvé la plume de l’auteure élégante et travaillée. A chaque nouveau roman, je la trouve plus accomplie. Elle nous entraine toujours dans des histoires qui sortent de l’ordinaire, elle nous enchante avec son talent de conteuse. Alors, on est loin des thrillers que j’ai l’habitude de lire. Pendant un bon quart, le décor se plante, l’ambiance se pose. Certains pourront penser que cela est un peu longuet, mais personnellement, j’ai adoré cette immersion lente et détaillée à la fois dans la vie de Jessy et dans la montagne.

Le rythme s’agite ensuite, et le lecteur va cautionner, ou pas, la décision de Jessy. C’est un personnage fort, sensible et engagé. Une femme forte et déterminée. Je l’ai beaucoup appréciée. Les personnages secondaires sont tout autant riches, apportant leur pierre à l’édifice. Très vite, la montagne bascule pour devenir le personnage clé autour duquel se tisse tout le roman.

Le domaine de l’Art de la Peinture est passionnant. L’auteure nous apporte son savoir par petites touches, nous initie aux techniques et j’ai aimé l’accent posé sur le travail de faussaire. Les passages relatifs à la partie judiciaire sont également très bien écrits et détaillés. Pour tout cela, il faut saluer le travail de recherches qui a été conséquent.

J’ai passé un agréable moment de lecture et d’évasion, un roman que je vous conseille, qui vous procurera l’échappatoire dont on a tant besoin en ce moment !

Je remercie Jeanne-Marie pour cette lecture.

#LaTerreDesLoups  #JeanneMarieSauvageAvit  #EditionsCharleston

la terre des loups843400994..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur ! Jeanne-Marie fait partie des auteurs avec lesquels je me sens bien. Je suis sûre de partir pour un voyage délicieux en sa compagnie.

Auteur connu : j’ai tout lu de Jeanne-Marie, elle a participé aux Boënnales et je l’ai également rencontrée à la fête du livre de St Etienne. Voici mes retours de ses derniers romans : « Cueilleuse de thé » et « Céleste, la fille de Perline » .

Émotions ressenties lors de la lecture : beaucoup d’émotions positives, et cela fait un bien fou !

Ce que j’ai moins aimé : peut-être le résumé qui en dit trop. Mais sinon, il n’y a rien à redire.

Les plus : les thèmes du roman, la montagne et la peinture, l’évasion apportée, les personnages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s