« Skeleton Coast » de Laurent WHALE

Informations :

Titre : Skeleton Coast

Auteur : Laurent Whale

Éditeur : Au Diable Vauvert

Nombre de pages : 480 pages

Format  et prix : broché 20 € / numérique 12.99 €

Date de publication : 18 mars 2021

Genre : thriller

Résumé :

Sur la face atlantique Namibienne, Skeleton Coast, champ de récifs noyé de brouillard et d’ossements de cétacés, c’est le cimetière de milliers de navires.
Mais pas seulement.

Richard Grangier y a élu refuge. Il recherche sa fille, médecin humanitaire, disparue en Afrique.
Morte, prisonnière ou pire ? Dans la touffeur équatoriale, il s’embarque de savanes en forêts vierges, au cœur d’un trafic mortel sous contrôle de soldats de fortune et de politiciens corrompus.

UN THRILLER NERVEUX SUR FOND DE SCANDALE ECOLOGIQUE.

Mon avis :

Je vous ai trouvé un petit voyage sympa en Namibie, non loin de la fameuse « Skeleton Coast », site surprenant, plein de légendes, où de nombreux navires finissent échoués sur les récifs.

Notre hôte s’appelle Richard Grangier, la cinquantaine. Veuf, il a perdu son fils Rémi, militant anti-nucléaire, et cherche activement sa fille, Angeline, médecin humanitaire pour la Croix Rouge, disparue mystérieusement dans cette zone perturbée d’Afrique.

Alors, je vous préviens de suite, le début vous paraitra confus, on navigue à vue, entre une introduction où un certain Barke fait couler son navire, un prologue où l’on accompagne Rémi dans sa dernière demeure, des premiers chapitres nous ballotant entre 2010, 2011, le Tchad, Villacoublay, le Soudan Sud. A ce moment-là, j’avoue que j’ai eu un gros moment de flottement, me disant que la lecture allait s’avérer compliquée. D’autant que c’est un petit pavé de presque 500 pages !

Accrochez-vous ! Une fois cet écueil passé, on entre dans le vif du sujet. Un roman touffu, riche, où le lecteur trouve, dans le désordre, de la géopolitique, un scandale écologique, des déchets radioactifs que l’on s’évertue à faire disparaître dans une décharge sauvage, et un homme humble et triste, Kisanga, de la tribu des Himbas, qui se désole de cette corruption de l’esprit dont est victime sa tribu, désormais totalement redevables des Blancs.

La plume est dense, nerveuse et très visuelle, les descriptions nombreuses, foisonnantes de détails. Les chapitres courts donnent malgré tout un rythme soutenu à l’ensemble. Toutefois, j’y ai trouvé quelques longueurs, l’auteur aurait pu abréger certains passages.

Les personnages sont intéressants, Richard, en père qui n’a plus rien, va tout donner pour essayer de retrouver sa fille, la seule personne qui lui reste. Peu importe le prix à payer. Cela va le conduire dans un périple dangereux ; il va mettre au jour un trafic incroyable. Mercenaires, politiques, nombreux seront ceux qui verraient sa mort (ou sa disparition) comme un réel soulagement. Des têtes vont tomber en effet, reste à savoir lesquelles. Kinsanga m’a énormément touchée. Il symbolise le côté humain, victime collatérale, de cette région du monde gangrénée par la corruption et les trafics. Le personnage le plus noir est une femme, Ngheta, cela change un peu. J’ai apprécié cette note féministe, dans ce milieu exclusivement masculin. Bon, ok, je n’aurai pas souhaité croiser sa route, c’est certain !

Un roman qui vous propulsera dans le côté sombre de l’Afrique, une expédition au milieu du sable, de la chaleur, de la touffeur, des no man’s land, qui vous fera frémir au détour des pages, et qui vous permettra de vous poser de multiples questions sur notre société, sur le monde et ses travers.

Un thriller nerveux qui tient ses promesses, si l’on fait abstraction des quelques longueurs présentes. Je le conseille aux amateurs de thrillers géopolitiques, vous vous régalerez je pense !!

« En politicien aguerri, il n’ignorait pas qu’un peuple qui a peur est un peuple de moutons. Et les moutons, c’est plus facile à tondre que les loups. »

Je remercie les Éditions Au Diable Vauvert et la Masse Critique Babélio pour cette lecture.

#SkeletonCoast  #LaurentWhale     #AuDiableVauvert

squeleton coast8388361182125886506..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : la couverture et le résumé. J’avais envie de partir loin, et l’Afrique n’est pas souvent le théâtre de thrillers, c’était l’occasion.

Auteur connu : pas du tout. Pourtant il a déjà 9 romans à son actif ! Bon, j’ai une excuse, certains sont de la SF, et comme je ne lis pas de SF, c’est normal que je ne le connaisse pas !

Émotions ressenties lors de la lecture : une oppression grandissante, de la peur, de la frousse même, un certain dégoût pour l’espèce humaine, capable des pires atrocités pour de l’argent, comme d’habitude !

Ce que j’ai moins aimé : quelques longueurs, mais bon, cela n’a rien gâché de ma lecture.

Les plus : les sujets abordés, l’action se déroulant en Afrique, la construction (bon, sauf au début où j’ai été perturbée), la plume très visuelle.

Une réflexion sur “« Skeleton Coast » de Laurent WHALE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s