« La cabale » de Yves MARTINENGO

Informations :

Titre : la cabale

Auteur : Yves Martinengo

Éditeur : Eliamar

Nombre de pages : 143 pages

Format  et prix : broché 14 €

Date de publication : 9 août 2020

Genre : policier

Résumé :

Pourquoi Florence Cabal, femme ambitieuse, compromet-elle la carrière de son mari, directeur de la prison de Bois Rivault, en introduisant chez elle un détenu, Olivier Dancourt, condamné à 30 ans pour l’assassinat d’un juge, pour qu’il s’occupe de son jardin floral ? Celui-ci profitera-t-il de la situation, car un doute l’assaille, un trou de mémoire l’empêche de se souvenir, est-il vraiment coupable ? Tout en cultivant ses plantes, il va œuvrer pour connaître la vérité. Suspense garanti du début à la fin.

Mon avis :

« La cabale » nous emmène dans la plaine ligérienne. Chez moi, quoi !!

Bon, on ne va pas faire de tourisme, plutôt de l’horticulture. Mais nous serons logés en prison, donc, on oublie le room service d’un palace !

Le pénitencier de Bois-Rivault est l’archétype des prisons françaises : vétuste et sale. Olivier Dancourt, la cinquantaine, y est incarcéré pour les trente prochaines années, reconnu coupable du meurtre d’un juge. Il est là depuis seulement six mois, la quille n’est pas pour tout de suite, lui qui clame son innocence.

Georges Cabal est le directeur de cet établissement. Il vit dans une splendide demeure avec sa femme, Florence. Cette dernière est totalement obnubilée par Olivier, persuadée de son innocence. Elle va manipuler son mari pour qu’Olivier puisse bénéficier, non seulement d’une cellule individuelle, mais en plus, de « sorties » régulières pour venir s’occuper du jardin des Cabal.

Le lecteur va se retrouver au milieu de ce trio étrange et n’aura de cesse de découvrir les secrets de chacun. Car, si l’on gratte le vernis, on va en trouver, des squelettes dans le placard ! A commencer par Olivier, qui a tout oublié du meurtre. Mémoire bien sélective ! Pourtant, c’est un personnage touchant, qui décide de voir le verre à moitié plein et tente de ne retirer que le positif d’une situation bien scabreuse ! Pourquoi Florence s’évertue-t-elle à rendre la détention d’Olivier plus clémente ? Et Georges ? Alors, lui, il m’a énervée, mais à un point !! C’est un vrai toutou avec sa femme, il accepte tout pour elle. Il se fait manœuvrer sans même s’en rendre compte.

J’ai beaucoup apprécié la plume d’Yves. Elle est très riche, détaillée et photographique. Les descriptions, que ce soit des personnages ou des lieux sont précises et approfondies. J’ai appris plein de choses sur Saint-Etienne, la ville où je travaille. Je vais souvent faire les boutiques dans le Centre Commercial Centre Deux, qui est situé juste à côté de mon bureau, et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que ce lieu était une ancienne prison ! Ah oui, et le lecteur devient également incollable sur les fleurs et les bonzais. Moi qui aime les plantes, je me suis régalée ! Ce côté-là m’a vraiment beaucoup plu et je me suis laissée embarquée, je dois le reconnaître, par tous ces détails passionnants !

Mon seul regret est le manque de réalisme de l’histoire. Ce que j’aime dans les romans policiers, c’est d’y croire, de me perdre entre la frontière ténue de la réalité et de la fiction. « La cabale » ne permet pas cet égarement. En effet, « sortir » un détenu discrètement d’une prison plusieurs fois par semaine pour l’emmener faire son jardin n’est pas très plausible. Mais ce n’est que mon avis et cela ne gâche pas le plaisir de la lecture ! Le récit est bien construit, le rythme s’accélère là où il faut, le suspense est bien présent, quant à la fin, elle est bien amenée, même si je me doutais un peu de la tournure de certains événements.

Un ouvrage qui se lit extrêmement vite, qui m’a fait passer un bon moment de lecture.

« – Tu lis beaucoup en prison ?

– Oui ! Quand je lis, je me plonge tellement dans les mots, et dans ce qu’ils me disent, que je ne vois pas le temps passer. Je suis étonné d’apprendre qu’il existe une liberté qui n’est constituée que de mots ! »

Je remercie Yves pour cette lecture.

#LaCabale #YvesMartinengo #Eliamar

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé !

Auteur connu : pas du tout, pourtant « La cabale » n’est pas son premier roman.

Émotions ressenties lors de la lecture : passion, curiosité, envie, les émotions positives étaient au rendez-vous.

Ce que j’ai moins aimé : le manque de réalisme.

Les plus : les détails et descriptions, la plume, les personnages. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s